Au-revoir Larry (1942-2020)

C’est une nouvelle qui n’a pas fait la une des journaux, ni de la blogosphère évangélique française. Larry DeArmey, missionnaire en France pendant plusieurs décennies, est décédé à 78 ans, emporté des suites opératoires devant le libérer d’une masse cancéreuse incrustée dans le rein.

Pas de quoi faire un blog ? En fait, Larry était mon premier mentor pastoral, et voilà trois leçons que je garde de son influence, et qui vous seront utiles. La photo de ce post date de 4 ans. Larry a fondé l’Eglise dont j’ai été le pasteur après lui. Philippe Viguier m’a remplacé – trois générations.

Je retiens surtout l’attitude de sa vie

Avec ma femme, on ne se souvient pas beaucoup de ce qu’il a enseigné. Mais on se souvient énormément de son attitude, de son caractère. Cet homme portait la mission sur le cœur, avec constance. Je l’ai vu pleurer pour les nations.

En même temps, il gardait une attitude optimiste malgré les nombreuses déceptions suscitées par ceux qui lui avaient mis des bâtons dans les roues. Quand il restait chez nous, en réunions d’équipe, on entendait des tas d’histoires, souvent comiques, rassemblées au fil des voyages dans des pays aux cultures si différentes. C’était un vrai délice. Larry et Vicki étaient normaux, imparfaits comme nous tous. Mais ils étaient proches des gens. Leur authenticité nous motivait à aimer et servir le Seigneur. 

Quelle empreinte vais-je laisser par mon attitude ?

[Parmi les options : la joie, la rancœur, la critique, l’amour, l’optimisme, l’encouragement, l’accueil, la vision, la bienveillance… on peut aussi demander à nos conjoints pour une évaluation plus réaliste…]

Je retiens une grande leçon

Au tout début de mon stage pastoral avec Larry, je me suis beaucoup trompé dans la manière de gérer les pressions démoniaques. J’en ai parlé avec Guillaume Bourin et vous pourrez écouter l’histoire ici. C’est Larry qui m’a interpellé avec cette question : « comment se fait-il que ce que tu fais, c’est pas comme dans la Bible ? »

Cette simple question allait devenir un leitmotiv de mon ministère. Si Christ allait conduire mon petit ministère, ce serait selon la Parole écrite, capable d’équiper à toute œuvre bonne (2 Tm 3.16-17). Non selon mes désirs ou une expérience impressionnante[1]

Je suis conscient qu’il n’y a pas une même leçon pour chacun et pour toute circonstance. Toutefois, on tend à graviter autour d’une contribution principale… Un bon leader est capable de discerner la leçon essentielle dont a besoin son disciple à un moment charnière de son ministère.

Quelle est la valeur principale que je laisse de mon ministère ?

[Parmi les options : la prière fonctionne, la mission est importante, la Parole est vraie, la Parole est puissante… ou encore… je suis puissant, je sais ce qu’il faut croire, je sais comment faire… ou bien… l’abnégation, le sacrifice, l’autorité…]

Je retiens que la fin éclaire le chemin parcouru

Il paraît qu’il avait pris sa retraite. Mais la mission lui avait demandé s’il accepterait, ici et là, de rendre quelques « petits services ». Mais Larry a saisi ces opportunités à bras le corps.

  • Une vingtaine de voyages en Floride et en Haïti pour accompagner des pasteurs haïtiens et les enseigner au sein de notre union d’Églises.
  • Une quarantaine de voyages au Tchad pour monter une école de missiologie qui a permis à 3 promotions de pasteurs et évangélistes d’acquérir une formation supplémentaire. Des dizaines d’Églises sont en cours d’implantation dans 4 pays francophones. J’étais avec lui au Tchad en septembre, son ultime voyage.
  • Comme il s’ennuyait à son retour, il a pris sur lui de traduire en anglais Le manuel du prédicateurque j’ai rédigé avec Philippe Viguier. On cherche maintenant un éditeur !

Aimeriez-vous une retraite comme la sienne, entre 65 et 78 ans ?

Tout ceci m’a rappelé que la valeur d’un ministère prend sa vraie mesure à la fin d’une vie. Bien sûr, ultimement devant le Seigneur.

Est-ce que je prévois de donner ma vie, y compris ma retraite, au Seigneur ?

[Les alternatives sont ici très nombreuses !]

Hébreux 12

L’auteur écrit que « nous sommes environnés d’une si grande nuée de témoins ». Ils sont comme des entraîneurs qui nous poussent à courir jusqu’à la fin. Malgré la soif, la fatigue, les découragements.

Larry est passé dans la gloire. Son exemple a pris du relief avec sa mort. Il m’encourage, comme tant d’autres, à continuer, malgré les chutes, les manquements, les obstacles.

Mon ami et collègue Paul Klawitter a écrit de lui :

Larry n’était pas parfait, mais aucun de nous ne s’en souciait.
Pas impressionnant, mais percutant.
Pas éloquent, mais profond.

Que Dieu nous accorde de demeurer en Christ jusqu’à la fin. Et que notre empreinte soit à sa gloire.

PS. : ce post est sur un thème similaire.


[1] Il faut noter le contraste que Pierre établit entre sa propre expérience (légitime) de la transfiguration, avec la Parole de Dieu, qu’il qualifie « d’autant plus certaine » (2 Pierre 1.16-21).

Florent Varak

Florent Varak est pasteur, auteur de nombreux livres dont le Manuel du prédicateur, L'Évangile et le citoyen et la ressource d'évangélisation produite en co-édition avec TPSG: La grande histoire de la Bible. Florent est aussi conférencier, et professeur d'homilétique à l'Institut biblique de Genève. Il est le directeur international du développement des Églises au sein de la mission Encompass liée aux églises Charis France. Il est marié avec Lori et ont trois enfants adultes et mariés ainsi que quatre petits-enfants.

Articles pouvant vous intéresser

>