L’âge des dinosaures – une alerte

La découverte de tissus mous de dinosaures et leur datation au carbone 14 ont produit des mesures très éloignées de celles observées habituellement avec d’autres méthodes de datation. Elles pourraient remettre en cause les dates d'apparition et de disparition des dinosaures et donner des arguments en faveur d'une lecture plus historique des textes bibliques relatifs aux origines

Le Professeur Steve Taylor a contribué à cet article, qu’il co-signe avec moi. Vous trouverez les contributions de Steve sur des thèmes similaires, dans le podcast «un pasteur vous répond», en fin d’article.

La datation traditionnelle des dinosaures

La datation des dinosaures est établie sans ambiguïté. La science évoque leur apparition il y a 225 millions d’années (-250 selon Wikipedia) et leur disparition il y a 66 millions d’années (Universalis).

A cause de l’ancienneté des fossiles, les méthodes de datations ont privilégié des mesures relatives, liées à l’environnement. La stratigraphie (l’empilement des strates, des couches où est enfermé le fossile) permet de se représenter la durée de l’ensevelissement pour peu que l’on sache estimer la vitesse à laquelle les sédiments se déposent. La chronologie de la flore environnante donne une indication, notamment si on peut se représenter son évolution dans le temps. La spectrométrie de masse sur les radio-isotopes présents dans les roches est largement utilisée pour déterminer l’âge des roches contenant des fossiles, généralement dans une fourchette de plusieurs millions d’années. Il faut dire que cette méthode de datation repose sur des présuppositions non prouvées et invérifiables, et que les âges doivent donc être considérés comme spéculatifs[1].

Ces dates gigantesques sont un formidable obstacle à la lecture historique de Genèse 1 à 11 que je défends. Pas moi seulement. Des théologiens, dont Wayne Grudem, qu’on ne saurait considérer comme un arriéré, commencent à s’élever contre cette vision des origines (cf. Theistic Evolution dont il est l’un des éditeurs).

Aucune prétention de résoudre le débat ici ! Nous voulions juste attirer votre attention : de très récentes recherches conduisent à une datation des dinosaures à un maximum de quelques dizaines de milliers d’années de notre époque, et peut-être bien moins encore.

1997: Des tissus mous dans des fossiles

Le très célèbre Tyrannosaurus rex (vedette du film Jurassic Park !) a fait l’objet d’une découverte surprenante. En 1997, la paléontologue Mary Schweitzer, biologiste de formation, a reconnu des cellules sanguines [red blood cells] dans un fossile de T.Re[2]. Sa découverte était contestée, mais elle a été confirmée après d’autres investigations (voir références en bas d’article). En 2005, Schweitzer et ses collègues ont découvert des tissus mous, du collagène souple comme une éponge, clairement identifiable et manipulable en laboratoire[3]. Comment des tissus si fragiles pouvaient-ils avoir survécu 185 millions d’années?

C’était impossible, puisqu’il était alors estimé que ces éléments étaient rapidement dévorés par les bactéries, et qu’il était inenvisageable que des protéines demeurent assemblées au-delà du million d’années…

Mais la communauté scientifique s’est montrée flexible. Il fallait se rendre à l’évidence, ces tissus mous pouvaient survivre des dizaines, voire des centaines de millions d’années. L’intéressée a présenté à BioLogos les fruits de ces années de recherches (voir l’article de Science et Foi qui rapporte sa conférence). L’article se félicite de la flexibilité de la science, capable de s’adapter aux nouvelles découvertes. Il tacle gentiment les créationistes, qui, eux, sont figés dans leur lecture rigide et incapables de s’adapter à de nouvelles perspectives.

2018. Des tissus mous datés au Carbone 14

Voilà un nouvel épisode intéressant. Cela prendra quelques années pour qu’il soit plus finement analysé et reproduit par d’autres laboratoires. Si cela s’avère exact, c’est un scoop extraordinaire pour la datation générale de l’histoire des dinosaures et de l’histoire du vivant.

Un tissu mou est issu du vivant. A ce titre, il contient du carbone. Il peut donc être directement daté par la méthode dite du Carbone 14. C’était le pari de Brian Daniel Thomas qui vient d’obtenir son doctorat à l’Université de Liverpool sur la datation de collagène prélevé dans des fossiles de dinosaures[4].  

Sa thèse est accessible ici. Il faut être suffisamment féru en chimie et en biologie pour la parcourir et l’apprécier — mais sa recherche est jugée suffisamment sérieuse puisqu’elle a été validée d’un doctorat. La méthode et les résultats sont fascinants. Cette fois-ci, la datation n’est pas le résultat d’une datation des roches avoisinantes, mais elle est tirée du fossile même. La mesure du temps est directement établie à partir de l’échantillon de ces tissus mous de dinosaure.

Un autre doctorant poursuit les recherches commencées par Brian. D’autres s’infiltreront dans la brèche, nous l’espérons.

Ce qui est marquant, bien entendu, c’est la conclusion: on parle de dizaines de milliers d’années, et non des centaines de millions d’années. Nous reprenons ici le tableau 4.3 (p. 137): 

Explication du tableau :

  • Holocène : C’est la période couvrant les 10 000 dernières années. Deux ossements aux dates connues ont servi d’étalonnage, l’un datant du moyen âge (NP…), l’autre de la période romaine (XA…), 1er siècle av. J.-C. Comme vous le remarquez, les ossements sont correctement datés  par les 2 méthodes proposées, celles de la mesure de C14 dans l’apatite et dans le collagène.
  • Pleistocène : C’est la période précédente, qui couvre de 2,6 millions d’années à 10.000 ans. Deux os de dinosaure ont été analysés. La datation au C14 de l’apatite et du collagène est rapportée et alignée (pour le second échantillon seulement).
  • Mésozoïque : L’ère qui recense le plus de fossiles de dinosaures et qui couvrent, traditionnellement, de -252 à -66 millions d’années.
  • Bp : before present, c’est-à-dire avant notre temps présent.
  • TOC : Total Organic Content.
  • Pour l’Apatite, Collègene, et CO/P, voir ci-après.

