Jésus était-il marié? (Épisode 223)

La théorie que Jésus était marié à Marie Madeleine a été popularisée par de nombreux ouvrages. Florent Varak nous prouve le contraire à partir des données bibliques, mais également des données historiques. Mais il nous parle également d'un autre mariage, dont Christ sera l'époux...

Un pasteur vous répond existe aussi en vidéo:

Rendez-vous chaque semaine pour un nouvel épisode d’un Pasteur vous répond: le podcast où la Bible répond à vos questions. Si vous aimez le podcast, on serait très reconnaissant que vous preniez 15 secondes pour laisser une note sur iTunes (cf. ici pour voir comment). C’est le seul moyen de le faire remonter dans le classement des podcasts « Religions » (et donc attirer d’autres publics).

Retrouvez tous les épisodes d’Un Pasteur vous répond sur:

Comment s’abonner au podcast?

Vous ne savez pas comment vous abonner au podcast sur votre téléphone? On y a pensé! Découvrez un mini tutoriel vidéo ici.

Vous voulez poser une question?

Posez votre propre question pour un pasteur en cliquant ici.

Transcription :

« Cette transcription vous est proposée par les bénévoles de Toutpoursagloire.com. Nous cherchons à garder le style oral des épisodes pour ne pas déformer les propos des intervenants. De même, nous rappelons que ces transcriptions sont mises à disposition mais que les paroles de l’auteur (podcast et vidéo) restent la référence. N’hésitez cependant pas à nous signaler toutes erreurs ou incohérences dans cette transcription. Merci d’avance. »

La question de ce podcast est la suivante: « J’ai une discussion avec un internaute qui m’affirme avec force que Jésus a été marié et a eu des enfants. J’ai essayé de lui expliquer que ce n’était pas son but et que sa vie terrestre avait une toute autre mission. Rien n’y fait. Y a-t-il des arguments qui pourraient le convaincre et cela en vaut-il la peine? Merci! »

Ecoute, ta question est vraiment super, elle me touche d’autant plus que j’ai grandi dans cette croyance que Jésus avait été marié, marié à Marie-Madeleine, qu’ils avaient eu ensemble des enfants, et que l’Eglise nous avait caché la vérité. Le personnage de Christ avait été en quelque sorte absorbé par la religion, alors que la réalité historique était beaucoup plus prosaïque… J’avais lu les livres quand j’étais adolescent, jeune adulte et vraiment anti-chrétien. J’avais lu les livres, écrits notamment par… (Que je retrouve ici le titre) c’était celui de Baigent et Leigh intitulé L’énigme sacrée, qui faisaient cette première démonstration. Il faut savoir que Dan Brown, qui a écrit son roman très célèbre (qui l’a rendu célèbre) sur cette thématique, s’est beaucoup inspiré des données de ce livre, L’énigme sacrée, au point que les auteurs ont porté plainte pour plagiat à Dan Brown, parce qu’il aurait saisi un grand nombre d’informations pour construire son roman qu’il estimait plutôt « historique »!

Et plus récemment, ma chère maman, que j’aime énormément, pour qui j’ai beaucoup d’affection, de respect, me disait qu’elle était en train de lire ce livre-là: L’énigme du Graal, de Laurence Gardner, et qui démontrait effectivement que Jésus était marié à Marie-Madeleine, qu’ils étaient venus en France (parce que la France est le seul pays digne de les accueillir!) et que là ils auraient eu des enfants (à partir de Aix-en-Provence notamment) desquels serait né le sang bleu, le sang royal, la dynastie mérovingienne. Alors j’ai lu bien sûr L’énigme du Graal, j’ai lu les livres de Baigent et Leigh, j’ai lu le Da Vinci Code, j’ai lu un ensemble d’ouvrages là-dessus; peut-être tu ne sais pas, mais j’ai écrit un livre qui s’intitule Le mariage de Jésus, publié aux Editions CLE. Il t’en coûtera 4 euros, parce qu’on voulait qu’il soit vraiment accessible au plus grand nombre, donc ce n’est pas un livre avec lequel on fait beaucoup de profits! Mais donc tu auras beaucoup plus d’informations que ce que je te dis ici. Le mariage de Jésus, aux éditions CLE, est assez complet, et surtout c’est un livre qui se donne facilement, il a été rédigé dans l’objectif de pouvoir transmettre une information à ce sujet à ceux qui, précisément, sont de la croyance de ton internaute.

