Pourquoi les généalogies de Jésus sont-elles différentes? (Épisode 62)

Dans ce nouvel épisode, Florent Varak aborde les différences apparentes dans les généalogies de Jésus-Christ (Matthieu 1 et Luc 3: 23-38). Pour répondre à la question posée Florent Varak formule tout d'abord plusieurs observations sur ces deux généalogies, il évoque ensuite plusieurs hypothèses existant pour les concilier. Pour terminer, il nous donne au travers de plusieurs remarques son point de vue sur le sujet.

Rendez-vous chaque semaine pour un nouvel épisode d’un Pasteur vous répond : le podcast où la Bible répond à vos questions.

Si vous aimez le podcast, nous serions très reconnaissant que vous preniez 15 secondes pour laisser une note sur iTunes (cf. ici pour voir comment). C’est le seul moyen de le faire remonter dans le classement des podcasts « Religions » (et donc attirer d’autres publics).

Retrouvez tous les épisodes d’Un Pasteur vous répond sur :

Comment s’abonner au podcast ?

Vous ne savez pas comment vous abonner au podcast sur votre téléphone ? On y a pensé ! Découvrez un mini tutoriel vidéo ici.

Vous voulez poser une question ?

Posez votre propre question pour un pasteur en cliquant ici.

Transcription :

« Cette transcription vous est proposée par les bénévoles de Toutpoursagloire.com. Nous cherchons à garder le style oral des épisodes pour ne pas déformer les propos des intervenants. De même, nous rappelons que ces transcriptions sont mises à disposition mais que les paroles de l’auteur (podcast et vidéo) restent la référence. N’hésitez cependant pas à nous signaler toutes erreurs ou incohérences dans cette transcription. Merci d’avance. »

La question est posée : « Jacob eu pour fils Joseph, l’époux de Marie, de laquelle est né Jésus, qu’on appelle le Christ. » (Matthieu 1. 16) Pourquoi n’est-ce pas la descendance de Marie qui est mentionnée ? Merci.

Je savais que la question viendrait un jour. La différence des deux généalogies que l’on trouve dans les évangiles, une en Matthieu et une en Luc, a fait couler beaucoup d’encre. Malheureusement, les solutions pour harmoniser ces deux généalogies ne sont pas simples et ne sont pas non plus concluantes. La discussion sur cette question n’est pas terminée ; peut-être on verra les choses plus clairement alors qu’une réflexion supplémentaire a lieu, peut-être d’autres découvertes sur la manière dont les généalogies peuvent être formulées.

Avant de me lancer dans un essai d’explication de ces différences que nous trouvons dans les généalogies, quelques remarques sur ces deux généalogies :

– Matthieu développe sa généalogie à partir d’Abraham ; Luc à partir d’Adam.

– Matthieu va de père en fils ; Luc commence avec Jésus et va de fils en père.

– Matthieu trouve important d’identifier trois groupes de quatorze noms, une structure qui le force à ne pas mentionner certains noms, donc il y a un objectif un peu littéraire dans sa généalogie ; alors que ça ne semble pas être la préoccupation de Luc.

– Matthieu mentionne quatre femmes dans sa généalogie, ce qui est remarquable à la fois pour la culture de l’époque, mais également pour le type de femmes qui sont mentionnées : on voit ici une préoccupation de la grâce et de la bienveillance de Dieu parce que ces femmes ont un parcours marqué et elles sont présentes dans la généalogie de Jésus.

– Et puis d’Abraham à David, les deux généalogies sont identiques mais elles sont arrangées de manière inverse comme je l’ai dit, l’une va en sens ascendant et l’autre dans le sens descendant.

D’Abraham à David elles sont identiques, le problème commence avec David. David, ça nous place à 1000 av. JC à la louche et les généalogies diffèrent de manière significative. La généalogie de Matthieu passe par Salomon, le fils de David ; celle de Luc passe par Nathan. Comment expliquer ces différences ?