La datation des deux os de dinosaures (traditionnellement datés au Pleistocène et au Mésozoïque) a été confirmée par deux mesures: le Carbone 14 de leur collagène (matière organique), et l’appatite (matière inorganique) qui contient également des molécules de carbonne 14, mais différentes de la première. Il est donc exclu d’invoquer une contamination due à une infiltration d’eau: elle aurait apporté à l’échantillon le même carbone. C’est une confirmation de l’intégrité des mesures réalisées par un spectromètre de masse.

Le CO/P rapporte le ratio entre le Carbonyl et le Phosphore, mesuré par une technique laser (FTIR). Il confirme la présence de collagène.

La recherche de Brian Thomas démontre de façon conclusive que ces dinosaures ont vécu sur terre pendant l’ère humaine, il y a quelques milliers d’années seulement.

Si de telles mesures sont un jour reproduites, la communauté scientifique saura-t-elle revisiter son échelle de temps? La différence est d’une telle magnitude, on est tellement éloigné du paradigme actuel! Ces données vont-elles générer une «révolution scientifique» au sens de Kuhn?

La Bible et les dinosaures

Manifestement, ces nouvelles dates, issues des techniques existantes et déjà utilisées pour la datation du vivant (quand on suppose déjà que les échantillons ne sont pas trop vieux) permettent largement une lecture plus historique de Genèse 1 à 11.

Qu’est-il advenu des dinosaures? Un grand nombre a été enfermé par la sédimentation rapide et brutale du déluge, que nous retrouvons sous forme de fossiles. Des couples de dinosaures ont été préservés dans l’arche de Noé[5]. Ils se répandus sur la terre, ont survécu un certain temps. Puis ils se sont faits de plus en plus rares avec la destruction de leur habitat et les changements climatiques majeurs de l’après-déluge. Cela pourrait-il expliquer leur représentation dans l’art ancien[6]?  Cela pourrait-il expliquer leur présence au temps de Job[7]?

Il est de rigueur de rester prudent. La prudence invite tout autant à rester confiant dans l’Écriture, dont Dieu est l’inspirateur (2 Tm 3.16-17; 2 Pi 1.20s) pour que nous reconnaissions «la certitude des enseignements» que nous avons reçus (Lc 1.4). Avec le temps, qui sait si la science ne trouvera pas d’autres éléments pour modifier son échelle du temps? En attendant, la «parole du Seigneur demeure éternellement» (1 P 1.25 ; cf. És 40.6-8).

Pour aller plus loin

J’ai eu le privilège d’interviewer Steve Taylor sur ces questions. Voici deux podcasts que nous avons réalisés ensemble sur ce thème :

Si vous lisez l’anglais, vous apprécierez son article qui recense plus de 80 rapports issus de la littérature scientifique depuis 1966. Il documente la présence de tissus souples (1) sur 5 des 7 continents; (2) dans l’ensemble des strates géologiques, montrant la pertinence historique et géologique de la réalité du déluge de Genèse :

Thomas, B., & Taylor, S. (2019). Proteomes of the past: the pursuit of proteins in Paleontology. Ex- pert Review of Proteomics, 16(11-12), 881-895. doi: 10.1080/14789450.2019.1700114.


[1] En même temps, il est assez surprenant que ce soit utilisé. Je vous laisse étudier la datation des roches volcaniques issues de l’explosion du Mont St Helen en 1980. Leur datation évoque le million d’années [cf. https://answersingenesis.org/geology/radiometric-dating/radio-dating-in-rubble/].

[2] Schweitzer, M., et al, Heme compounds in dinosaur trabecular bone, Proceedings of the National Academy of Sciences of the USA 94:6291–6296, 1997.

[3] Schweitzer, M. et al, Soft-tissue vessels and cellular preservation in Tyrannosaurus rex, Science 307(5717):1952–1955, 2005

[4] Thomas, B. (2018). Collagen remnants in ancient bone. (PhD Thesis). University of Liverpool, Liverpool, UK.

[5] Ces « gros lézards » (c’est l’étymologie du mot dinosaure) pouvaient avoir une maturité sexuelle jeune, leur permettant d’être présents sans envahir l’espace. Les 670 dinosaures connus peuvent se rassembler en 55 genres différents.

[6] Un Stegosaurus, sur un bas-relief d’un temple à Angkor, au Cambodge ; ce reptile surprenant sur la tapisserie du Château de Blois, ces pétroglyphes représentant des diplodocus…

[7] La description du Léviathan et du Béhémoth est fascinante à cet égard, Job 40-41. Un article devrait bientôt être publié par Paul J.N. Lawrence, Brian D. Thomas and Stephen Taylor chez Bibliotheca Sacra.

Florent Varak

Florent Varak est pasteur, auteur de nombreux livres dont le Manuel du prédicateur, L'Évangile et le citoyen et la ressource d'évangélisation produite en co-édition avec TPSG: La grande histoire de la Bible. Florent est aussi conférencier, et professeur d'homilétique à l'Institut biblique de Genève. Il est le directeur international du développement des Églises au sein de la mission Encompass liée aux églises Charis France. Il est marié avec Lori et ont trois enfants adultes et mariés ainsi que quatre petits-enfants.

Articles pouvant vous intéresser

>