Alors un podcast aussi court, une vingtaine de minutes, je ne vais pas avoir le temps de tout développer, mais je voudrais aborder plusieurs questions liées à ton podcast, pour répondre à ta question. 

Y a-t-il des preuves bibliques du mariage de Jésus? 

En un mot: NON!

Non! D’accord? Je lis l’Ancien Testament, le Nouveau Testament, une fois par an-pas l’entièreté-tous les jours! La Bible, une fois par an, le Nouveau Testament, souvent plusieurs fois dans l’année. J’étudie pas mal de textes bibliques, je regarde à la loupe non seulement le texte, mais son contexte historique, les descriptions qui sont données. J’aurais aucun souci à dire et à affirmer, à concevoir que Jésus était marié, si c’était là les données bibliques. Il n’y a AUCUNE donnée biblique qui permet d’imaginer que Jésus était marié à Marie-Madeleine. Alors Gardner dit l’inverse, par exemple, et je me suis intéressé à sa démonstration.

C’est intéressant, car il part du principe que Jésus était marié, donc il cherche des traces de mariage. Alors tu en trouves un, dans Jn 2, Jésus était présent à un mariage, et comme Jésus a ordonné aux serviteurs d’aller prendre du vin dans des grands réservoirs qui normalement servaient aux ablutions d’eau, c’est que forcément il était un homme important dans ce mariage, donc forcément c’était le marié. Mais tu vois le type de raisonnement qu’il faut, c’est-à-dire que tu as un texte qui ne dit absolument pas cela, et on lit dans ce texte ce qu’on a envie d’y lire.

Faire dire au texte ce qu’il ne dit pas

Alors Gardner va un peu plus loin, il dit: “Bon en fait, c’était probablement pas des noces dans le sens où on l’entend maintenant, c’était probablement des fiançailles, les fiançailles de Jésus et de Marie-Madeleine.” Après il essaie de trouver tout un raisonnement dans les habitudes juives pour essayer de démontrer qu’il fallait attendre ensuite 2 ans pour la réalisation du mariage; il y a des informations vraies dans ce qu’il dit, il y a des informations fausses… Il dit il faut qu’on trouve un autre repas, 2 ans après les noces de Cana en Jn 2, et il trouve quoi? En Mc 14, il y a ce qu’il appelle « l’onction nuptiale ». Alors c’est la première fois que je lis la description de ce qui se passe dans la maison d’un pharisien nommé Simon!

Jésus entre, il mange avec Simon, alors c’est un repas assez ouvert; et il semble que Simon ne soit pas très poli, il ne lui lave pas les pieds, il ne fait rien de très particulier. Pendant ce repas, il y a une femme qui vient et qui s’épanche, qui épanche son cœur pour répandre sur les pieds de Jésus du parfum en pleurant pour ses péchés. Pour Gardner, c’était une évidence, c’est là que le mariage est scellé. Alors il a ensuite quelques raisonnements un petit peu surprenants pour essayer d’évoquer cette autre onction d’une autre Marie, celle de Béthanie, qui pourrait avoir été confondue…

En fait, il prend le texte, dans ce qu’il dit de très simple… Pour une fois il n’y a pas beaucoup de choses difficiles à comprendre dans ce texte-là…(enfin j’exagère, car la plupart de la Bible est claire) mais bref! Ces textes disent des choses assez simples à comprendre, qui ont vraiment une portée pédagogique et théologique très simple à saisir, et il voit dans ces textes des choses que seul lui peut dire; il n’y a vraiment aucun exégète qui peut sortir de telles choses.

