Un chrétien peut-il être possédé par un démon? (Épisode 20)

L’épisode 20 aborde une question bien inquiétante pour certains: « Un chrétien peut-il être possédé par un démon? » Bien que ce soit une question peut-être brûlante, il faut faire bien attention à notre façon d’y répondre. C’est pourquoi Florent Varak explique d’abord les difficultés du sujet. Puis il nous invite à regarder avec lui les expressions que la Bible utilise pour parler de la démonisation. Ensuite il liste les marques d’une démonisation avant de reformuler la question et d’y répondre.

Florent recommande vivement l’ouvrage d’Alain Nisus qui vient de sortir: Mais Délivre-nous du Mal (Maison de la Bible, 2016)

Rendez-vous chaque semaine pour un nouvel épisode d’Un Pasteur vous répond: le podcast où la Bible répond à vos questions.

Retrouvez tous les épisodes d’Un pasteur vous répond sur:

Comment s’abonner au podcast?

Vous ne savez pas comment vous abonner au podcast sur votre téléphone? On y a pensé! Découvrez un mini tutoriel vidéo ici.

Vous voulez poser une question?

Posez votre propre question pour un pasteur en cliquant ici.

Transcription :

« Cette transcription vous est proposée par les bénévoles de Toutpoursagloire.com. Nous cherchons à garder le style oral des épisodes pour ne pas déformer les propos des intervenants. De même, nous rappelons que ces transcriptions sont une aide mais que les paroles de l’auteur (poadcast et vidéo) restent la référence. Cependant, n’hésitez pas à nous signaler toutes erreurs ou incohérences dans cette transcription. Vous pouvez aussi en savoir plus ici pour rejoindre notre équipe de transcripteurs. Merci d’avance. »

La question est posée « Un chrétien peut-il être possédé par un démon ? ». Une question qui peut être effrayante pour l’individu qui a crainte de connaître les tourments que l’on peut rencontrer chez les démoniaques des évangiles qui sont confrontés à la fois à la personne de Christ, ou par les apôtres. Alors, pour répondre à cette question et avant de répondre très clairement à cette question à la fin de ce podcast, j’aimerai poser quelques remarques importantes.

Premièrement, j’ai un problème avec le terme possession. Je crois que c’est une mauvaise expression dans le sens où tout appartient à Dieu :

– 1 Chronique 29 : 11-12 « A toi Eternel la grandeur, la puissance et la splendeur, l’Eternité et l’éclat car tout ce qui est au ciel et sur la terre est à toi Eternel, ainsi que le règne, Toi qui t’élèves souverainement au-dessus tout. C’est de Toi que viennent la richesse, la gloire. C’est Toi qui domines sur tout, c’est dans Ta main que sont la force et la puissance et c’est Ta main qui a la puissance de tout agrandir et de tout affermir. » Dans cette perspective, nous voyons que la notion de possession est réservée au Seigneur. Il n’y a pas de dualisme avec une sorte de combat, avec une force bonne qui serait Dieu et une force mauvaise qui serait le diable et qui s’arracheraient ici et là quelques individus ou quelques territoires ou je ne sais quelle autre possession.

– 1 Corinthiens 10 :26 dit « Car la terre est au Seigneur et tout ce qu’elle renferme ». C’est donc une idée très forte de l’écriture que notre Dieu règne et qu’il possède toutes choses. Bien sûr, avec Genèse 3, nous voyons que, la domination, ou plutôt la gestion de la terre qui était confiée à Adam et à Eve, a quelque part était volée par le diable qui s’en vante et qui par ce péché, peut prétendre à avoir quelque chose à dire, un règne à opposer ou une possession à réclamer, mais d’un point de vue théologique, biblique, tout appartient à Dieu.

Donc, le terme possession me semble inapproprié surtout que, c’est ma deuxième remarque, les expressions bibliques principales que nous retrouvons sont celles-ci. A 16 reprises, nous avons une personne qui a un démon « econ danmonium  » dans le texte grec « ayant un démon ». C’est pas une expression de possession mais une expression de présence, et d’accompagnement. Une autre expression que nous retrouvons à 13 reprises dans le nouveau testament c’est « daimonitomai » « démonisé » et qui implique un rapport proche avec un démon. Donc, ce sont des expressions qui nous éloignent de l’idée de possession dans le sens d’appartenir. Aucun individu, même le plus terriblement affligé par le diable n’appartient au diable. Cette expression est excessive, et confère trop d’autorité et de pouvoir à Satan et à ses démons.

