Qu’est-ce que le paradis? (Épisode 214)

Dans ce podcast, Florent Varak corrige les notions érronées qu'on peut avoir sur le paradis en nous exposant les enseignements bibliques à ce propos. Si c'est une destinée merveilleuse, le paradis n'est qu'accessible qu'à travers Christ, ce que Florent Varak développe aussi ici.

Un pasteur vous répond existe aussi en vidéo:

Rendez-vous chaque semaine pour un nouvel épisode d’un Pasteur vous répond: le podcast où la Bible répond à vos questions. Si vous aimez le podcast, on serait très reconnaissant que vous preniez 15 secondes pour laisser une note sur iTunes (cf. ici pour voir comment). C’est le seul moyen de le faire remonter dans le classement des podcasts « Religions » (et donc attirer d’autres publics).

Retrouvez tous les épisodes d’Un Pasteur vous répond sur:

Comment s’abonner au podcast?

Vous ne savez pas comment vous abonner au podcast sur votre téléphone? On y a pensé! Découvrez un mini tutoriel vidéo ici.

Vous voulez poser une question?

Posez votre propre question pour un pasteur en cliquant ici.

Transcription :

« Cette transcription vous est proposée par les bénévoles de Toutpoursagloire.com. Nous cherchons à garder le style oral des épisodes pour ne pas déformer les propos des intervenants. De même, nous rappelons que ces transcriptions sont mises à disposition mais que les paroles de l’auteur (podcast et vidéo) restent la référence. N’hésitez cependant pas à nous signaler toutes erreurs ou incohérences dans cette transcription. Merci d’avance. »

La question est posée: « Bonjour mon frère, pour commencer j’aimerais remercier le Seigneur pour votre vie. J’ai 3 questions pour vous […] La troisième: le paradis (le ciel, la nouvelle terre) sera-t-il vraiment la fin pour nous? Après tout, il y a eu la chute dans les lieux célestes… Avons-nous dès lors la garantie (à prendre avec une double pincette) que le péché sera réellement totalement absent de ce lieu, de ce « Paradis », mais aussi de nous? J’entends par là que la Bible semble cyclique, que l’Histoire est souvent cyclique et donc ça pourrait être le cas.

Merci pour votre attention, je prie que notre Père bénisse ToutPourSaGloire.com. » (Fin de la question)

Ecoute, merci beaucoup pour ta question. Je trouve que c’est vraiment une question pertinente -je la traite alors que la terre est balayée par cette épidémie absolument effroyable du coronavirus-, qu’elle interpelle forcément sur les questions de la vie et de la mort, et que ça me semble pertinent de l’aborder.

J’ai déjà évoqué ce qu’était la nouvelle terre, le nouveau paradis en quelque sorte, qui est annoncé, promis, dans le podcast n°90 qui s’intitule « A quoi ressembleront les Nouveaux Cieux et la Nouvelle Terre? » Je te propose de l’écouter, ça complètera ce que je vais dire. Il se retrouve sur le site de ToutPourSaGloire.com, également sur soundcloud, itunes, youtube, stitcher, etc, tu peux l’écouter et le découvrir sur diverses plateformes.

Mais ce que je profite de faire dans ce contexte, c’est que je voudrais parler de la vie éternelle; ce podcast traitera du paradis, le suivant traitera de l’enfer, il y a aussi des questions qui nous sont parvenues sur ces réalités, et je voudrais vraiment souligner combien c’est une réflexion solennelle. La Bible dit, et c’est un des versets qui m’a le plus secoué avant que je devienne chrétien, parce que je me suis dit: « Waouh, c’est vraiment solennel, ces questions! » Hb 9.17 dit: « Il est donné à l’homme de mourir une seule fois, après quoi vient le jugement. » Et la Bible est explicite, l’enfer et le paradis ne sont pas des médailles: le paradis est un cadeau que Dieu donne; l’enfer est la situation dans laquelle nous sommes maintenant, c’est-à-dire absents, déconnectés, isolés de Dieu, et cet enfer se prolonge éternellement pour ceux et celles… (J’en parlerai la semaine prochaine, ou en tout cas dans le prochain podcast, ce sera publié probablement plus rapidement.)

Toujours est-il que la question est solennelle et qu’elle est importante, et parce que finalement la mort éclaire la vie, les choses centrales, les choses importantes, et que parmi toutes les spiritualités qui sont proposées, c’est important de réaliser ce que la Bible dit. Après, chacun fait comme il l’entend, ça c’est son choix personnel, sa réponse à ce que la Bible dit.