Alors ce qui est intéressant, c’est que dès que l’on voit Jésus avec une femme, c’est donc un mariage quelque part (là où ça l’arrange, il le voit) mais on aurait très bien pu dire: Ah! Dans Jn 4, Jésus parle avec une femme samaritaine; comme ça ne se faisait pas à l’époque, c’est forcément qu’il y avait quelque chose, entre tous les 2… 

En fait on pourrait multiplier le nombre d’exemples où on lit dans le texte quelque chose qui n’a rien à voir avec le texte.

Une mauvaise image du mariage

Il faut bien savoir c’est très important pour le raisonnement qui est proposé: c’est que dans la perspective de ces auteurs, le mariage, la sexualité, c’est ‘sale’ dans la Bible, donc forcément, tout ce qui parlait de mariage entre Marie-Madeleine et Jésus, ça aurait été écarté; mais c’est faux. Le mariage est une très bonne chose, je vais y revenir, ça sera à la fin de ce podcast. La sexualité dans le mariage est une très bonne chose, elle est encouragée dans la Bible, il y a même un livre entier qui est dédié à l’aspect de l’amour romantique et sexuel du couple.

L’apôtre Paul voit en 1 Co 7 un devoir de sexualité, donc il n’y a aucun complot pour essayer de masquer la notion de mariage ou la notion de plaisir sexuel. Même l’apôtre Paul dit que l’apôtre Pierre était marié, que sa femme voyageait avec lui, (1 Cor 9), que les autres apôtres étaient mariés, et que ça ne posait aucun problème.

Réfléchissez un instant. Si on voulait prouver que le mariage était une bonne chose, on prend le personnage le plus important, on dit « Voyez, lui il était marié, donc pourquoi ça poserait un problème? » Or quand l’apôtre Paul essaie de montrer que le mariage est une bonne chose, ce qui était contesté par les Corinthiens, il prend l’exemple de Pierre. Mais si Jésus avait été marié, qui est-ce qu’il aurait pris comme exemple? « Regardez, Jésus même était marié, avec Marie-Madeleine. » Tout le monde aurait fait des applaudissements, tout le monde aurait été heureux de ce mariage, parce que c’était vraiment pas un problème.

Un amour des théories du complot

Y a-t-il des indices historiques du mariage de Jésus?

En un mot, également: NON!

Il y a des indices historiques, mais ils ne sont pas de la période qui nous concerne. Pour établir cette notion de mariage à partir de données historiques, il faut premièrement poser un grand complot. Je l’ai un peu évoqué tout à l’heure, l’Église qui aurait été embarrassée par un mariage et la sexualité, là ça aurait été très mauvais, donc il fallait absolument évincer ces données. Comment évincer ces données? Il fallait purger les évangiles.

Dans le livre de Dan Brown, il est dit qu’il y aurait 76 évangiles (80 en tout, 4 auraient été gardés), 76 évangiles auraient été passés au ‘pilon’ pour ne garder que les 4 officiels, et ils auraient été d’ailleurs trafiqués pour retracer une histoire, une histoire que l’Église voulait raconter.

Alors Gardner, lui, parle d’une cinquantaine d’évangiles. Le problème, c’est que quand tu me dis, ou quand quelqu’un me dit qu’il y a des tas d’évangiles qui disent cela. Moi je suis tout à fait prêt à les lire, je parle un peu le grec, je ne parle pas le copte, mais je connais des copains qui le parlent (qui le lisent, en tout cas), l’araméen, le latin, etc: on peut trouver des gens qui traduisent. Or, il n’existe pas de manuscrits.

