D’où tirez-vous votre autorité pour répondre à nos questions? (Episode 34)

L’épisode 34 traite une question un peu curieuse, mais au fond, plutôt importante. Un lecteur nous demande: « D’où tirez-vous votre autorité pour répondre aux questions qui vous sont posées? » Florent Varak explique d’abord les débuts du podcast Un pasteur vous répond. Ensuite, il aborde 8 enseignements bibliques importants sur l’autorité.

Rendez-vous chaque semaine pour un nouvel épisode d’Un Pasteur vous répond: le podcast où la Bible répond à vos questions. Si vous aimez le podcast, on serait très reconnaissant que vous preniez 15 secondes pour laisser une note sur iTunes (cf. ici pour voir comment). C’est le seul moyen de le faire remonter dans le classement des podcasts « Religions » (et donc attirer d’autres publics).

Retrouvez tous les épisodes d’Un pasteur vous répond sur:

Comment s’abonner au podcast?

Vous ne savez pas comment vous abonner au podcast sur votre téléphone? On y a pensé! Découvrez un mini tutoriel vidéo ici.

Vous voulez poser une question?

Posez votre propre question pour un pasteur en cliquant ici.

Transcription :

« Cette transcription vous est proposée par les bénévoles de Toutpoursagloire.com. Nous cherchons à garder le style oral des épisodes pour ne pas déformer les propos des intervenants. De même, nous rappelons que ces transcriptions sont une aide mais que les paroles de l’auteur (podcast et vidéo) restent la référence. Cependant, n’hésitez pas à nous signaler toutes erreurs ou incohérences dans cette transcription. Vous pouvez aussi en savoir plus ici pour rejoindre notre équipe de transcripteurs. Merci d’avance. »

La question est posée : D’où tirez vous votre autorité pour répondre aux questions qui vous sont posés ? Je trouve la question excellente, mais je ne sais pas vraiment dans quelle attitude cette question est posée, et je ne sais pas vraiment comment y répondre pleinement. 

Alors, la réponse que je vais faire, peut-être ne conviendra pas à cet internaute; il ne faudra pas hésiter à poser des questions peut-être plus précises pour voir si je suis à côté de la plaque, ou pas, mais je me suis dit que ce serait une bonne occasion pour réfléchir à cette notion d’autorité, parce qu’ici et là , il y a des gens qui effectivement, se vantent d’une autorité apostolique , ou d’une autorité particulière, ou peut-être pas absolue mais très forte pour affirmer des choses sur la Bible et sur la spiritualité , et je me suis dit que ce serait peut-être une belle occasion de penser à cette notion d’autorité spirituelle, et parce que ça pourra peut-être répondre, en tout cas partiellement, aux attentes de certains d’entre-vous.  

Juste pour préciser l’origine de ce podcast, Stéphane qui est l’un des webmaster du site ToutpourSaGloire.com m’a demandé de répondre à des questions de la manière dont je le fais maintenant, parce qu’il avait beaucoup de questions,  et qu’il ne savait pas trop comment  y répondre ; il n’avait pas le temps de s’en occuper, et moi, je me suis ..enfin, j’ai pas pensé que ça serait utile, vraiment, et que ça servirait de façon intéressante la cause du Christ et de la Parole, surtout que je suis aussi pas mal occupé par d’autres occupations, mais on s’est dit qu’on allait faire un essai de quelques semaines, de quelques mois, puis voir si c’était pertinent. Et donc, c’est  vraiment à sa demande que j’ai assuré ce service, et puis, le temps passant, eh bien il y a des questions, il y a de l’interaction, et donc on pense que ça peut être un service utile au Corps du Christ en général de continuer de le faire. Mais je ne me suis pas dit :  “Tiens, je vais répondre à des questions – pour me vanter d’une autorité particulière”. 

Abordons maintenant la question de l’autorité dans un sens plus général : je vais faire un certain nombre de remarques,  je vais te dire exactement combien, je vais faire huit remarques sur cette question d’autorité. 