Le mot « paradis »

De quoi parle-t-on quand on parle du paradis? Et puis dans une 2e partie de podcast, je répondrai à cette question: est-ce que ça pourrait changer, est-ce que le péché pourrait surgir de nouveau au sein de ce paradis?

Alors il faut réaliser que le terme « paradis » (paradeisos) ne se retrouve que 3 fois dans le Nouveau Testament grec, donc dans l’original du Nouveau Testament.

  • Lc 23.43, Jésus est crucifié, à côté de lui se trouve un terroriste, un homme qui a tué des hommes, probablement pour des raisons politiques, mais il se repent et réalise que Jésus est bien plus qu’un simple homme, il place sa confiance en lui et Jésus lui dit: « Je te le dis en vérité, aujourd’hui tu seras avec moi dans le paradis. » Manifestement, pour ceux et celles qui ont confiance en Christ, on passe de ce monde-ci vers un paradis immédiat -je reviendrai là-dessus très rapidement.
  • 2 Cor 12.3-4, l’apôtre Paul évoque l’expérience qui probablement a fait de lui un apôtre, il est transporté au ciel, il ne sait pas exactement ce qui se passe, mais il est dans le paradis qu’il voit, et il entend des choses qu’il ne peut même pas répéter –expérience unique, ça n’est pas quelque chose de commun aux chrétiens bien évidemment.
  • Et puis troisièmement, on a Ap 2.7, Jésus envoie une lettre à l’église d’Ephèse, au travers de l’apôtre Jean, et cette lettre se conclut avec cette promesse: « A celui qui vaincra je donnerai à manger de l’arbre de vie, qui est dans le paradis de Dieu. »

Alors si on prend ces 3 versets, on réalise que c’est à la fois un lieu de proximité avec Jésus, qui existe déjà maintenant dans un état intermédiaire, mais c’est aussi un lieu futur qui existera dans l’avenir, et qui sera éternel. Et le mot paradeisos signifie jardin, dans la connotation de parc, ou encore de verger. Le dictionnaire Bailly nous indique que pour le grec classique, c’est un « parc, un lieu planté d’arbres où l’on entretient des animaux. »

Alors il y a d’autres termes qui parlent de jardin -Gethsémané en fait partie- mais celui qui est utilisé pour paradis, c’est vraiment quelque chose d’unique et de particulier. Alors bien sûr quand on entend jardin, on entend le 1er jardin, le jardin d’Eden: Genèse 1 et 2, la Bible commence avec un paradis décrit en 2 chapitres, et se termine avec un paradis décrit en 2 chapitres. Il y a un parallélisme assez magnifique dans cette réalité; au milieu se trouve le drame humain de la rédemption où Dieu intervient pour sauver… sauver ceux qui veulent être sauvés, ceux qui répondent par la foi à l’action de Dieu qui vient pour les sauver.

La description du paradis temporaire

Quelle description pouvons-nous faire de ce paradis? Eh bien je vais faire 10 affirmations sur le second paradis, c’est-à-dire celui qui est temporaire, celui qui attend l’homme (ou la femme) qui est sauvé, que Christ a pardonné; quand il meurt, il va directement dans ce paradis temporaire. Celui qui est futur est plus largement décrit dans le podcast n°90 que j’ai cité tout à l’heure.

1. C’est un lieu de communion avec Jésus.

Jésus dit « tu seras avec moi », et finalement c’est ça qui est le centre du paradis. Ph 1.23, c’est Paul qui parle: « J’ai le désir de m’en aller et d’être avec Christ, ce qui est de beaucoup le meilleur ». Franchement, ça fait plus de 30 ans que je connais Jésus, ça fait 35 ans maintenant, et j’ai trouvé en lui… bien sûr, un Seigneur, un maître, mais un maître qui est bon. Et quand il est rentré dans mon cœur, il a donné un apaisement à mes anxiétés, à l’ensemble des préoccupations que je pouvais avoir; alors ça a pris du temps pour que ça mûrisse en moi, et ça continue de mûrir en moi. Mais j’aime Jésus, je suis émerveillé par lui, et finalement le paradis c’est aller vers lui. 2 Cor 5.8, Paul parle à une église en disant « nous sommes pleins de courage, nous aimons mieux quitter ce corps et demeurer auprès du Seigneur. » Il y aurait plein d’autres passages à souligner.