Donc, à quoi ça correspond, maintenant ces situations ? Avoir un démon ou être démonisé, ce sera ma troisième remarque. Ce que je constate c’est que nous avons une présence interne. Par exemple, il est question en Luc 8 :2 de Marie-Madeleine de qui étaient sortis 7 démons. Les démons étaient sortis d’elle, hors d’elle, donc il y avait bien une présence interne.

Acte 16 :18 « Je te l’ordonne dit l’apôtre Paul, au nom de Jésus Christ de sortir d’elle ».

Donc le démon, les démons étaient à l’intérieur d’elle.

– Matthieu 8 :32 « Ils sortirent ». Pluriel : sortirent.

– Matthieu 10 :18 « Ce démon qui sortit à l’heure même. » et Marc 1 :25-26 le commandement de Christ « Sors de cet homme », implique nettement et manifestement que le démon est à l’intérieur. Donc, la première caractéristique de cette situation, c’est une présence interne d’un démon, et 2e observation, c’est qu’il y ait une mesure de contrôle qui s’exerce sur l’individu.

– Luc 8 :29 « L’esprit impur le poussait. »

– Marc 9 :18 « Il le saisit, le jette par terre. L’esprit le fit entrer en convulsions. »

– Marc 8 : 28, Marc 5 : 4, Actes 19 : 16, on voit une force et une haine spectaculaire, vraiment hors du commun.

– Matthieu 17 : 15, Marc 5 : 5 un comportement suicidaire,

– Marc 5 : 3, un comportement asocial,

– On le voit parfois, avec Matthieu 9 :32 et 12 : 22, associé à des maladies.

– Matthieu 15 : 28 parle d’un tourment cruel,

–  Actes 16 : 16: de dons médiumniques.

Ainsi non seulement c’est une présence interne, mais cette présence conduit l’individu à perdre le contrôle de lui-même. Je ne sais pas si la liste que je viens de faire est exhaustive, mais en tout cas, ce sont les éléments que l’on peut retrouver dans le nouveau testament, et on voit que ces démons exercent une pression, un contrôle dans la vie de cet individu.

Et une troisième remarque, est que ce n’est pas nécessairement un contrôle qui est constant, mais c’est une situation qui peut connaître alternance de conditions.Par exemple Matthieu 17 : 15 parle de cet aspect en utilisant le terme « lunatique » comme si ça suivait le cycle de la lune. Ce n’est pas nécessairement que ça suit le cycle de la lune, mais qu’il y ait des variations dans son état. Un jour le contrôle semble vraiment fort, un autre la personne semble de bon sens. Marc 9 : 17, il est question « En quelque lieu qu’il le saisisse », donc il y a une sorte d’accès à l’individu et au contrôle de cet individu qui n’est pas constant.

Ayant cité ça, j’imagine que spontanément, les gens se disent « Quelle est la différence entre l’action et l’œuvre d’un démon, et les maladies physiologiques ou les maladies psychiatriques qui pourraient lui être associées ? » La question est évidemment très pertinente, et en même temps très difficile.

La Bible fait vraiment la part entre la maladie physiologique et les tourments du démon, même si les frontières observées au temps du nouveau testament étaient beaucoup plus poreuses. Alors dans ma perspective, disons pastorale, ce que je dis c’est que si jamais, il y a une situation d’ordre démoniaque, ce qui peut arriver, la proclamation et l’appropriation de l’évangile ainsi que les éléments dont je vais parler dans un podcast suivant, règleront l’affaire, et ce sera visible de tous. En tout état de cause, en aucun cas, il ne faut opposer à une personne, dans une situation où on n’est pas trop sûr de ce qui se passe, une perspective un peu spiritualisante qui dirait « Arrête tes médicaments » . C’est très très dangereux, il ne faudrait surtout pas le dire ou le faire, parce qu’on ne sait pas ce qu’il se passe. Et, en tout état de cause, il faut que tout accompagnement psychiatrique associé de médicaments, qui sont souvent très forts, si on pense que c’est démoniaque, et que ça a été réglé par une relation d’aide biblique, il faut le faire attester par un médecin spécialiste, par un psychiatre qui va tester ça.