Je vais te dire exactement ce qu’il en est. Le professeur Blomberg, une des sommités actuelles du Nouveau Testament, dit la chose suivante au sujet de l’ensemble des « soi-disant » évangiles qui existent: « Le seul évangile qu’un nombre suffisant d’érudits considère digne de ce nom est l’évangile de Thomas, une collection de 114 paroles attribuées à Jésus, dont le tiers reflète approximativement les évangiles canoniques, c’est-à-dire nos 4 évangiles. Un autre tiers est clairement gnostique (j’y reviendrai, c’est une autre religion, et non chrétienne). Le dernier tiers n’est ni nécessairement dissident, ni manifestement gnostique. » (Fin de citation)

Des sources non documentées

Il dit [Blomberg] que de l’ensemble des documents qui existent, on peut éventuellement donner le titre d’évangile à 2 douzaines d’entre eux, c’est-à-dire 24 (à la louche); 24 écrits pourraient éventuellement recevoir le titre d’évangile. La moitié d’entre eux: on n’a aucun manuscrit.

Ce sont les Pères de l’Église qui font référence à ces manuscrits, et on ne connaît pas leur contenu. Donc c’est difficile de dire ce qu’il en est parce qu’on ne connaît pas ce qu’ils disent. Et ils sont beaucoup plus tardifs parce que seuls les Pères de l’Église (les leaders du christianisme) à partir du 2e jusqu’au 4e siècle: ce qu’ils en disent, c’est ce qui existe de leur côté, mais ça n’a rien à voir avec les données bibliques; là encore je vais te montrer la différence avec les données gnostiques.

Il y a donc cette idée que l’on aurait détruit (que l’on aurait caché, plutôt) des évangiles, mais la réalité documentaire, textuelle, factuelle, c’est qu’ils n’existent pas. On a une douzaine d’écrits qui existent, qui sont tous postérieurs aux 4 évangiles du Nouveau Testament, qui sont intéressants; ils n’ont d’ailleurs jamais été détruits, ils ont été analysés parfois par les Pères de l’Église. Et même le christianisme, tel que le catholicisme, a repris certaines traditions; la crèche avec l’âne et le bœuf qui réchauffent l’enfant, ça n’est pas dans la Bible, ça vient des évangiles annexes, qu’on appelle apocryphes; donc ils n’étaient pas cachés, c’est simplement… c’est un peu comme le Da Vinci Code, c’était des écrits intéressants, mais ils ne tenaient pas la route, c’était pas quelque chose sur quoi on pouvait fonder… On verra pourquoi ça ne tient pas la route.

Des choses improbables

Alors ensuite, systématiquement, on lit ces écrits (parmi la douzaine dont on a les textes) de façon étrange; on lit chaque fois les choses les plus improbables. Par exemple, il existerait, selon les auteurs, un évangile secret de Marc; et je m’y suis intéressé, parce que c’est une chose qui fait sensation. Et cela vient d’une photo qui a été prise en 1958 au monastère de Mar Saba près de Jérusalem. C’est un homme qui a trouvé cette lettre qui a été attribuée à Clément d’Alexandrie (un Père de l’Église assez ancien), qui parlait de cet évangile secret de Marc. On a quelques extraits, ça a été pris en photo, ça a été développé… Cette lettre de Clément d’Alexandrie mettait en garde contre un évangile secret de Marc, falsifié par les Carpocrates, et il en citait des extraits. Le problème c’est que cette lettre, on ne sait pas si elle est authentique, et le dictionnaire d’Oxford (qui n’est pas une source chrétienne, c’est une source assez officielle, ce sont des érudits qui affirment cela), aujourd’hui cette lettre n’est pas considérée comme authentique; cela veut dire que vous avez quelqu’un au 20e siècle qui trouve un document, qui soi-disant daterait du 2e-3e siècle, qui postulerait d’un évangile… Oui mais si ce courrier de 1958 est faux, alors toute la chaîne de raisonnements est fausse. Aujourd’hui les érudits disent que c’est probablement une fabrication très tardive. Je les ai lus, ces extraits incriminés, ils ne disent rien d’un mariage de Jésus, mais simplement qu’il y avait une connaissance secrète qu’il ne fallait pas transmettre à d’autres.

Alors tu imagines, tout le monde rentre dans cette brèche en disant: « S’il y a une connaissance secrète que les apôtres ont cachée, nous, nous la connaissons! Et la voici, cette connaissance secrète: Jésus était marié! »

Cherche indices désespérément!