2. C’est un lieu de conscience et de compréhension.

On reste soi-même dans la vie que Christ propose. On meurt, on est avec Christ, et il y a une prolongation de notre existence. C’est ce que nous montre Luc 16: dans cette parabole assez terrible du sort qui attend les perdus, c’est tout l’accent de cette parabole, on voit qu’il y a une conscience de qui l’on a été, de ce que l’on a vécu. Et c’est aussi le cas des martyrs de la foi qui prient en Ap 6.9-11: ils ont conscience de l’injustice qu’ils ont subie, ils attendent la fin de leur histoire.

3. C’est un lieu céleste mais localisable.

Ap 7.9: « Après cela je regardai, et voici une grande foule que nul ne pouvait compter, de toute nation, de toutes tribus, de tous peuples et de toutes langues. Ils se tenaient devant le trône et devant l’Agneau, vêtus de robes blanches, et des palmes à la main. » Et donc, ça semble un peu « space » (spécial), bien sûr, mais il y a un lieu, il y a un endroit qui est avec Christ, qui s’ouvre pour ceux qui viennent à lui dans la mort.

4. C’est un lieu d’émotion et de désirs.

La Bible parle du paradis en des termes qui sont plutôt joyeux; la Bible dit même que lorsqu’un pécheur se repent, il y a plus de joie dans le ciel que pour 99 justes qui n’ont pas besoin de repentance. Donc quand quelqu’un vient à Christ, il y a une fête dans le ciel. Cette notion de fête est très présente puisque le paradis va commencer par des noces, le mariage de Jésus avec son Église. C’est pas Marie Magdeleine sa femme, c’est son Eglise! Et ces noces sont joyeuses, elles sont pleines de vin vieux, de mets succulents (c’est pas moi qui le dis, c’est Esaïe, dans les chapitres 24 et 25, cette annonce de ce grand festin qui est là).

Une émotion qui s’accompagne du repos, Ap 14.13 « J’entendis du ciel une voix forte qui disait: « Heureux les morts qui meurent dans le Seigneur, dès à présent! Oui, dit l’Esprit, afin qu’ils se reposent de leurs travaux, car leurs œuvres les suivent. » Repos, paix, c’est quelque chose qui est très émotionnel.

5. C’est un lieu de prière et de louange.

J’ai déjà mentionné… Nous allons prier le temps que le royaume arrive.

6. C’est un lieu d’anticipation du tribunal de Christ.

La Bible dit que nous amassons des trésors spirituels aujourd’hui, non pas pour un mérite, pour rentrer ou non dans le paradis, mais pour –je crois– refléter un honneur particulier de la vie que nous avons menée en lien avec ce que la Parole dit.

7. C’est un lieu relationnel.

On reconnaîtra ceux et celles qui nous entourent, je ne sais pas comment –je ne sais pas s’il y aura une sorte de carte d’identité, c’est une boutade, franchement je n’ai aucune idée. Et lorsque, dans la transfiguration, Moïse et Elie paraissent aux côtés de Christ transfiguré, les apôtres ont conscience de qui c’est; alors est-ce qu’ils ont été introduits, ou est-ce que c’est une conscience surnaturelle, je ne sais pas; mais toujours est-il que nous devenons nous-mêmes, et nous pourrons nous reconnaître et prendre conscience les uns des autres.

8. C’est un lieu aux manifestations en partie similaire au nôtre.

On peut entendre; lorsque Jean monte au ciel, qu’il s’y rend –on ne sait pas trop exactement comment-, mais il voit des choses, il est question d’une voix forte. Donc on perçoit des choses qui sont de l’ordre de notre expérience actuelle.

9. C’est un lieu où l’on accède au fruit de l’arbre de vie.

En tout cas, je l’ai évoqué, ce sera dans une dimension future.

10. C’est un lieu où l’on sait un peu de ce qui se passe sur terre.

Puisqu’il y a une intercession de la part de ceux qui sont sauvés, et qui attendent l’achèvement du règne.

Ca c’est pour la partie du paradis temporaire, le second paradis. Le premier paradis c’est Genèse 1 et 2; le second c’est ce lieu qui nous attend, en communion avec Christ après la mort, immédiatement; et puis le troisième c’est lorsque Jésus établira l’éternité sur de nouveaux cieux et une nouvelle terre.

La description du paradis éternel

Qu’est-ce qu’on peut dire, justement, de ce paradis éternel?