La première, c’est que Dieu est la seule source d’autorité absolue, d’accord ? Dieu est la seule source d’autorité et la seule autorité d’ailleurs, absolue. Dieu oeuvre à tout réunir sous un seul chef, le Christ; c’est ce que nous dit Éphésiens 1, versets 9 à 10, que toute autorité lui a été confiée sur la terre et dans le ciel. Il est le Chef Suprême, la tête de l’Eglise. Je te fais grâce des versets, mais tu pourras en utilisant une concordance les retrouver;  Il a tout mis sous ses pieds. Il règne et assujettira tout ennemi avant d’offrir un jour tout le fruit de Son Règne au Père. Sa Seigneurie sera un jour confessée par tous. Par conséquent toute autorité, quelle qu’elle soit, sera toujours une autorité déléguée, la seule autorité fondamentale, absolue, indépendante est celle de Dieu. Et, par contre, Dieu a choisi, l’Ecriture nous l’enseigne, de déléguer un certain nombre de responsabilités, et donc de mandater certains à exercer, de Sa part, une autorité.

Par exemple, Dieu, et c’est ma deuxième remarque, a délégué son autorité aux autorités civiles. Les textes de Romains 13, 1 Pierre 2 et 3, 1 Timothée 2 sont explicites pour légitimer l’autorité des gouvernements, de la police, de l’armée et nous sommes invités à nous soumettre  à ces autorités , même quand elles sont mauvaises, c’est-à-dire qu’il ne nous est pas demandé de nous soumettre aux autorités qui sont  chrétiennes, mais à toute autorité gouvernementale qui s’impose à notre pays et qui s’impose à notre conscience, avec les impôts qu’il faut payer, etc, etc…

Il semble que, dans la compréhension que Dieu a du gouvernement, une mauvaise autorité soit préférable au chaos d’une anarchie telle qu’on peut la constater dans certains pays où c’est le règne de la terreur qui existe, quand des factions prennent sur eux d’exercer l’autorité, c’est absolument épouvantable. Je dois me soumettre à toute autorité civile par motif de conscience ; la seule clause restrictive par rapport à cette soumission, c’est que si cette autorité me demande d’agir contre ma conscience, je dois désobéir et payer les conséquences de cela. Actes 5;29 nous montre que l’on ne peut pas obéir  à un commandement qui serait à l’encontre de l’éthique, ou qui serait à l’encontre de notre conscience. Donc, je vais me soumettre à tout ce que je peux , à mon gouvernement, au maximum, sauf lorsqu’il me demande d’agir contre la loi de Dieu, contre la pensée de Dieu; il est évident que, si on me demande de trahir des êtres humains, de leur faire du mal, je vais refuser ce commandement et en subir les conséquences que cela peut entraîner.  

Troisièmement, Dieu a révélé sa volonté objective dans la Bible et en quelque sorte, la Bible est l’autorité de Dieu explicitement donnée aux êtres humains. 

Cette autorité-là ne concerne bien sûr que les chrétiens; je ne peux pas imposer l’ordre biblique à des gens qui ne connaissent pas le Dieu de l’Ecriture et qui n’ont pas en eux, par le Saint-Esprit , les ressources que Dieu donne pour vivre les principes de Dieu. 

Mais l’autorité de Dieu, elle est véhiculée, elle est exprimée dans l’Ecriture; toute l’Ecriture est inspirée de Dieu nous dit 2 Thimotée 3.16 et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger et pour instruire dans la justice. Donc, cette autorité de Dieu, elle ne s’exprime pas de façon libre dans les pensées de certains en disant : je pourrai dire -mais Dieu me dit pas qu’il faut vivre ainsi; Dieu a communiqué sa pensée dans l’Ecriture et donc son autorité est véhiculée, portée par les Écritures. En suivant ce que disent les Écritures disent, je marche sous l’autorité et selon l’autorité de Dieu. 

Quatrième remarque : Dieu a conféré son autorité aux apôtres et aux prophètes des temps bibliques. Il faut bien réaliser qu’il y a un mandat particulier qui nous est laissé, qui a été donné aux apôtres et aux prophètes du Nouveau Testament. Les apôtres et les prophètes, -nous dit Éphésiens 2.20 et également Éphésiens 3.5 -ont donné un fondement à l’ensemble de l’Eglise, et donc, ils ont une autorité particulière que toi et moi nous n’avons pas et que personne n’a aujourd’hui, et c’est important de le souligner, parce que certaines personnes se présentent comme des apôtres de Jésus Christ, et ils voudraient  qu’on les écoute et qu’on les suive comme on a suivi les apôtres et les prophètes du Nouveau Testament. 