Moi, je connais une personne qui est rentrée de nouveau dans un hôpital psychiatrique pour 15 jours, parce qu’elle affirmait être libre, et qu’elle n’avait plus besoin des médicaments forts qu’on lui donnait. Le médecin, qui ne la croyait pas, et je dirai avec raison, je dois dire, au moins au départ, l’a interné avec son accord pour une diminution progressive de ses médicaments en climat d’observation, et effectivement dans sa situation, elle a pu être sevrée d’une partie de ses médicaments les plus forts, et c’était vraiment chouette de voir ça. Ça reste rare, et je veux vraiment souligner à quel point, on ne s’improvise pas ni médecin, ni psychiatre dans ces situations, et il faut accompagner les individus avec beaucoup de prudence et de sagesse, en sachant que la part qui est nôtre est liée à l’évangile; encore une fois, je verrai ceci dans un podcast ultérieur.

Donc, je repars sur la question de départ « Est-ce qu’un chrétien peut avoir à l’intérieur de lui un démon qui l’assujettisse ? ». Ma réponse est très simple, c’est non, mais alors c’est … pas très simple, très simple, mais un non catégorique dans le sens où Colossiens 1 : 13 nous dit « Il nous a délivré du pouvoir des ténèbres, et Il nous a transporté dans le royaume de son fils bien aimé ». Il y a une délivrance associée à l’évangile, une délivrance qui est rendue possible par la victoire de Christ à la croix, contre les démons. Hébreux 2 : 14-15 nous dit que « Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, Lui aussi (Christ) d’une manière semblable y a participé, afin d’écraser par sa mort celui qui détenait le pouvoir de la mort, c’est-à-dire le diable, et de délivrer tous ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans l’esclavage ». Il y a vraiment une délivrance qui est associée à l’évangile qu’il nous faut célébrer dans l’évangile.

Donc une personne qui vient à Christ, elle est juridiquement, en quelque sorte, délivrée de la main du diable, transportée dans le royaume de son fils bien aimé. La victoire de Christ à la croix est telle que Colossiens 2 : 15 nous dit « Il a dépouillé les principautés et les pouvoirs et les a publiquement livrés en spectacle en triomphant d’eux, par la croix ». La victoire de Christ est absolue, le triomphe de Christ est absolu et il faut retenir ces versets comme vérité centrale associée à l’évangile. Or, en tant que chrétien,nous sommes cohéritiers avec Christ, c’est-à-dire que nous possédons sa victoire. Nous avons tout pleinement en Christ et nous sommes assis avec Christ au-dessus de tout autorité. Je te fais grâce de l’ensemble des versets qui en parlent, mais c’est une affirmation qu’il nous faut retenir et qu’il nous faut opposer au mensonge du diable qui pourrait prétendre l’inverse.

Donc, ma réponse, elle est “non”, un chrétien ne peut pas être possédé, en utilisant l’expression qui a été utilisée dans la question, il ne peut pas être démonisé, mais, j’ai rajouté un « mais » parce que je crois qu’un démon peut affliger ou affecté un disciple de Christ. Je voudrais faire deux observations avant de te laisser sur un peu de patience, pour qu’on aborde sur un podcast suivant à quoi ressemble la lutte spirituelle.

Nous trouvons en Actes 19 une situation assez fascinante où des chrétiens qui vivaient dans une société extrêmement culte dans la ville d’Ephèse. Ces chrétiens ont pratiqué ou pratiquaient un certain nombre d’actes de magies et de sorcelleries, ils avaient confiance dans des amulettes, des formules magiques pour les garder de sorts qu’on pouvait leur lancer. C’est une culture extrêmement superstitieuse, or ce que l’on voit, c’est que pendant plusieurs mois, l’apôtre Paul a prêché, enseigné la personne de Christ et ces gens ont été un peu entre deux eaux, parce que ce n’est qu’au terme de plusieurs mois d’enseignement et de confrontation à l’évangile qu’ils décident – il y a un mouvement de réveil assez spectaculaire – ils décident de se démarquer et de s’affranchir de toutes les pratiques qu’ils avaient réalisées. Ils se mettent même à brûler les amulettes – ça coûtait une fortune. Je ne crois pas qu’ils essayaient par là d’empêcher l’influence de ces objets, mais simplement ils voulaient manifester une coupure très nette avec leur vie passée, avec leur confiance antérieure qui était mal placée pour placer une confiance en la personne de Christ seul. Donc je pense qu’un chrétien authentique d’Ephèse a pu pendant un certain temps être affecté, affligé, influencé par des pratiques antérieures qui semblent être bien liées à la part du diable.