D’où viennent ces éléments où on dit que Jésus était marié à Marie-Madeleine, et que c’est historique?

Je vais te citer un grand spécialiste de l’histoire de l’Eglise et des documents du Nouveau Testament, Darrell Bock, et il dit: “J’ai dans mon bureau 38 volumes rassemblant les documents de l’Église primitive, donc 38 volumes universitaires, chacun composé de plusieurs centaines de pages de 2 colonnes, écrits en petits caractères. Que de cet amas on ne tire que 2 indices qui puissent être mis en avant comme des traces anciennes de cette théorie, montre à quel point elle est tellement improbable.” C’est ce qu’il dit, sur l’Église primitive j’ai 38 volumes de données, c’est énorme. Et il n’y a que 2 indices que l’on pourrait utiliser, éventuellement, pour parler d’un mariage de Jésus.

Alors ça me permet de regarder maintenant ces indices parce qu’au début de cette 2e question « est-ce qu’il existe des indices historiques? » j’ai dit non et je le maintiens, comment est-ce qu’on le concilie avec ce que je viens de lire de Bock?

Différentes sortes d’évangiles

•Alors il faut bien comprendre, on a les 4 évangiles, que l’on appelle canoniques, dans le sens où ils font la règle. Ce sont ceux qui ont été reconnus par l’ensemble des églises; quand l’ensemble des églises est d’accord, c’est déjà un miracle!

Ces 4 forment la règle, ils sont dans nos Bibles, on les appelle les canoniques. 

•Ensuite, tu as des écrits, ou des évangiles apocryphes, c’est-à-dire cachés, écartés, mais qui étaient connus. C’est pas des choses qui étaient gênantes, ce sont des volumes qui ont circulé relativement tôt après le 1er siècle, mais leur nombre a grandi avec le temps.

Alors quand on regarde ces apocryphes, qu’est-ce que l’on a? On a un certain nombre d’entre eux qui sont des évangiles proches; proches des 4, donc pas très intéressants, ils disent à peu près la même chose.

•Ensuite on a des évangiles qu’on va qualifier de complémentaires, parce qu’ils racontent ce que les évangiles (canoniques) ne racontent pas: l’enfance de Jésus, des choses qui sont intéressantes, un petit peu « croustillantes ». Mais c’est difficile quand on raconte une histoire en plus, alors qu’elle est écrite 2 siècles parfois après les faits.

•Et puis il y a (et c’est cela qui nous intéress) les évangiles de religion gnostique, parce que vois-tu, Jésus était un personnage qui a pris de l’ampleur, qui est devenu très célèbre, très populaire, et les gens se sont saisis de ce personnage, en disant: « Moi je suis de Jésus, mais voilà le vrai enseignement de Jésus. » Alors la religion gnostique nous a donné l’évangile de Thomas, de Philippe et de Marie-Madeleine. Parmi ces évangiles, 2, dont on n’a que quelques extraits très courts, Philippe et Marie-Madeleine pourraient éventuellement donner crédit à la thèse du mariage de Jésus.

L’évangile de Marie-Madeleine

Voici ce que dit l’évangile de Marie: « Lévi prit la parole: Pierre, tu as toujours été un emporté; je te vois maintenant t’acharner contre la femme, comme le font nos adversaires. Pourtant, si le Maître l’a rendue digne, qui es-tu pour la rejeter? Assurément, le Maître la connaît très bien, Il l’a aimée plus que nous. » (Fin de citation de l’évangile de Marie)

Il l’a aimée plus que nous: alors ça c’est évident, si Jésus a aimé une femme plus que les apôtres, c’est forcément qu’ils étaient mariés. C’est intéressant comme on a une vision de l’amour, et de l’amitié d’ailleurs, qui est forcément de cet ordre-là.

Je veux te démontrer qu’à l’intérieur du gnosticisme, c’est absolument impossible de l’imaginer. Tu verras pourquoi.

