Jésus a-t-il une origine mythique? (Épisode 126)

Dans l'épisode 126, Florent répond à une question d'un lecteur sur une vidéo documentaire qui a troublé sa foi intitulée "la religion chrétienne remonte à l’Égypte". Florent explique pourquoi cette vidéo propose des affirmations plutôt surprenantes... Ce podcast remet les choses au clair.

Un Pasteur vous répond existe aussi en vidéo:

Rendez-vous chaque semaine pour un nouvel épisode d’un Pasteur vous répond : le podcast où la Bible répond à vos questions.

Si vous aimez le podcast, nous serions très reconnaissant que vous preniez 15 secondes pour laisser une note sur iTunes (cf. ici pour voir comment). C’est le seul moyen de le faire remonter dans le classement des podcasts « Religions » (et donc attirer d’autres publics).

Retrouvez tous les épisodes d’Un Pasteur vous répond sur :

Comment s’abonner au podcast ?

Vous ne savez pas comment vous abonner au podcast sur votre téléphone ? On y a pensé ! Découvrez un mini tutoriel vidéo ici.

Vous voulez poser une question ?

Posez votre propre question pour un pasteur en cliquant ici.

Transcription :

« Cette transcription vous est proposée par les bénévoles de Toutpoursagloire.com. Nous cherchons à garder le style oral des épisodes pour ne pas déformer les propos des intervenants. De même, nous rappelons que ces transcriptions sont mises à disposition mais que les paroles de l’auteur (podcast et vidéo) restent la référence. N’hésitez cependant pas à nous signaler toutes erreurs ou incohérences dans cette transcription. Merci d’avance. »

La question qui nous préoccupe pour ce podcast est la suivante : « Je viens vers toi parce qu’un collègue m’a montré une vidéo documentaire qui m’a troublé dans ma foi. C’est à propos des croyances communes entre les civilisations, et son lien avec l’astrologie. Etant donné que je sais que tu es calé dans les vieux écrits et dans la vie du Christ, je voulais avoir ton avis sur cette vidéo. »

La vidéo que nous cite cet internaute s’intitule « La religion chrétienne remonte à l’Egypte » (fin du titre) et tu la retrouveras sur youtube, quoi que je ne te la recommande pas, parce qu’elle est vraiment pas très intéressante en fait, dans le sens où elle dit pas mal d’inepties que je vais relever dans ce podcast.

En tout cas merci pour ta question, parce qu’il est fréquent d’entendre dire que le Jésus du nouveau testament n’est que le ramassis de mythes qui l’ont précédé. C’est une sorte de cristallisation plus ou moins adroite du temps des grecs et du temps des romains dans un milieu judaïsant, qui reprend ce qui avait été imaginé dans les mythes anciens.

Dans la vidéo que tu cites, il y a des affirmations assez surprenantes – je n’en reprends que quelques-unes – par exemple au sujet de Horus : Horus, divinité égyptienne, ancienne, antique donc, et la vidéo affirme qu’il serait né d’une vierge, qu’il serait né le 25 décembre, qu’il aurait été baptisé à 12 ans, qu’il aurait eu douze disciples, qu’il aurait été crucifié, enterré et qu’il est bien entendu ressuscité. Alors, si ces informations étaient exactes, c’est vrai qu’on ne peut pas louper la correspondance manifeste entre cette mythologie de la vie d’Horus et puis l’origine historique, la vie de Jésus-Christ. La vidéo continue en soulignant plein de choses similaires ou identiques entre Dionysus, Mithra, etc. L’objectif bien entendu sous-jacent à cette vidéo, c’est de miner toute historicité à la personne de Christ, et puis de montrer que vraiment, ce n’est qu’un ensemble de déjà vu et qu’on aurait tort d’y croire, et qu’on aurait tort de suivre un Jésus de cette nature.

Alors que répondre ? Tout d’abord, il faut regarder ce que les écrits disent d’eux-mêmes à propos de ces mythologies. Ce qui est intéressant c’est que ta vidéo ne cite aucune source; elle ne fait qu’affirmer des choses. Quand tu es confronté à des affirmations de ce genre, quel qu’elles soient d’ailleurs, notamment sur internet, il faut vraiment que tu t’interroges sur la source de ces informations : d’où vient, d’où viennent les affirmations qui sont mises en avant, surtout si elles ont beaucoup de poids et d’importance pour l’argumentation.