Et moi, je considère que c’est vraiment erroné; il n’y a pas cette autorité qu’avaient ceux qui ont été les témoins oculaires  de Jésus-Christ et qui ont été mandatés pour former en quelque sorte le socle initial de l’Eglise; d’ailleurs leur gloire unique est reconnue dans la nouvelle Jérusalem qui n’a que douze fondements avec le nom des douze apôtres. 

Donc il y a quelque chose de très particulier qui nous est laissé , une autorité très particulière qui nous est laissée chez les apôtres , par exemple quand l’apôtre Paul écrit aux Thessaloniciens, il dit  : c’est pourquoi nous disons sans cesse à Dieu toute notre reconnaissance de ce que, en recevant la Parole de Dieu que nous vous avons faite entendre, vous l’avez accueillie non comme la parole des hommes, mais comme ce qu’elle est vraiment, la Parole de Dieu agissant en vous qui croyez 1 Thessaloniciens 2.13. 

Alors, si moi j’écrivais quelque chose comme cela, ce serait un danger pour l’Eglise; je serais une sorte de  gourou qui apporterait une révélation avec une autorité pleine et entière , ce serait une autre révélation, une secte, une autre religion. Donc, méfie-toi de ceux qui se réclament d’une autorité particulière, absolue, en disant : « Voila , Dieu dit, Dieu parle au travers de moi ». 

Je crois que cette manière de communiquer la pensée de Dieu est révolue avec le Nouveau Testament  qui forme un socle sur lequel s’appuie l’ensemble des églises de tous les siècles.

Cinquième remarque : Dieu confie l’autorité spirituelle à un collège de responsables sur une église particulière. Je vais te citer Strauss qui a écrit un très très bon livre sur le ministère des anciens, et il écrit  : Par définition, la  structure de gouvernement par les anciens est une forme de leadership collectif dans laquelle chaque ancien occupe la même position et exerce la même autorité  et la même responsabilité que les autres. Différents noms ont été attribués à cette structure de direction; on parle généralement d’un exercice collégial ou collectif, on entend aussi de plus en plus parler d’une direction multiple, plurielle, partagée ou d »équipe. Tu pourras compléter cette réflexion en regardant en 1 Timothée 3, Tite 1, Actes 20, que c’est toujours une pluralité de responsables qui sont mentionnés et ils portent ensemble l’autorité de l’église. Je vais lire Hébreux  13.17  qui nous dit :  » obéissez à vos conducteurs et soumettez-vous à eux, car ils veillent sur votre âme, en hommes qui devront rendre des comptes . Ils pourront ainsi le faire avec joie et non en soupirant , ce qui ne vous serait d’aucun avantage ». Et voilà, Dieu confie à un groupe de personnes la direction, la responsabilité d’une église et c’est collégialement, collectivement qu’ils portent l’autorité de l’ église. 

Je voudrais faire une petite remarque en  passant; dans les plus de vingt ans de service que j’ai vécu en tant que pasteur d’une église, la plupart du temps ça c’est super bien passé, mais il y a eu d’autres moments où c’était un peu décourageant, parce que les orientations collectives des anciens ou des responsables ont été contestées, mais violemment et durement et pendant  longtemps, ce qui fait que parfois, on arrivait aux réunion des anciens, nous les anciens, avec la boule au ventre et avec vraiment de grandes difficultés à gérer, et en ne sentant pas toujours très soutenus. Alors, je dois le dire, l’église a été formidable tout au long de ces années et probablement exemplaire à bien des égards; je parle ici de situations qui ont été courtes dans le temps, mais qui ont été vraiment douloureuses. C’est important de reconnaître qu’il existe une autorité collégiale dans un groupe de responsables d’église, mais comme toute autorité, elle est déléguée, et donc redevable à Dieu; elle ne peut s’exprimer que si elle est conforme à Dieu; il est hors de question de se soumettre à des responsables dont les propos conduiraient à des abus, ou dont les propos seraient indignes ou qui ne seraient pas compatibles avec les exigences morales de l’Ecriture. Ce que je voulais souligner dans ce point numéro cinq, c’est la collégialité qui est source de sagesse, mais, reconnaissant cette collégialité, et Strauss le reconnaît également dan son livre, il y a parmi les anciens, parfois, des gens qui ont des compétences particulières de leadership, et c’est mon sixième point.

