Luther, oui… mais…

Chaque 31 octobre, c’est la fête de la réforme. On se souvient qu’un prêtre courageux a bravé l’ordre politique et religieux de son temps pour tracer un retour vers la Bible, loin des traditions humaines. A Luther la gloire?

Samedi dernier (le 31 octobre) était la fête de la Réformation, comme chaque année. L’occasion de se souvenir de Luther, ce grand réformateur.

Nous devons nous réjouir de l’influence spirituelle de Luther. Avec Calvin, ce sont des géants de l’histoire et des géants de l’Église. La profondeur de leur impact ne se mesurera qu’avec l’éternité. Avec eux, la Bible a été remise en avant.

Merci la Bible

La Bible a construit plusieurs valeurs formidables « du vivre ensemble ». Il y a quelques années, plusieurs amis et collègues ont rassemblé dans un livre les contributions positives de la Bible sur notre civilisation: la non-violence, l’éducation, la compassion, etc. Ce nouveau confinement est l’occasion de se réjouir du trésor que constitue l’Écriture. Lisez Merci la Bible (format livre ou ebook) pour vous en convaincre!

Voici les contributeurs et leurs sujets :

  • Jamel Attar: La non-violence
  • Christoph Charles: La science
  • Marcel Georgel: La compassion 
  • Béatrice Hatté: La sexualité 
  • Franck Meyer: L’éducation 
  • Jacques Nussbaumer: La dignité
  • Cyril Philippe: La politique 
  • Louis Schweitzer: L’éthique
  • Daniel Touilliez: Le travail
  • Hannes Wiher: La grâce 

Je termine l’ouvrage par un résumé de la Bible en 1000 mots, texte disponible ici en plusieurs langues.

Luther, mais…

Ceci dit, de même que l’on reconnaît qu’il n’y a qu’un seul héros dans la Bible, Jésus-Christ, il n’y a qu’un seul héros dans l’histoire humaine. Luther avait ses travers, qui ont aussi marqué l’histoire. Ses propos ont conduit notamment à des postures dramatiques vis-à-vis des Juifs. Des mots qui seront récupérés plus tard par le nazisme. Pascal Denault l’évoque lors d’un épisode de son cours sur l’histoire de la Réforme, pour le replacer dans son contexte historique. Bernard N. Howard, pasteur d’origine juive, en traite avec finesse dans un article publié sur la Gospel Coalition.

« A Dieu seul la gloire ». C’est le cinquième et dernier slogan de la Réforme. Un slogan à souligner en cette fête de la Réformation. Les hommes ont leurs angles morts. Luther, comme Calvin, aujourd’hui plus que jamais, ne peuvent qu’exprimer Soli Deo Gloria.

J’ai eu plaisir à le souligner lors d’un podcast sur le sujet (PVR 97).

Florent Varak

Florent Varak est pasteur, auteur de nombreux livres dont le Manuel du prédicateur, L'Évangile et le citoyen et la ressource d'évangélisation produite en co-édition avec TPSG: La grande histoire de la Bible. Florent est aussi conférencier, et professeur d'homilétique à l'Institut biblique de Genève. Il est le directeur international du développement des Églises au sein de la mission Encompass liée aux églises Charis France. Il est marié avec Lori et ont trois enfants adultes et mariés ainsi que quatre petits-enfants.

Articles pouvant vous intéresser

>