L’évangile de Philippe et son anachronisme

Voici maintenant ce que dit l’évangile de Philippe. Alors c’est plus compliqué, parce que l’évangile de Philippe est arrivé à nous sous la forme d’un manuscrit plutôt amoché, il faut compléter pas mal. 

« Mais la Sophia », nous dit le texte, « qui est appelée stérile, est la mère des anges. Et la compagne du Fils est Marie-Madeleine. Le Seigneur aimait Marie plus que tous les disciples, et il l’embrassait souvent sur la bouche. Les autres disciples le virent aimant Marie et lui dirent: « Pourquoi l’aimes-tu plus que nous tous? » le Seigneur répondit: « Comment se fait-il que je ne vous aime pas autant qu’elle? » (Fin de citation)

Alors là, c’est la démonstration utile. On verrait, soi-disant, Jésus embrasser Marie-Madeleine sur la bouche. 

Et là on est devant un phénomène qui est un anachronisme. Qu’est-ce que ça veut dire anachronisme? Ça veut dire qu’on projette le sens d’une action aujourd’hui, sur le passé. C’est vrai qu’un homme qui embrasse une femme sur la bouche de nos jours, ça ne veut dire qu’une chose, c’est qu’il l’aime, et s’il l’embrasse, c’est qu’il veut unir sa vie sensuelle, corps et âme, avec elle. D’accord? C’est l’amour romantique.

Et donc on a tendance à projeter ça sur le texte de Philippe. Mais c’est faux, pourquoi? Parce que les gnostiques avaient en horreur les passions de la chair. Le mariage, la sexualité étaient des choses terrestres, dégoûtantes, qu’il fallait mettre de côté pour développer une spiritualité dématérialisée, à l’image de la philosophie grecque. Les gnostiques n’apportent pas leur éthique du Nouveau Testament, ils apportent leur éthique de la philosophie grecque. C’est toujours très amusant de voir les gens critiquer le christianisme à partir du gnosticisme parce que c’est vraiment une dimension qui est opposée. C’est vrai que le gnosticisme a influencé des gens comme Augustin, en partie, pas énormément, mais sur sa morale c’est certain. Et que donc ça a eu une influence cette notion de pureté, d’impureté, sur la sexualité, mais c’est pas du tout dans les données bibliques.

Bref! Qu’est-ce que ça veut dire que Jésus embrassait sur la bouche Marie-Madeleine, selon ce pseudo-évangile de Philippe?

Ce que cela voulait dire, c’est que dans le contexte d’une spiritualité gnostique, c’est la transmission d’un savoir. Le baiser transmettait un savoir; c’était absolument pas « rouler la pelle » comme un adolescent pourrait souhaiter le faire (je suis désolé si c’est un petit peu direct, mais c’est juste pour montrer le contraste). Nous c’est ce qu’on y voit, mais c’est pas du tout ce qu’un lecteur du temps de cet évangile aurait pu remarquer.

Autres problèmes de ces manuscrits

Deuxièmement, leur problème, c’est leur âge. Ces manuscrits-là, de religion gnostique, dont fait partie l’évangile de Philippe (et l’évangile de Marie-Madeleine): ils sont postérieurs à la vie de Christ de 2 à 3 siècles, 200 à 300 ans après les faits: tu imagines écrire sur Napoléon qui embrassait quelqu’un, aujourd’hui? 

On est loin des données bibliques.

Et puis c’est une religion qui est autre. Si on lit la religion et la philosophie gnostique …si tu veux t’intéresser à ça, je te propose de lire Irénée, Contre les hérésies, c’est un gros pavé, 5 livres, c’est vraiment compliqué, ça nous montre à quel point la spiritualité gnostique est un système de pensée très éloigné de la pensée biblique, et c’était l’une des données qui étaient prévalentes du temps de ces évangiles-là. Déjà Irénée s’attaquait à ce qui allait donner naissance à cette religion gnostique. Donc on n’est pas du tout dans quelque chose dans un rapport proche du Nouveau Testament.

Le mariage de Jésus, un problème?

Avant dernier point: est-ce que ce serait un problème que Jésus soit marié?