Que répondre ? Ben voilà ce que je trouve au sujet d’Horus puisque c’est le premier personnage qui est évoqué dans cette vidéo :

  •  Horus n’est pas né d’une vierge; selon le mythe, il est né d’une union sexuelle entre Isis et la momie d’Osiris donc entre un vivant et un mort;
  •  Horus est né selon le mythe le mois de choiak qui, selon les experts, est le mois d’octobre-novembre (les mois ne sont pas comptés de la même manière dans cette civilisation).

Rien d’ailleurs dans le nouveau testament ne nous dit que Jésus serait né un 25 décembre. C’est possible et il y a des traditions – c’est une tradition, ce n’est pas dans la Bible – et il y a des traditions qui vont dans le sens d’une naissance à cette période, et d’autres qui vont dans un autre sens. En fait c’est pas tellement ça qui compte au regard du nouveau testament, la date de naissance, c’est plutôt quelque chose qui nous préoccupe nous à cause des fêtes qui entourent les anniversaires, mais c’est plutôt sa mort et sa résurrection (et sa résurrection pardon) qui vont être fondamentales pour le christianisme. Et donc on a moins de, on s’est moins préoccupés de comprendre à quelle date précisément était né Jésus-Christ. Il y a un podcast sur la question à propos de Noël et tu peux l’écouter si tu veux plus de détails sur cette question.

  •  Par ailleurs, Horus n’a jamais été baptisé; cette notion est totalement étrangère aux divinités égyptiennes.
  •  Horus n’avait pas 12 disciples. En fait le mythe nous rapporte qu’il était suivi par 4 démons et quelques 16 soldats l’accompagnaient dans ses batailles. Donc on n’a pas, je ne sais pas d’où vient cette idée qu’il avait 12 disciples.
  •  Enfin, il n’a été ni crucifié, ni enterré, ni n’est ressuscité.

On pourrait égrainer la liste des autres divinités qui sont citées dans cette vidéo pour montrer à quel point Jésus n’a rien à voir avec ces divinités, ni dans son origine, ni dans sa manière de vivre, ni dans son enseignement et sa sagesse bien entendu, et encore moins dans sa mort et dans sa résurrection.

En quelque sorte la vidéo que tu cites c’est un hoax, c’est une légende urbaine, c’est un fake news, ce sont des propos qui n’ont aucune fiabilité historique. Mais c’est assez fréquent en fait : les gens se sont appropriés, d’ailleurs dès le début du christianisme, du personnage historique de Jésus. On le comprend parce que c’est un être tellement extraordinaire, tellement exceptionnel, nous le croyons comme étant Dieu incarné, le Fils de Dieu vivant sur terre, c’est remarquable, et sa manière de vivre atteste de cette réalité. Et c’est donc assez fréquent que les gens se soient appropriés de cette personne pour la faire rentrer dans leur religion, leur spiritualité :

  •  C’était le cas par exemple des gnostiques qui est une première religion non chrétienne qui s’est appropriée du personnage du Christ, un Christ qui est vraiment à leur sauce.
  •  Très récemment nous avons eu le cas du Da Vinci code avec Dan Brandt qui essaye de retracer une autre histoire de la vie de Jésus et qui le fait marier à Marie-Madeleine et ayant des enfants, qui vivront bien sûr dans le sud de la France comme il se doit. Mais là on est dans la fiction, on n’est plus dans le terrain de l’histoire.

Alors regardons un petit peu d’où vient ce genre d’idée. J’ai retrouvé un article de Kyle Dillon (D.I.L.L.O.N) qui se trouve sur le site de Gospel Coalition, donc c’est un site qui est assez solide et assez sérieux, et on a à l’intérieur un petit article, enfin il écrit un petit article qui s’intitule « Refuting 5 false theories about Jesus » = « Réfuter 5 théories erronées au sujet de Jésus » . Et il dit que la racine de cette perspective que Christ serait un mythe païen christianisé, ou en tout cas judaïsé, ce serait né au XIXème siècle par le biais d’érudits théologiens libéraux de l’époque, David Strauss (XIXème siècle) qui a argumenté que le nouveau testament n’était en fait qu’une collection de mythes autour de la personne de Jésus. Ça a été ensuite repris par Bruno Bauer (mort en 1882) qui est allé jusqu’à dire que Jésus n’avait en fait jamais existé. Et cette théorie a gagné un peu d’importance pendant un temps dans cette université de Göttingen en Allemagne, et puis a commencé à décliner au XXème siècle alors que des érudits, croyants ou non croyants, se sont penchés sur les preuves qui étaient évoquées et les ont trouvées finalement bien peu fiables. Aujourd’hui plus personne vraiment ne croit que Jésus n’est qu’un composé de récits mythiques, antiques. Le consensus actuel, dit l’auteur, c’est que plutôt que d’y avoir un parallèle historique ou une origine historique entre les récits mythiques et le christianisme, lorsqu’ils existent ces parallèles, ce sont soit des fabrications postérieures, soit elles sont totalement incidentelles ou de coïncidence, c’est-à-dire qu’il n’y a aucun fait qui permette d’attester une origine païenne des affirmations qui sont véhiculées dans le nouveau testament.