Un autre exemple assez troublant que nous trouvons en Actes 5 avec Ananias et Saphira. Ananias et Saphira, probablement faisaient partis de l’église initiale, la 1ère église née de la prédication de l’apôtre Pierre et des apôtres à Jérusalem, et ils voulaient bénéficier de la même réputation de générosité en donnant leurs biens à l’église, l’église qui accueillait des gens de voyage, de passage à la Pentecôte, et qui étaient soudainement confrontés à d’énormes besoins matériels, et beaucoup de gens vendaient leurs biens, les donnaient aux apôtres et à l’église, pour pouvoir répondre aux besoins matériels des pauvres et des gens qui venaient de découvrir la foi, qui restaient à Jérusalem, qui n’avaient pas de revenus, pas de moyens de rester sur place, et à différentes situations particulières que l’on a dans cette église primitive. Bref, Ananias et Saphira aiment beaucoup cette réputation de gens qui sont généreux, ils vendent leurs biens et ils disent « Voilà tous nos biens, on les donne à l’église ». Sauf que c’est pas vrai, c’est un mensonge, ils ont gardé une partie de leurs biens, ils avaient tout à fait le droit de le faire, mais ils n’avaient pas le droit de mentir, en quelque sorte, à ce sujet. Ils auraient très bien pu dire « Ecoute, voici la moitié des biens qu’on a vendu » ou bien, « Voici une partie des biens que l’on souhaite donner » et puis ça concerne que Dieu et eux, leur générosité.

Mais l’apôtre Pierre voit ce qui se passe et il dit « Comment Satan a-t-il rempli ton cœur ? », « pletho » un terme qui est très très fort. Alors les commentateurs sont divisés, parce qu’ils ne savent pas comment classer Ananias et Saphira – Est-ce que ce sont des chrétiens ? Est-ce que ce ne sont pas des chrétiens ? – moi j’ai tendance à les comprendre comme des chrétiens, c’est-à-dire, ils sont véritablement des disciples nés de nouveau, mais qui sont tombés dans les pièges du diable, et on voit en utilisant le terme de « pletho » que Satan a contrôlé leur cœur.

Je ne pense pas qu’il faut penser à « remplir » dans le sens d’une sorte d’occupation d’un espace, c’est pas comme ça que ni le Saint Esprit, ni les démons, ni quelconque rempli le cœur d’un chrétien, mais que Satan a exercé un contrôle dans le cœur de cet individu et donc ça montre, je pense qu’un chrétien peut connaitre une oppression du malin.

Alors, pour conclure « Est-ce qu’un chrétien peut être démonisé ? », ma réponse est non. Les proportions, les conditions d’une démonisation d’un non-chrétien sont incompatibles avec la victoire du Christ et avec les privilèges de l’évangile, mais un chrétien peut être oppressé ou affligé, et ainsi il est engagé dans une lutte spirituelle qui est réelle. Comment est-ce qu’on lutte avec les forces démoniaques ? ça je te le laisse pour un autre podcast.

Je voudrais conclure avec l’excellent livre de Alain Nisus “ Mais délivre-nous du mal”, traité de démonologie biblique publié à La maison de la bible. Il est sorti de presse il y a quelques semaines à peine. Je t’encourage à te le procurer si le sujet t’intéresse, parce qu’il va aborder de façon biblique beaucoup de thématiques sur cette question un peu difficile à saisir, à comprendre et je le trouve vraiment très intéressant, bien construit, avec des remarques très très pertinentes, et il conclut sur cette problématique qui nous a intéressée dans ce podcast avec ce paragraphe que je te lis  « Il ne faudrait pas confondre ces différents liens démoniaques avec la présence effective d’un démon dans la personne. Dans la grande majorité des cas, la solution ne consiste pas à chasser l’Esprit de …, mais à amener le croyant à confesser ses péchés, à renoncer à …, c’est-à-dire abandonner tout influence que l’ennemi aurait gagné dans sa vie, à l’exemple des Ephésiens, voir Actes 19 : 18-19, à marcher dans la pureté. Dans cette démarche il s’agit surtout d’aider la personne à confesser le Dieu libérateur plutôt que de se focaliser sur l’action démoniaque. » Si tu peux, procures-toi ce livre, tu en sauras beaucoup plus sur cette question et je te laisse avec la semaine prochaine, un podcast similaire « À quoi ressemble la lutte spirituelle ? » et je te souhaite une bonne semaine.

Florent Varak

Florent Varak est pasteur, auteur de plusieurs livres , conférencier, professeur d'homilétique à l'Institut biblique de Genève, enseignant à l'Ecole biblique de Lyon et nouveau directeur international du développement des églises évangéliques des Frères (Encompass).

Articles pouvant vous intéresser