Peut-on être juif et croire en Jésus? (Épisode 128)

En direct de Jérusalem, Florent est accompagné de Josué Turnil, directeur de juif pour Jésus en France. La réponse à cette question repose sur qui est Jésus, est-ce le Messie? Josué démontre que oui, et nous confie qu'il ne s'est jamais autant senti juif que depuis qu'il croit en Jésus.

Un Pasteur vous répond existe aussi en vidéo:

Rendez-vous chaque semaine pour un nouvel épisode d’un Pasteur vous répond : le podcast où la Bible répond à vos questions.

Si vous aimez le podcast, nous serions très reconnaissant que vous preniez 15 secondes pour laisser une note sur iTunes (cf. ici pour voir comment). C’est le seul moyen de le faire remonter dans le classement des podcasts « Religions » (et donc attirer d’autres publics).

Retrouvez tous les épisodes d’Un Pasteur vous répond sur :

Comment s’abonner au podcast ?

Vous ne savez pas comment vous abonner au podcast sur votre téléphone ? On y a pensé ! Découvrez un mini tutoriel vidéo ici.

Vous voulez poser une question ?

Posez votre propre question pour un pasteur en cliquant ici.

Transcription :

« Cette transcription vous est proposée par les bénévoles de Toutpoursagloire.com. Nous cherchons à garder le style oral des épisodes pour ne pas déformer les propos des intervenants. De même, nous rappelons que ces transcriptions sont mises à disposition mais que les paroles de l’auteur (podcast et vidéo) restent la référence. N’hésitez cependant pas à nous signaler toutes erreurs ou incohérences dans cette transcription. Merci d’avance. »

– Florent Varak (FV) : Bonjour de Jérusalem où je suis accompagné par mon cher ami Josué Turnil (JT) qui est également le directeur de « Juifs pour Jésus » en France.

Et je profite que nous soyons ensemble dans cette belle ville de Jérusalem pour lui poser quelques questions, des questions qui se posent à nous, de temps en temps, si nous côtoyons des amis de confession juive. Alors la question que je voudrais te poser Josué, c’est : est-ce que c’est possible d’être juif et de croire en Jésus, de croire en Yeshua, comme le Messie du peuple d’Israël ?

– JT : Shalom !

– FV : Shalom !

– JT : Alors je crois que la question est plutôt qui est Jésus ? Est-il vraiment le Messie ? Parce que s’il n’est pas le Messie, la question ne se pose pas, les juifs ne devraient pas croire en lui. Mais s’il est le Messie, donc la réponse est évidente. Alors, pour beaucoup de juifs, la judéité est une question de religion. Mais quand j’avais un mois – je suis juif de parents, de tradition – quand j’avais un mois, je n’avais aucune conviction, aucune religion dont j’étais conscient, et pourtant la communauté juive me considérait juif. Donc, je suis juif à cause de quelque chose d’indépendant de mes propres choix, de ma propre volonté. Et bien sûr comme dit le vieux dicton « 2 juifs, 3 opinions » , il y a des juifs athées, des juifs bouddhistes, des juifs même catholiques, avec notamment l’exemple très important de Jean-Marie Lustiger, qui était l’archevêque de Paris pendant longtemps. Et le fait qu’on peut aller à Notre-Dame et voir sa stèle mortuaire où c’est écrit « Je demeure juif » , chose qui a beaucoup choqué pas mal de personnes juives, et inclus Elie Wiesel, qui était un ami de Jean-Marie Lustiger, mais qui n’aimait pas le fait qu’il continuait à affirmer son identité juive quoique catholique.

Donc voilà la question : est-il vraiment le Messie ?

– FV : Ça c’est une question qui est débattue, et j’imagine que tu as pas mal de débats régulièrement avec des gens qui contestent que Jésus soit le Messie.