Dieu a qualifié certaines personnes à opérer certains services, et on peut parler en quelque sorte d’autorité d’experts. En Éphésiens 4.11, nous lisons :  » C’est lui (Christ) qui a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme bergers et enseignants. Ce n’est pas le thème de ce podcast de définir chacun de ces termes et de ces rôles, ça pourrait être intéressant , on pourrait revenir dessus si ça t’intéresse, mais je remarque que Dieu a donné à certains d’exercer un ministère particulier, et donc il faut aussi reconnaître que, même s’il y a collégialité , au sein de cette collégialité, même en dehors, il y a des gens qui ont été évangélistes, il y a des gens qui ont été bergers, qui vont coordonner l’ensemble du travail, il y en a qui vont être des enseignants et ce qui est important, c’est de reconnaître aussi et de bénéficier de l’autorité d’experts, parce que ce sont des dons que Dieu a donné pour qualifier l’Eglise au service; la suite du verset nous montre que ce n’est pas pour qu’eux fassent tout le travail, mais pour former les gens à faire le travail dans une église. 

Septième remarque : Dieu a permis à certaines personnes de  le refléter particulièrement; enfin, Dieu demande à tous de refléter Christ, mais je ne sais pas si tu as remarqué, il y a des gens , tu passes un temps avec eux et, [wouah !] on a le sentiment qu’ils sont proches de Christ.  1 Corinthiens 11.1 nous dit : « Soyez mes imitateurs comme je le suis moi-même de Christ ». C’est super fort un tel verset; je n’oserais pas dire des choses comme ça; parce que, dans ma vie, dans ma vie de piété, je réalise encore combien les progrès que je dois faire sont immenses. Mais il y a des gens, c’est marrant, mais ils sentent Christ; tu vois ce que je veux dire ? Ça me fait penser à Galates 2 qui dit :  » le fruit de l’Esprit c’est l’amour, la joie, la paix, la patience , la bonté, la bienveillance, la douceur, la fidélité, la maîtrise de soi;( peut-être, de mémoire, il y a quelques décalages avec la liste de départ, la liste du verset), mais les gens qui reflètent Christ comme ça, par leur piété, ont une autorité spirituelle unique et Jésus nous dit que le plus grand parmi vous soit votre serviteur; l’attitude du service, de l’amabilité, de l’humilité est la plus grande des autorités. A l’inverse, l’attitude de la contestation, du conflit, de l’opposition n’est vraiment pas une autorité spirituelle, c’est une autorité qui va à l’encontre de l’exemplarité que Dieu voudrait que les leaders exercent  dans l’Eglise. 

Et, huitième remarque, Dieu encourage la soumission mutuelle. Il y a donc une autorité communautaire. Je trouve magnifique que dans l’église on puisse être les uns vis-à-vis des autres, des frères et sœurs qui nous encourageons  et nous surveillons les uns les autres. Éphésiens 5.21 nous dit  :  » soumettez-vous les uns les autres dans la crainte de Dieu ». Et c’est pourquoi Jésus nous dit  de n’appeler personne sur la terre -Père-, parce qu’un seul est votre père, de n’appeler personne sur la terre – directeur-, car un seul est notre directeur, et il fait biens sûr référence à Dieu le Père.  C’est d’ailleurs pour ça que, dans mes années de ministère je n’ai jamais permis qu’on appelle -pasteur Florent, -pasteur Varak; ça se fait dans certains pays, et je suppose que dans ces pays-là ça n’a pas cette connotation, un peu de piédestal, mais même pour moi, j’ai refusé qu’on m’appelle comme ça; parce qu’il me semble que dans le Nouveau Testament il y a cette idée qu’on est tous frères et on va par contre exercer des ministères en fonction de son appel, et il faut les exercer; et parfois c’est pénible d’être  leader avec un certain don, parce qu’on va être contesté, ça va être un peu difficile à gérer, mais nous exerçons une fonction, nous n’exerçons pas une autorité de supériorité sur les autres; et donc nous avons un devoir de redevabilité mutuelle. 