Je ne vais pas reprendre ce qui est dit dans le podcast 90, mais je vais juste lire quelques phrases que l’on trouve à l’inauguration de ce paradis éternel: Ap 21.1-8 « Je vis un nouveau ciel et une nouvelle terre; car le premier ciel et la première terre avaient disparu, et la mer n’était plus. Et je vis descendre du ciel, d’auprès de Dieu, la ville sainte, la nouvelle Jérusalem, prête comme une épouse qui s’est parée pour son époux. J’entendis du trône une forte voix qui disait: Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes! Il habitera avec eux, ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux. Il essuiera toute larme de leurs yeux, la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. Celui qui était assis sur le trône dit: Voici, je fais toutes choses nouvelles. Et il dit: « Ecris, car ces paroles sont certaines et vraies. Il me dit: C’est fait! Je suis l’Alpha et l’Oméga, le commencement et la fin. A celui qui a soif, je donnerai de la source de l’eau de la vie, gratuitement. Tel sera l’héritage du vainqueur; je serai son Dieu, et lui sera mon fils. Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les débauchés, les magiciens, les idolâtres et tous les menteurs, leur part sera dans l’étang brûlant de feu et de soufre: cela, c’est la seconde mort. »

Quelques remarques là-dessus:

1. C’est une terre, avec un ciel. Donc ce n’est pas un nuage où les gens jouent de la harpe, proches les uns des autres, pour un culte éternel. Franchement, ce serait un cauchemar, un tel paradis. Non, c’est pas comme ça que le paradis est décrit, c’est une nouvelle terre, un nouvel environnement.

2. C’est une terre sans la mer (symbole d’imprévisibilité et de mort). Il faut bien voir que la mer, dans toute sa beauté, est aussi un lieu assez terrible qui devient soudainement plein de colère, en quelque sorte, et qui a emporté bien des marins dans la mort. Je crois que c’est dans son symbolisme de violence et d’impétuosité qu’il est écrit qu’il n’y a pas de mer. Puisqu’il y aura un cycle d’eau, puisqu’il est question de rivières, on peut imaginer de grandes retenues d’eau, de lacs, mais la mer dans son côté salin, issue du déluge, etc, n’existera plus.

3. C’est un monde avec une ville sainte, qui est l’épouse. C’est-à-dire que, et ça c’est vraiment étrange, la ville est à la fois l’épouse et l’ensemble des sauvés, c’est à la fois une habitation et l’ensemble des sauvés. Les dimensions qui sont données, peut-être symboliques, mais quand on prend ce symbole et qu’on lui donne une texture contemporaine pour s’en donner une représentation, c’est un cube de 2000 km de côté, donc c’est gigantesque, et c’est grandiose! Je crois que c’est l’idée qu’il faut retenir.

4. Dieu est au centre de ce paradis. C’est lui l’Être le plus admirable, le héros de toute la Bible, le Sauveur, le Maître. Il s’est manifesté, et il sera avec nous.

Alors, je voudrais juste évoquer quelque chose. Vous savez, si vous avez déjà rencontré des gens célèbres que vous admiriez, il y a comme un – »waouh, je suis avec telle ou telle personne que j’ai admirée ». Et on a envie de passer du temps avec ces personnes, on a envie de leur poser plein de questions, on a envie… Alors ça peut être des stars, ça peut être des intellectuels, ça peut être des scientifiques, ça peut être des théologiens, mais bref, on a envie de profiter de ces temps, ils sont connus, et on est là avec eux, on peut discuter, et c’est très satisfaisant.

Le paradis, on sera avec Jésus; ça sera très satisfaisant. Il est l’hôte principal et franchement, ça j’ai hâte. J’ai hâte d’être avec lui, je suis émerveillé qu’il soit mort pour mes péchés, et qu’il m’ait donné une vie nouvelle et oui, c’est quelque chose qui m’émerveille!

5. Il n’y aura jamais plus de douleurs, de cri, de deuil, plus de mort, plus de péché. Et ça, ça m’encourage parce que l’on peut avoir comme souvenirs de nos vies des choses très douloureuses, des choses manquées, des fautes graves, des douleurs très vives, et tout ça paraîtra vraiment comme mauvais rêves, avec un réconfort personnel de Dieu, puisque le premier geste que Dieu réalise, dans l’entrée de ce paradis, c’est qu’il essuiera toute larme de nos yeux.