– JT : Tout à fait, tout à fait. Alors… Mais juste pour revenir à la question de l’identité juive, quel est le but d’être juif en fait ? Et pour moi, ça va à la Torah, on doit aller à la Torah; et la Torah dit que le but d’être juif, c’est d’être une lumière pour les nations. Donc, si le but d’être juif, c’est de partager la parole de Dieu avec les nations, comment faire cela ? Et bien, ma foi en Jésus m’aide à accomplir mon identité première, c’est-à-dire d’être juif. Donc oui, c’est possible de croire en Yeshua et rester juif. D’ailleurs depuis que je crois en Jésus, je me sens plus juif que juif, plus juif que jamais.

– FV : Ça c’est intéressant !

– JT : Oui tout à fait. Alors voilà.

– FV : Ok. Quels sont les arguments qui, de ta perspective, montrent que Jésus est véritablement le Messie d’Israël ?

– JT : Premièrement, il est de la descendance de David. Deuxièmement, il est né là où le Messie devait naître, il est venu à l’époque où le Messie devait venir, et il a fait…

– FV : C’est-à-dire ? Pourquoi tu dis ça ?

– JT : Parce que plusieurs choses dans l’ancien testament, dans la Torah, dans ce qu’on appelle les prophètes, les écrits, parlent clairement de la venue, du rôle et de l’identité du Messie. Donc, juste comme exemple, le prophète Daniel dit que le Messie doit venir avant la destruction du temple, et que son rôle majeur, c’était d’amener le pardon, l’expiation éternelle. Alors le temple fut détruit en l’an 70. Et l’argument majeur de l’Evangile c’est que Jésus, le Messie, est mort pour nos péchés selon les Ecritures, selon les Ecritures à savoir que les Écritures sont basées sur le temple et sur le sacrifice pour les péchés. Et donc Jésus, sa mort sur la croix est mort comme qorban, comme sacrifice, victime expiatoire, pour nos péchés. Alors ça, c’est quelque chose qui existe dans le judaïsme très très fort. Il y a, c’est le principe de Mitath tsadiqim mekhapereth qui veut dire « la mort des justes justifie » ou sanctifie ou sauve.

– FV : Or justement, ce que j’ai parfois entendu, c’est que Esaïe 53 – et si jamais vous écoutez ce podcast et vous êtes de confession chrétienne, vous avez souvent lu Esaïe 53 comme étant la prophétie, l’exemple même de la prophétie qui annonce la mort du Messie pour le sacrifice des péchés – mais je sais que quand je parle avec des amis de confession juive, ils me disent « Ah oui mais ça c’est, ce sont les justes qui, c’est le peuple, le serviteur de l’Eternel, qui expie pour Israël » . Comment tu réponds à cela ?

– JT : Juste pour être clair, Esaïe 53 ce n’est pas un joueur de foot ou de rugby, c’est Esaïe le prophète chapitre 53. Linguistiquement, c’est impossible que ce soit Israël (numéro 1).

Deuxièmement, une lecture simple. Dans le judaïsme, l’interprétation c’est pachout, c’est-à-dire ce qui est le plus simple, le premier regard et ce qui donne sens au texte. Donc si quelqu’un aborde ce texte sans l’avoir lu auparavant, la première réaction va être que c’est Yeshua. Deuxièmement, même des commentateurs rabbiniques comme Nahmanide et d’autres ont confirmé que ce texte s’applique au Messie. Maintenant, ça a changé au Moyen-Âge, malheureusement, à cause de la persécution de la chrétienté vis-à-vis des juifs qui ont utilisé ce texte pour forcer des conversions et voilà le problème. C’est pour ça que la question se pose : est-il possible d’être juif et croire en Jésus ? C’est à cause de tout cet historique de persécution de l’église vis-à-vis du peuple juif.

– FV : Ça c’est une tragédie extraordinaire, c’est un non-sens !

– JT : C’est regrettable. Mais pour mes amis chrétiens qui aimeraient parler avec leurs amis juifs, si Jésus n’est pas le Messie d’Israël, il ne peut pas être le Christ des nations.

– FV : Bien sûr !

– JT : Donc vous ne pouvez pas être chrétien sans la base ou sans la reconnaissance que Jésus soit le Messie d’Israël. Parce que s’il n’est pas le Messie d’Israël, il ne peut pas être votre Sauveur.