Moi, il y a dans ma vie un mentor avec qui je parle parfois de mes échecs les plus douloureux, parfois de mes succès aussi, et qui a un droit de regard sur ma vie, j’ai aussi des frères, notamment un frère avec qui je partage tous les quinze jours, un peu, comment ça va dans ma vie, et dans les événements peut-être les plus difficiles de ma vie chrétienne; et je pense que c’est utile, quel que soit le service que nous exerçons dans l’église, je pense que  c’est utile de veiller à ce que nous soyons dans une relation de redevabilité , afin que, voilà, à la fois on puisse exercer son ministère, mais qu’on puisse aussi bénéficier du ministère des autres. 

Alors, pour conclure, je ne sais pas dans quel état d’esprit la question avait été posée, si c’est pour contester l’idée de ce blog; alors, je te rassure tout de suite, je ne prétends pas à aucune autorité en répondant aux questions sur  le blog ou sur ce podcast ToutpourSaGloire.com; ma seule volonté c’est d’être au service , d’apporter un éclairage, certainement pas le seul éclairage biblique sur les questions qui me sont posées, et il t’appartient , à toi qui écoute, de réfléchir à ce qui est  dit, de prendre les Écritures et de vérifier si c’est valide et de développer des idées différentes, à condition que tu puisses te les justifier, parce qu’un jour, toi et moi, on sera devant Christ qui nous demandera compte des positions que nous avons tenues, des enseignements que nous avons formulés, des vies que nous avons menées, et après, tout ce qui va devoir compter ce jour-là, c’est de pouvoir être honnêtes devant Dieu, que nous avons été le plus sérieux possible pour nous attacher à la Parole  et la refléter. 

Dernière remarque, en ayant souligné qu’il n’y avait pas d’autorité particulière dans les réponses que je donnais, je voudrais aussi te renvoyer à l’autorité de ton église pour que tu puisses respecter cette autorité de l’église dans ta vie en suivant avec humilité l’orientation spirituelle qui t’est donnée dans cette église, dans la mesure où cette autorité spirituelle s’exerce avec l’humilité de l’Ecriture, avec l’attachement à l’Ecriture et que tu vérifies si ce qu’on enseigne dans ce podcast tout comme dans ton église, si ce qu’on t’enseigne est juste et reflète l’enseignement des Écritures, sans être parano, sans te poser constamment la question, mais en profitant aussi de l’enseignement qui t’est proposé. Je pense à ce que 1 Thessalonicien 5.18 nous dit de ne pas éteindre le Saint Esprit en méprisant les prophéties, pas nécessairement des choses où Dieu parle comme dans le temps de l’Ancien Testament – » Ainsi parle l’Éternel ! », mais c’est les prophéties de l’Ecriture, c’est l’exhortation, c’est l’enseignement de l’Ecriture qui est prononcé dans le contexte de l’assemblée, et il ne faut pas les écouter en ignorant un peu leur portée, mais se laisser modeler par le Saint Esprit  pour que nous puissions grandir . 

Donc deux attitudes, à la fois de soumission  à ton église locale et à la fois de réserve pour rester surtout attaché à la personne de Christ en puisant des racines profondes dans cette Ecriture pour discerner ce qui est vrai ou ce qui est faux. Ce qui est important , c’est se souvenir que Christ est la seule autorité absolue, et que toutes les autorités qui sont autres sont des autorités déléguées qui doivent s’exprimer selon la pensée de Dieu et que Dieu appellera en jugement.

Florent Varak

Florent Varak est pasteur, auteur de nombreux livres dont le Manuel du prédicateur, L'Évangile et le citoyen et la ressource d'évangélisation produite en co-édition avec TPSG: La grande histoire. Florent est aussi conférencier, professeur d'homilétique à l'Institut biblique de Genève, enseignant à l'Ecole biblique de Lyon et directeur international du développement des églises évangéliques des Frères (Encompass).