Donc voilà une description bien trop brève, mais la Bible est très sobre, contrairement à d’autres livres saints qui s’occupent beaucoup du ciel, la Bible est très concrète, elle est très centrée sur l’existence de nos vies et de cette communion à Dieu que nous avons, beaucoup moins sur les spéculations –qui pourraient paraître des spéculations– liées à l’au-delà. Elle est très sobre sur cette thématique.

L’éternité du paradis

Alors maintenant j’aimerais aborder dans cette deuxième partie de podcast, l’aspect de l’éternité du paradis. Tu te demandes si ça pourrait être cyclique, comme l’histoire des hommes est souvent cyclique: est-ce que l’on pourrait se retrouver dans un mauvais rêve, qu’au début on ait un paradis, puis soudainement il y en ait un qui prenne… je ne sais pas quelle mouche l’aurait piqué, mais qu’il devienne à nouveau pécheur, qu’il entraîne l’humanité à sa perte, de nouveau. Est-ce que c’est possible?

La réponse est un NON catégorique. Pourquoi?

1. Premièrement, le prophète Daniel évoque la venue du règne du Fils de Dieu. Il l’évoque en ces termes: (Dn 2.44) « le Dieu des cieux suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit, et ce royaume ne passera pas sous la domination d’un autre peuple; il pulvérisera et anéantira tous ces royaumes-là, et lui-même subsistera éternellement. »

Le règne du Christ, une fois établi, sera éternel.

Dn 7.27: « Le royaume, la domination et la grandeur de tous les royaumes qui sont sous le ciel seront donnés au peuple des saints du Très-Haut. Son royaume est un royaume éternel, et tous les dominateurs le serviront et lui obéiront. »

2 P 1.11 parle du royaume éternel de Dieu, dans lequel il n’y a pas de variation à attendre, à cause de la perfection de ce règne. « Le trône du Fils est éternel » nous dit Hb 1.8. Donc il y a une constance de ce règne, une éternité de ce règne.

2. Deuxième raison: l’instigateur du mal (au regard de la Bible), le diable, demeurera pour toujours au plus profond du lac de feu. Et il ne faut surtout pas imaginer que le diable va torturer des victimes, c’est lui qui sera au plus profond du lac de feu. Ca commence avec Ap 20.10: « Le diable qui les séduisait fut jeté dans l’étang de feu et de soufre, où sont la bête et le faux prophète. Et ils seront tourmentés jour et nuit, aux siècles des siècles. »

Aucune possibilité pour lui de sortir de ce lac de feu. Donc si l’instigateur du mal est confiné, il ne peut plus séduire.

3. Troisièmement, les cœurs des habitants du paradis auront été glorifiés, c’est-à-dire qu’ils auront été expurgés de tout ce qui est contraire à la gloire de Dieu. Il n’y aura pas de gloire de soi, il n’y aura pas d’amour de l’argent, il n’y aura pas d’égoïsme dans nos cœurs, il n’y aura pas de violence, ni d’idolâtrie, ni quoi que ce soit.

Pourquoi? Parce que la nouvelle alliance qui est promise en Jérémie 31, qui est accomplie en Christ, dit que Dieu mettra sa loi en nous, dans nos cœurs; 1 Corinthiens 15 dit que nous serons ressuscités incorruptibles, c’est-à-dire sans possibilité de corruption, c’est-à-dire que les processus de vieillissement, de maladie et de mort ne feront plus partie de la nouvelle création. Et en cela, nous serons comme Jésus, moralement rendus parfaits, justes, mais également incapables de pécher et physiquement emportés à la suite de sa résurrection. 1 Corinthiens 15 est très pertinent à ce sujet.

4. Quatrième raison, nous serons dans une plénitude de communion avec le Saint-Esprit que nous n’avons jamais connue ici-bas. Il faut bien réaliser que lorsque Jésus annonce la venue de ce second juriste, de ce second consolateur, ou défenseur, le Saint-Esprit, il dit ‘qu’il sera éternellement avec nous’ (Jn 14.16). Or, nous n’avons reçu que les arrhes de l’Esprit, c’est-à-dire le premier paiement, un acompte du Saint-Esprit. C’est déjà magnifique, c’est déjà extraordinaire: ce Saint-Esprit nous a scellés, il nous a fait naître de nouveau, nous avons été baptisés du saint-Esprit, c’est juste extraordinaire! Mais ce n’est qu’un acompte. Lors de la résurrection, nous aurons la plénitude du Saint-Esprit en nous. Et donc nous serons absolument incapables de vivre autrement que dans le fruit de l’Esprit, c’est-à-dire l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la douceur, la bienveillance, la maîtrise de soi. Cette plénitude nous conduira à vivre comme Jésus et à désirer vivre comme Jésus; Il n’y aura aucune dissonance dans nos désirs et notre réalité, comme c’est le cas aujourd’hui.