– FV : J’ai le sentiment en discutant ici à Jérusalem avec pas mal de religieux qu’il y a vraiment une différence entre la pratique religieuse talmudique et la pratique religieuse telle qu’on peut la percevoir dans la lecture du Tanakh, c’est-à-dire de ce que nous considérons comme l’ancien testament. Est-ce que c’est une, c’est un enjeu ici ? Est-ce que ça explique une partie du rejet de la notion que Jésus soit le Messie du peuple d’Israël ?

– JT : L’apôtre Paul parle d’un voile que le peuple juif a, qui les empêche de voir Jésus comme le Messie. Et c’est vrai, si on parle vraiment que des éléments ou de la communauté juive la plus religieuse, on peut voir que dans les textes du Talmud, on a le texte de la Bible au milieu, et tout autour, on a le commentaire rabbinique. On ne peut que comprendre le texte à partir de l’interprétation rabbinique. Et ça rend la communication difficile, surtout si les rabbins ont une autre manière d’interpréter le texte.

Bien sûr, il y a beaucoup de joyaux dans l’interprétation rabbinique, la manière dont ils comprennent la linguistique et les traditions auxquelles ils se réfèrent, mais la parole de Dieu, la Bible, la Torah, les prophètes, ont été écrits pour l’individu. D’ailleurs il y a un autre prophète, Jérémie, qui a parlé du jour où il y aura un nouveau testament, une nouvelle alliance : « Voici, les jours viennent, dit l’Eternel, où je conclurai une alliance nouvelle avec la maison d’Israël et la maison de Juda. » « Celui-ci n’enseignera plus celui-là : » Connaissez l’Eternel ! « Car tous me connaîtront, depuis le plus petit jusqu’au plus grand. » Donc, dans l’idée de la nouvelle alliance, du nouveau testament, ce que je suis convaincu que Jésus Yeshua a amené, cette méthode rabbinique où on doit dépendre sur un sage ou sur une interprétation pour connaître la parole de Dieu, disparaît. Ce n’est pas qu’ils n’ont pas de valeur, mais le but c’est d’avoir accès direct à Dieu.

– FV : Donc la référence que tu cites, c’est Jérémie 31; ce serait un passage à lire pour montrer à quel point Dieu d’ailleurs veut internaliser sa présence plutôt que de la réduire à une série de rites que l’on accomplit pour, soit se donner bonne conscience, soit imaginer que l’on peut obtenir un mérite au travers de ces pratiques. Dieu veut vraiment que sa présence vienne à l’intérieur de nous. C’est intéressant, parce que souvent on dit que c’est une invention paulinienne, le concept de la nouvelle alliance, c’est-à-dire que c’est Paul qui a inventé l’idée d’une nouvelle alliance, mais c’est vraiment une prophétie du Tanakh en lui-même. Donc Jérémie 31 fait référence à cette promesse dont tu parles.

– JT : L’apôtre Paul était imbibé du judaïsme et imbibé de la Torah. Et donc pour lui le nouveau testament et tout ce qu’il enseignait n’étaient que la finalité, que l’accomplissement. D’ailleurs Jésus lui-même a dit « Je ne suis pas venu pour abolir la Torah et les prophètes, je suis venu pour les accomplir » .

– FV : Alors tu disais que depuis que tu es devenu un croyant Yeshua, tu te sens beaucoup plus juif. Tu peux expliquer un peu ce que ça signifie et comment ça pourrait être un chemin de réflexion pour une personne qui nous écoute et qui serait surprise par ce genre de propos ?