Articles pouvant vous intéresser

5 thoughts on “D’où tirez-vous votre autorité pour répondre à nos questions? (Episode 34)

  1. Micaël Gelin dit :

    Excellent. Juste une remarque pour Ephésiens 5.21. Je pense que Florent le sais. Il y a deux interprétations possibles (peut être qu’il y en a d’autres qui sont des mixtes de ces deux-ci) : soit le verset plaide pour la soumission mutuelle mais dans ce cas il y a un risque de gommer la notion de hiérarchie qui se trouve d’ailleurs dans les versets suivants. A noter, au passage que les textes du NT qui parlent de l’humilité et de service réciproques (Philipiens 2 par exemple) n’ont pas valeur de « soumission » comme dans le présent verset d’Ephésiens 5.21; soit, en court, la deuxième interprétation, n’est pas de voir dans ce verset une symétrie parfaite (auquel le « les uns les autres » nous fait penser mais ce n’est pas toujours le cas dans l’Écriture; je pense notamment à Ap 6.4 où les hommes s’égorgent les uns les autres. Chacun ne peut tué l’autre et être en même temps tué par l’autre.) mais comme une référence à la soumission à des autorités dûment établies par Dieu et non à une soumission mutuelle. Cela correspond au contexte des versets suivants. Selon Peter T. O’Brien : « C’est comme si l’apôtre disait : »Soumettez-vous les uns les autres ; j’entends par là, femmes soumettez-vous chacune à votre mari, enfants à vos parents, esclaves à vos maîtres. » Le commentaire d’Ephésiens de Peter T. O’Brien est précis et éclairant à ce sujet. Il expliquera bien mieux les choses que moi. Merci encore pour votre travail.

    1. Florent Varak dit :

      Excellente remarque. Merci ! Bonne continuation. (PS.: oui, le commentaire d’O’Brien est simplement excellent, ainsi que celui de Hoehner.)

  2. Louis Pezzucchi dit :

    Bonjour,
    Je suis tout à fait d’accord avec ce message. Le point 6 parle d’autorité des anciens et de collégialité. Je suis absolument convaincu que c’est le seul moyen biblique d’encadrer une assemblée sauf que je n’ai jamais rencontré d’église qui se soit dotée exclusivement d’anciens correspondant parfaitement à tous les points de 1Ti 3 ; Ti 1 et Ac 20. C’est juste mon expérience. Il en existe sûrement. Je pense surtout à la vie de famille aboutissant à des enfants croyants et fidèles (pour ne pas être accusés de débauche il faut qu’ils soient au moins de jeunes adultes et non plus de petits enfants). C’est cela qui manifeste la capacité du père à bien diriger sa maison. J’appelle cela  » le diplôme du Seigneur pour être pasteur « . Je suis convaincu que Dieu ne peut authentifier un ministère et agir comme il le voudrait avec ceux qui s’y engagent sans avoir toutes les vertus décrites dans ces passages. C’est peut-être la raison pour laquelle il y a tant de de problèmes avec ceux qu’ils essaient d’accompagner sans parler de ceux qu’ils rencontrent dans leurs propres familles.

    1. Florent Varak dit :

      Bonjour et merci de votre remarque. La notion de « correspondant parfaitement » est une barre très haute! En relisant les qualités de ces textes, je dois reconnaître qu’en dehors de la grâce de Dieu, je serai loin de tout service dans l’église. Il me semble qu’il y a là une notion de réalisation commune, de la part de l’église, que les frères sont authentiques et qu’ils vivent réellement dans le désir de plaire à Dieu. Je comprends aussi votre compréhension de fidèles = croyants, mais je ne pense pas que ce soit nécessairement le cas. Le mot « fidèle » permet les deux interprétations: fidèle (dans la foi) ou fidèle (respectueux). Fraternellement,

  3. Claire STIEBER dit :

    Merci Florent pour tes interventions. Que le Seigneur te permette de continuer encore longtemps dans cette voie, malgré toutes les tâches de ton ministère,
    et qu’Il continue à t’éclairer et t’inspirer pour notre édification. Fraternellement en Christ.

Comments are closed.