Alors, certains ont essayé de dire que, peut-être, c’était une question de différence d’objectif : Matthieu démontre que Jésus est le Roi légitime d’Israël parce qu’Il est vraiment le Messie promis et qu’Il est la lignée qui aurait dû régner sur son territoire et c’est comme ça qu’il choisit un certain nombre d’ancêtres qui déterminent, démontrent qu’Il est celui qui aurait dû régner sur le trône d’Israël. Luc par contre, évoque des points de connexion plus larges, Il est le fils d’Adam, Il est le fils de David, et ça lui permet d’élargir un petit peu la présentation de Christ, Fils de l’homme notamment, c’est un titre qui va être beaucoup plus fréquemment mentionné dans l’évangile de Luc. Mais ça n’offre pas une explication pour les différences, ça observe juste certaines choses, mais ça ne résout pas le problème des différences que nous trouvons en ces généalogies.

Il y a une autre supposition qui a été évoquée, assez ingénieuse mais qui n’a aucune preuve, je te préviens d’avance. Je ne sais pas si tu es doué en généalogie, moi je ne le suis pas, il faut chaque fois je me fasse des petits diagrammes pour comprendre le père, la grand-mère, un peu comme le jeu des 7 familles… Héli serait mort sans enfant. Jacob qui aurait la même mère, mais un père différent a marié la veuve, et Joseph était son fils. Je ne sais pas si tu m’as suivi, sinon tu refais plus lentement avec un crayon. C’est ingénieux mais il n’y a aucune preuve, aucun argument tangible en faveur de cette explication.

Leon Moriss dans son commentaire sur Matthieu analyse quelques solutions et conclut ainsi : « La meilleure solution c’est que la liste de Matthieu représente les descendants légaux de David, ceux qui auraient régné si le royaume avait continué, alors que Luc liste les descendants de David selon la lignée d’appartenance de Joseph. Mais il n’y a aucun moyen de le savoir avec certitude. »

Quand j’ai prêché au travers de l’évangile de Matthieu, j’ai commencé bien sûr avec une prédication sur les généalogies, ce qui est un vrai casse-tête, et j’ai repris différentes possibilités tirées de différentes observations des commentaires que je pouvais lire et je te livre un peu ma synthèse. Je ne prétends nullement que c’est la bonne ; c’est une manière de voir la différence, elle a du sens mais il y a probablement encore du travail à faire pour pouvoir les résoudre plus complètement.

Toujours est-il que, et c’est la première remarque que je ferais, nous trouvons dans l’ancien testament une promesse extrêmement ferme que le descendant de David siègerait éternellement sur le trône de Dieu. C’est une promesse messianique bien entendu, parce que David est mort et ses descendants n’ont pas régné continuellement sur le trône. On sait par contre que Dieu a fait la promesse que, de David naîtrait le grand roi d’Israël qui règnerait à jamais sur Israël et sur toutes les nations. Cette promesse passe par Salomon, c’est ainsi que les prophètes le précisent, la promesse passe par David puis son fils Salomon.

Deuxième remarque : le prophète Jérémie en 22. 30 et jusqu’au début du chapitre 23, nous apprend que Dieu condamne l’un des descendants de David : Jéconia. Ses enfants, nous dit la Bible, ne monteront pas sur le trône ; il est exclu d’office de la lignée messianique. Or il est mentionné dans la généalogie de Matthieu.

Alors est-ce que Dieu serait revenu sur son jugement ? En fai, c’est l’une des pistes qui rend cette question complexe, mais aussi magnifique. Je ne sais pas si tu peux te faire le film de la promesse : Dieu promet un descendant messianique et royal à David, à Salomon et la royauté passe par Jéconia mais pas pour le roi messianique. Ca devient compliqué. Sauf si Joseph n’est que le père adoptif de Jésus. Donc, il pourrait contribuer ou accorder à Jésus le titre de roi légitime sur Israël puisqu’il est de la descendance royale issue de David, issue de Salomon et issue de Jéconia, mais si jamais cette lignée est mise de côté, cette lignée de sang, de chair, est mise de côté, alors on peut comprendre qu’il y ait une autre généalogie qui passe par d’autres ancêtres, et qui cette fois-ci, va toucher Marie.