J’espère que tu es consciente ou conscient, je ne sais pas qui écrit dans ce, a posé cette question, que quand on entend des choses qui sont évoquées, il faut vraiment rechercher à ses sources et puis regarder à la fiabilité de ses sources. A l’inverse, les évangiles sont une fiabilité extraordinaire ! D’abord parce que Jésus accomplit plus de 300 prophéties avant son arrivée, avant son avènement, et ça, ça défie tout parallèle avec une quelconque autre religion, autre spiritualité. Il y a dans l’ancien testament plus de 300 prophéties qui annoncent la venue du Messie; plusieurs dizaines de ces prophéties sont extrêmement précises et impossibles à accomplir volontairement, et donc elles attestent de l’anticipation précise de l’avènement du Fils de Dieu sur terre. Et lorsque celui-ci arrive, il accomplit ces prophéties, ce qui est absolument remarquable. La fiabilité documentaire du nouveau testament, comme de l’ancien testament, nous permet d’être sereins : il n’y a en la personne de Christ aucune fabrication postérieure ou mythique d’un personnage, mais au contraire, la réalisation de prophéties. Par ailleurs cette vérification peut se faire sur le terrain de l’archéologie : les villages qui sont mentionnés, les prénoms des individus qui sont mentionnés, les titres et les noms des responsables politiques de l’époque, sont vérifiables et ont été vérifiés, et ce qui atteste de la fiabilité de l’évangile. Par ailleurs, la mort et la résurrection de Christ, contrairement à tout ce qui est des récits un peu fantastiques des héros anciens, la mort et la résurrection de Christ a fait l’objet de la foi de personnes qui ont été les témoins, immédiatement; alors que pour un mythe, C.S. Lewis nous apprend qu’il faut plusieurs siècles pour qu’un événement, un peu comme une étincelle, devienne ce grand feu, cette grande histoire que l’on raconte dans toutes les chaumières.

Or, dès la mort et la résurrection de Christ, des hommes et des femmes étaient prêts à braver leur propre mort, parce qu’ils étaient convaincus d’avoir une bonne nouvelle, d’avoir assisté à l’espérance la plus extraordinaire, avec des témoins qui ont été des témoins oculaires et qui ont pu exprimer leur confiance que la mort et la résurrection de Christ leur offraient une assurance face à la mort. Et ces gens-là ont proclamé le message de l’évangile immédiatement après les faits. On est loin d’un phénomène de type mythique.

Une autre remarque, c’est que tu trouveras sur le site de ToutPourSaGloire, un film, enfin ou, une vidéo remarquable de Peter Williams qui s’intitule « De nouvelles preuves de la fiabilité des évangiles » ou que les évangiles sont fiables. Et Peter Williams signe une conférence extraordinaire qui est pleine d’érudition, et en même temps pleine de simplicité, et qui montre à quel point nous pouvons avoir confiance dans l’historicité et la fiabilité historique des récits des évangiles, ce qui n’a rien à voir avec les récits mythiques que l’on connaît des grecs et des romains. Et en tout cas cette proximité que la vidéo cite entre le chemin de vie de Jésus et les chemins de vie des héros des temps anciens selon les mythologies, est simplement une fabrication des auteurs qui cherchent à détruire la crédibilité de l’évangile. Ça n’a rien d’historique et j’espère qu’en cela tu as été rassuré.

Florent Varak

Florent Varak est pasteur, auteur de nombreux livres dont le Manuel du prédicateur, L'Évangile et le citoyen et la ressource d'évangélisation produite en co-édition avec TPSG: La grande histoire de la Bible. Florent est aussi conférencier, et professeur d'homilétique à l'Institut biblique de Genève. Il est le directeur international du développement des Églises au sein de la mission Encompass liée aux églises Charis France. Il est marié avec Lori et ont trois enfants adultes et mariés ainsi que quatre petits-enfants.

Articles pouvant vous intéresser

>