– JT : Il y a dans ta première question, dans la question que tu m’as posée – peut-on être juif et croire en Yeshua ? – il y a plein de questions dedans. C’est une grosse question, on pourrait passer beaucoup de temps sur cette question même si on affirme que oui. Mais sous cette question, la question qui taraude, qui consume, qui est présente depuis des années, c’est : qu’est-ce que d’être juif ? Ou encore, qui est juif ? Est-ce qu’on est juif parce qu’on est juif par sa mère ? En Israël on peut être juif si, on peut faire Aliyah et devenir un citoyen israélien si c’est son père qui est juif. Pour la synagogue libérale, c’est l’un ou l’autre. Donc quel est le but de tout cela, d’avoir un peuple élu ? Quel est le but d’être juif ? Quelle est la raison d’être dans la judéité ? Et c’est là où j’ai retrouvé en Jésus vraiment le but. Et encore je reviens sur ce que j’ai dit tout à l’heure. Le but vraiment d’un peuple à part, comme dit la Torah, Am Ségoula, un peuple trésor, un peuple particulier, c’est expliqué dans d’autres traductions, un peuple séparé, c’est pour devenir une lumière pour les nations; ce n’est pas pour se fermer, se cloisonner, s’isoler, mais c’est au contraire pour s’ouvrir et amener la parole de Dieu aux nations. Et sans cela, il n’y a plus de sens à être juif. Le sens et le but ultime c’est que le peuple juif puisse partager ce qu’il connaisse au monde entier.

– FV : L’une des grandes surprises que peut faire un juif orthodoxe ou pratiquant, c’est d’ouvrir le nouveau testament avec Matthieu 1.1. Et là, la plupart s’attendent à commencer un écrit qui, dont on l’a mis en garde comme étant antisémite, comme étant une sorte de guide de persécution. Ce n’est pas moi qui le dit d’ailleurs; on trouve pas mal de témoignages comme ceux-ci de la pensée que les gens ont fait, malheureusement à cause de l’horreur de la chrétienté – et que je distinguerai des disciples authentiques de Jésus –, mais de l’horreur de la chrétienté dans les siècles. Donc il ouvre la première page, le premier verset du nouveau testament et ça dit quoi ? Tu te souviens ?

– JT : Voici le livre des générations de Jésus le Messie, fils d’Abraham, un juif, fils de David. C’est le synonyme pour dire Messie.

– FV : Oui, on ne peut pas avoir une introduction plus juive au nouveau testament : fils d’Abraham, fils de David, c’est vraiment la racine de la foi chrétienne et du message de l’évangile.

Est-ce que, alors tu es le seul à être un juif qui croit en Yeshua ?

– JT : Heureusement non ! Même si des fois, en général quand les juifs viennent à Yeshua, ils se sentent assez seuls. Mais si vous êtes là et vous entendez cela, vous n’êtes pas seul à croire, à considérer ou à sympathiser avec Yeshua, avec Jésus, et vous pouvez être en contact avec plein de juifs croyant en Jésus partout dans le monde et aussi ici en Israël.

– FV : Oui c’est une chose, « Juifs pour Jésus » a réalisé un très très bel inventaire un peu des croyances de la jeune génération juive de par, aux Etats-Unis, et j’ai découvert que plus de 30% des juifs considéraient qu’il était possible d’être juif et croyant en Yeshua donc les choses changent.

Et bien je te remercie d’avoir répondu à une première question.

– JT : Merci Florent !

– FV : Dans un prochain podcast, on regardera les objections fréquentes qui sont évoquées à l’encontre de la messianité de Yeshua, et puis voir comment en parler. J’espère que c’était utile en tout cas pour découvrir un autre aspect de la foi chrétienne et peut-être pour réfléchir, si jamais vous venez sur ce podcast un peu neuf avec cette question surprenante, peut-on être un juif et croire en Jésus en tant que Messie ?

– JT : Shalom Yerushalayim !

– FV : Shalom !

Florent Varak

Florent Varak est pasteur, auteur de nombreux livres dont le Manuel du prédicateur, L'Évangile et le citoyen et la ressource d'évangélisation produite en co-édition avec TPSG: La grande histoire de la Bible. Florent est aussi conférencier, et professeur d'homilétique à l'Institut biblique de Genève. Il est le directeur international du développement des Églises au sein de la mission Encompass liée aux églises Charis France. Il est marié avec Lori et ont trois enfants adultes et mariés ainsi que quatre petits-enfants.

Articles pouvant vous intéresser

>