Pour moi, qui suis attaché à l’Écriture, je suis un disciple de Jésus, passionné, je suis protestant évangélique… Est-ce que ce serait un problème? 

Absolument pas.

Si jamais Jésus avait été marié, nous célébrerions un tel mariage. Je ne crois absolument pas que c’était le cas, mais juste que ce n’est pas un problème; que la Bible l’aurait célébré, justement. Puisque Pierre et les apôtres étaient mariés, on aurait aussi mentionné la famille de Jésus comme exemple; et même, la famille de Jésus est mentionnée, mais la famille en amont, par ex, en Mt 13 il est dit que Jésus se rendit dans sa patrie, se mit à enseigner dans leur synagogue de telle sorte qu’ils étaient tous étonnés et disaient: « D’où lui viennent cette sagesse et ces miracles? N’est-ce pas le fils du charpentier, sa mère ne s’appelle-t-elle pas Marie, et ses frères Jacques, Joseph, Simon et Jude, et ses sœurs ne sont-elles pas toutes parmi nous? D’où lui vient donc tout cela? »

Donc tu remarques, Joseph et Marie ont eu Jésus comme enfant, un peu particulier: je crois que Jésus est né d’une vierge, comme le dit l’Écriture, dans le sens où il fallait que sa naissance soit distincte de toutes les naissances. 

C’est Dieu le Fils qui s’incarne pour offrir un salut au monde, et il fallait que ce soit démarqué de tout autre type de naissance, accomplissant ainsi les prophéties (mais je ne veux pas entrer dans les détails dans ce podcast). 

On a aussi les autres enfants de Joseph et Marie, nés naturellement, donc on a toute une famille; c’est pas un problème, le mariage. Joseph et Marie ont fait l’amour, ont eu des enfants, c’est ce que dit très explicitement Matthieu, et même au chapitre 1, ils se sont abstenus jusqu’à l’enfantement de Jésus, mais rien ne dit qu’ils se soient abstenus après. La relation sexuelle est un beau cadeau pour le mariage, et comme je l’ai dit tout à l’heure, même Paul commande l’activité sexuelle au sein du couple marié, pour éviter que justement il ne se crée des tensions inutiles au sein du couple.

Donc la Bible en parlerait! Si Jésus était marié, ça serait quelque chose qui serait célébré.

Les noces de Jésus

Alors maintenant une petite réponse « provoc » à la question: »Est-ce que Jésus est marié? »

Ma réponse est en fait: « Oui! » 

Mais différemment.

Le dernier livre de la Bible, l’Apocalypse, décrit l’histoire future de notre terre, dépeint des périodes troubles remplies de la violence des hommes et du jugement de Dieu. Il affirme aussi l’assurance que cette violence prendra fin. Alors Dieu établira son règne, règne qui incorporera l’ensemble de ceux qui aujourd’hui l’aiment, lui font confiance, ont réalisé qu’il était mort pour eux, pour les sauver.

Voilà ce que nous lisons en Ap 19.5-9, et remarque bien qui est l’épouse de Christ:

« Et du trône partit une voix: Louez notre Dieu, disait-elle, vous tous ses serviteurs et vous qui le révérez, petits et grands. Et j’entendis comme la voix d’une foule immense, semblable au bruit de grandes eaux et au grondement violent du tonnerre. Elle disait: Alléluia! Loué soit Dieu! Car le Seigneur, notre Dieu tout-puissant, est entré dans son règne. Réjouissons-nous, exultons d’allégresse, et apportons-lui notre hommage. Voici bientôt les noces de l’Agneau. Sa fiancée s’est préparée. Et il lui a été donné de s’habiller d’un lin pur éclatant. Ce lin représente les actions justes de ceux qui appartiennent à Dieu. L’ange me dit alors: Écris: Heureux les invités au festin des noces de l’Agneau. Et il ajouta: Ce sont là les paroles authentiques de Dieu. »