Alors c’est l’autre hypothèse qui est mise en avant, c’est que la généalogie de Luc serait celle de Marie. Mais ce n’est vraiment pas explicite, et Luc aurait pu être plus explicite si c’était vraiment le cas, mais c’est en tout cas, une hypothèse qui tient la route quelque part, même si elle n’est pas acceptée par tous. Le nom de Joseph ne fait pas partie de la liste comme les autres noms dans la généalogie de Luc. On pourrait comprendre par l’original une forme de parenthèse : « Jésus avait environ trente ans lorsqu’il commença son ministère, étant, comme on le croyait, fils de Joseph, fils d’Héli. » (Luc 3. 23) Héli serait soit le grand-père maternel de Joseph (le père de sa mère) ou le père de Marie, le grand-père de Jésus. Je ne rentre pas ici dans la démonstration complète.

Pourquoi imaginer que cette généalogie de Luc serait celle de Marie ? Déjà Marie est le sujet principal du début de cet évangile, donc il est logique de supposer que cette généalogie est la sienne. Les prophètes avaient promis que le Messie allait être un descendant biologique de David, sorti de ses entrailles (2 Samuel 7, Actes 2. 30), et si Jésus entre uniquement dans la lignée de David à travers Joseph, son père adoptif, il ne répond pas à ce critère. Donc on a besoin que cette femme descende véritablement de David. Et puis comme Jésus est fils d’Adam, c’est aussi la promesse que d’une femme naîtrait celui qui allait écraser toute adversité démoniaque, le proto-évangile qui est mentionné en Genèse 3. 15 : Dieu fait la promesse que d’une femme naîtrait celui qui écraserait celui qui est à l’origine du mal et du péché sur notre humanité.

Donc on aurait cette idée-là que Luc retrace la lignée biologique de Jésus, de David à Nathan à Marie sa mère terrestre, et Matthieu retrace la lignée politique ou légale de Jésus par David puis Salomon puis Jéconia.

J’imagine que si tu as écouté de façon nonchalante, comme ça en partant au boulot, ce que je viens de dire ici, c’est très flou dans ta tête. C’est une question assez complexe et il faut reprendre un papier un crayon, noter les noms et les placer dans une sorte d’arbre généalogique. Je ne sais pas si vous voyez l’énigme qui est évoquée par ces promesses qui sont invalidées par des contre-promesses : d’un côté le Messie devait être de la lignée royale sans être le descendant de Jéconia, ce qui est une impossibilité, et aussi il devait être de la lignée biologique de David. Finalement, la seule solution et il y en avait une, c’est que le Messie soit né d’une vierge de la lignée de David non au travers de Salomon, et qu’il soit adopté par un père de la lignée royale de David et de Salomon. Et ça permet de résoudre cette énigme et de voir comment Jésus est le fils de David, à la fois le fils de David messianique, celui qui viendrait accomplir le salut pour les hommes, et aussi le fils de David politique, celui qui de droit règnerait et règnera un jour sur Israël, et sur l’ensemble du monde, nous le voyons dans le reste de l’Ecriture.

Alors il existe plusieurs moyens de réconcilier ces généalogies et ce que je viens d’évoquer n’est certainement pas le seul moyen de le faire, il existe d’autres possibilités que je n’ai pas voulu évoquer parce que c’est déjà une question assez complexe, et que ça alourdirait un podcast qui ne peut être que de quelques minutes. Voilà une piste pour déjà tenter de poser les premières pierres d’une réponse à cette question difficile.

Florent Varak

Florent Varak est pasteur, auteur de nombreux livres dont le Manuel du prédicateur, L'Évangile et le citoyen et la ressource d'évangélisation produite en co-édition avec TPSG: La grande histoire. Florent est aussi conférencier, professeur d'homilétique à l'Institut biblique de Genève, enseignant à l'Ecole biblique de Lyon et directeur international du développement des églises évangéliques des Frères (Encompass).

Articles pouvant vous intéresser

>