5. Et cinquième raison enfin: quand l’Apocalypse annonce ce monde nouveau, Jean dit explicitement ceci: « J’entendis du trône une voix forte qui disait: Voici la tente [le tabernacle] de Dieu avec les hommes! Il habitera avec eux, ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux. Il essuiera toute larme de leurs yeux, la mort ne sera plus, et il n’y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu. » (Ap 21.3-4)

Voilà, ça c’est la garantie. Nous ne serons plus dans une situation de chute possible, de retour en arrière.

Alors j’aimerais revenir sur un point principal. Tu te souviens, j’ai souligné que Dieu était au centre du paradis. C’est une raison pour laquelle –et je crois qu’il faut vraiment le rappeler-, ceux et celles qui veulent entrer au paradis sans se repentir de leurs péchés, sans placer leur confiance en Christ, seraient tellement malheureux au paradis… Pourquoi? Parce qu’on les forcerait à aimer quelqu’un qu’ils rejettent aujourd’hui. C’est pour ça que, quelque part, il n’y aura aucune surprise dans l’enfer, dans le sens où Jésus s’est déplacé pour offrir une vie nouvelle, il est lui-même celui qui tend la main. Ceux qui aujourd‘hui rejettent absolument cette main tendue, si on les forçait à être au paradis, mais ils seraient malheureux, en disant: « mais c’est quoi cette arnaque? On m’oblige à aimer Jésus, on m’oblige à le servir, on m’oblige à vivre avec ceux et celles qui sont ses disciples… » eh non! La Bible est très claire qu’on n’ira pas tous au paradis, malgré le chant si populaire qui a été rédigé dans les temps passés. Jésus met en garde: « Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les débauchés, les magiciens, les idolâtres et tous les menteurs, leur part sera dans l’étang brûlant de feu et de soufre: cela, c’est la seconde mort. »

Et je voudrais dire ici: moi je suis de ces gens-là. Je n’ai aucune prétention à être supérieur à quiconque, je suis de ces gens décrits comme des lâches, des incrédules, des abominables, des meurtriers; si je n’ai pas tué de mes mains, j’ai tué dans mon cœur; je suis débauché dans ma tête si je ne l’ai pas été autrement… Je suis très conscient du péché qui m’habite, c’est le cas de tous les êtres humains, et ces 2 textes que nous avons lus, ils terminent par une invitation: « Je suis l’Alpha et l’Oméga, le commencement et la fin. A celui qui a soif, je donnerai de la source de l’eau de la vie, gratuitement. Tel sera l’héritage du vainqueur; je serai son Dieu, et il sera mon fils. »

Voilà l’Evangile: une invitation où Dieu donne gratuitement d’être adopté par lui, parce qu’il est mort pour nos péchés. Lorsqu’il meurt sur la croix, Jésus paye le jugement et la condamnation que nous méritions. Et donc il invite tous les hommes et toutes les femmes à se repentir et à placer leur foi en Jésus, et à être réconciliés avec lui.

Alors c’est quoi le paradis? C’est juste l’achèvement de ce que l’on commence aujourd’hui dans notre communion et notre relation avec lui. Et alors on sera éblouis de l’amour, de la grandeur, de l’amitié, de la force, de la puissance, de la majesté de Jésus-Christ, et on va jouir de lui, dès maintenant dans la conversion, et dans l’éternité, dans cette relation à lui, dans ce lieu qu’il inaugurera en son temps.

J’espère avoir répondu à ta question… Waouh, quelle espérance nous est proposée en la personne de Christ!

Florent Varak

Florent Varak est pasteur, auteur de nombreux livres dont le Manuel du prédicateur, L'Évangile et le citoyen et la ressource d'évangélisation produite en co-édition avec TPSG: La grande histoire de la Bible. Florent est aussi conférencier, et professeur d'homilétique à l'Institut biblique de Genève. Il est le directeur international du développement des Églises au sein de la mission Encompass liée aux églises Charis France. Il est marié avec Lori et ont trois enfants adultes et mariés ainsi que quatre petits-enfants.

Articles pouvant vous intéresser

>