Il y a toute une image ici dans le mariage de Jésus. Jésus est présenté comme l’époux, et l’épouse, c’est l’ensemble de ceux qui ont été rachetés. Si tu es né(e) de nouveau, tu fais partie de l’épouse. L’ensemble de ceux et de celles que Jésus a sauvés, depuis la Pentecôte jusqu’au temps de son retour, forment l’épouse. Est-ce qu’il est marié? Oui, il est marié. Nous sommes l’épouse de Christ, et cette invitation nous est donnée de rejoindre, en quelque sorte, la vie avec Christ, la vie que Christ offre. La Bible dit que nous sommes étrangers et séparés, éloignés de Dieu par notre indépendance, notre volonté de vivre loin de lui, et lui nous invite à venir à lui par la foi, en déposant à ses pieds notre pourriture, notre arrogance, notre orgueil, tout ce qui est indépendant de Dieu, en lui disant: “Mais Seigneur, j’ai besoin que tu me pardonnes, j’ai besoin vraiment que tu me sauves, je veux devenir en quelque sorte ton épouse.”

Alors tu poses un dernier point dans ta question et je voudrais (je sais que le podcast est un petit peu plus long que d’habitude) mais tu poses une autre question: « est-ce que c’est utile d’en parler? »

Pourquoi Jésus dérange

Mon observation, c’est que c’est très difficile de discuter de ça…. Pourquoi est-ce que les gens veulent d’un Jésus marié, qui a eu des enfants, qui nous ressemble? Parce qu’un tel Jésus, qu’est-ce qu’il a à nous enseigner? Sinon les paroles que n’importe qui pourrait nous enseigner dans la rue? 

Si par contre il est le Fils de Dieu incarné, et qu’il nous invite à la repentance, plus que ça, il nous commande de nous repentir, et de nous détourner de notre vaine manière de vivre, pour entrer dans une relation avec lui; tu vois que là, soudainement, sa parole, elle est drôlement forte! Et en fait, la Bible dit que les gens ne croient pas parce qu’ils ne veulent pas venir à la lumière, parce que la lumière va éclairer leur propre comportement. Donc ils préfèrent fabriquer un Jésus à leur image, plutôt que de recevoir un Jésus tel qu’il se présente dans l’Écriture.

L’apôtre Jean écrit la chose suivante (1 Jn 5.20) « Mais nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu, et qu’il nous a donné l’intelligence, pour que nous connaissions le Dieu véritable. Ainsi nous appartenons au Dieu véritable, par notre union à son Fils Jésus-Christ. Ce Fils est lui-même le Dieu véritable et la vie éternelle. »

Ce Fils est lui-même le Dieu véritable et la vie éternelle, on le prend tel qu’il est, on n’en fait pas ce qu’on a envie. Quand je lis cette littérature, je me rends compte à quel point ces gens veulent simplement se débarrasser d’une notion très précise dans l’Écriture, que c’est Dieu qui s’incarne, et qui nous tend la main, et qui nous invite.

Les derniers versets de l’Apocalypse se terminent ainsi, c’est le dernier passage de la Bible:

« Et l’Esprit et l’Epouse disent: “ Viens! Que celui qui entend ces paroles dise: Viens!

Que celui qui a soif vienne. Que celui qui veut de l’eau de la vie la reçoive gratuitement. »

Voici l’invitation, elle est lancée, que chacun d’entre nous puisse se positionner vis-à-vis d’un Christ qui offre une vie éternelle, qui offre un lien amoureux à lui en sa personne, par Jésus-Christ.

Florent Varak

Florent Varak est pasteur, auteur de nombreux livres dont le Manuel du prédicateur, L'Évangile et le citoyen et la ressource d'évangélisation produite en co-édition avec TPSG: La grande histoire de la Bible. Florent est aussi conférencier, et professeur d'homilétique à l'Institut biblique de Genève. Il est le directeur international du développement des Églises au sein de la mission Encompass liée aux églises Charis France. Il est marié avec Lori et ont trois enfants adultes et mariés ainsi que quatre petits-enfants.

Articles pouvant vous intéresser

>