Peut-on prendre de l’homéopathie? (Épisode 78)

Dans l'épisode 78, Florent Varak aborde la question de l'homéopathie de façon biblique et pédagogique. Bonne écoute à tous.

Un Pasteur vous répond existe aussi en vidéo:

Rendez-vous chaque semaine pour un nouvel épisode d’un Pasteur vous répond : le podcast où la Bible répond à vos questions.

Si vous aimez le podcast, on serait très reconnaissant que vous preniez 15 secondes pour laisser une note sur iTunes (cf. ici pour voir comment). C’est le seul moyen de le faire remonter dans le classement des podcasts « Religions » (et donc attirer d’autres publics).

Retrouvez tous les épisodes d’Un Pasteur vous répond sur :

Comment s’abonner au podcast ?

Vous ne savez pas comment vous abonner au podcast sur votre téléphone? On y a pensé ! Découvrez un mini tutoriel vidéo ici.

Vous voulez poser une question ?

Posez votre propre question pour un pasteur en cliquant ici.

Transcription :

« Cette transcription vous est proposée par les bénévoles de Toutpoursagloire.com. Nous cherchons à garder le style oral des épisodes pour ne pas déformer les propos des intervenants. De même, nous rappelons que ces transcriptions sont une aide mais que les paroles de l’auteur (poadcast et vidéo) restent la référence. Cependant, n’hésitez pas à nous signaler toutes erreurs ou incohérences dans cette transcription. Vous pouvez aussi en savoir plus ici pour rejoindre notre équipe de transcripteurs. Merci d’avance. »

La question est posée, une question probablement récurrente qui, sauf erreur, n’a pas été traitée : “Que penser de l’homéopathie ? On lui prête encore aujourd’hui des liens avec l’occultisme, on parle d’incantation, de radiesthésie pour trouver des plantes adéquates, de taux de dilution infinitésimal, de dynamisation de force, etc. Un de mes proches soigne ses herpès en début de formation uniquement avec de l’homéopathie arguant que seule l’homéopathie les empêche d’évoluer sur le visage. Merci de nous donner une perspective biblique sur cette question”. Effectivement, la question a été posée par plusieurs personnes sur le site et je suppose que c’est une problématique qui intéresse de nombreux internautes qui écoutent ce podcast. Je ne suis pas médecin, et tu me poses une question qui touche le monde médical, en me demandant une perspective biblique. L’homéopathie n’est pas dans la Bible. Alors je me suis attelé à cette question et j’espère que ces remarques seront utiles. J’ai aussi fait relire ce texte par un ami médecin, mais ce que j’ai surtout tenté de faire, c’est de faire ressortir quelques critères bibliques, après avoir évalué l’ensemble des remarques. Donc on va voir 4 points: la définition de l’homéopathie, son évaluation médicale, une évaluation chrétienne et ensuite je te livrerai ma perspective.

Premièrement, qu’est-ce que l’homéopathie ? C’est une technique de traitement qui repose sur trois principes. Le premier principe, c’est celui de la similitude. Ce qui donne les symptômes d’une maladie peut guérir cette maladie. Par exemple, les graines d’un arbre d’Asie du Sud-Est, le vomiquier, font vomir. L’homéopathe se dit qu’elles traiteront donc la nausée.

Deuxième principe : la haute dilution. Le produit n’agit à l’inverse de son effet normal que s’il est hautement ou fortement dilué. La formule de dilution que j’ai repiquée sur Wikipédia, c’est que n CH, c’est une dilution de 10 exposants -2 fois n. Alors si tu n’es pas matheux je vais te donner un exemple : du nuxe vomica en 10 CH, c’est une 1 goutte de cette substance diluée dans le lac Léman. C’est ce que ça veut dire en terme de haute dilution : c’est 1 goutte de cette substance diluée sur l’ensemble du lac Léman (le lac qui touche Genève), et t’en prends une partie et ça devient la substance qui va te traiter des nausées.

Troisième principe : l’individualisation. Les malades n’ont pas forcément besoin des mêmes molécules parce que chaque personne développerait un terrain plus ou moins favorable à certaines maladies et serait donc plus ou moins sensible à certaines substances. Donc un même traitement ne peut pas s’appliquer à l’ensemble des individus.

Ces principes ont été formalisés au fil du temps, mais ils sont nés d’un certain Hahnemann, qui était un Allemand d’origine luthérienne, paraît-il devenu franc-maçon, médecin de formation et qui a écrit le fruit de ses réflexions dans un ouvrage sur l’homéopathie. Il n’aurait pratiqué cette discipline assez sérieusement qu’à partir de 1800. On dit qu’il n’est pas vraiment l’inventeur mais que c’est lui qui l’a sérieusement systématisée. 50 % des Français ont utilisé de l’homéopathie pour se soigner.

Deuxième temps de notre podcast : l’évaluation médicale. C’est vraiment amusant de lire les articles sur la question, les articles de gens favorables et les articles de gens opposés à la question de l’homéopathie. Je n’ai aucun avis médical, évidemment, je te livre un peu les pour et les contre que j’ai lus. Le gros du débat repose sur l’impact de produits autant dilués. Souviens-toi de la goutte d’eau dans le lac Léman, comment est-ce possible qu’une telle dilution puisse avoir un impact ? On n’arrive pas à trouver le moindre mécanisme qui expliquerait comment une haute dilution pourrait fonctionner. A cette objection, le laboratoire Boiron, qui est le fournisseur majeur de produits homéopathiques, livre cette réponse sur son site : « Des travaux de recherche sont menés dans le monde pour comprendre l’activité des hautes dilutions, sans que le mécanisme d’action soit encore expliqué. Pour le mettre à jour il faudra sans doute de la patience, comme il en a fallu pour comprendre l’action de l’aspirine (1971) et de la pénicilline (fin du XXe siècle). De ne pas connaître le mécanisme d’action de l’homéopathie n’empêche pas les médecins et pharmaciens de constater ses effets pour la santé des patients. ».  Et cet argument est valable. Ne pas savoir comment fonctionne quelque chose ne signifie pas que ce soit insignifiant ou démoniaque dans son mécanisme. En même temps, plusieurs études affirment que les bénéfices sont de même niveau qu’avec un produit placebo. C’est l’affirmation du site Wikipédia qui cite pas mal de sources et d’études à ce sujet. Mais les homéopathes répondent que ces travaux sont biaisés parce qu’ils ne respectent pas le principe d’individualité. Une analyse statistique ne pourrait pas marcher pour l’homéopathie, sauf si on ciblait des individus similaires au sens homéopathique du terme. En même temps, j’ai un ami éleveur qui me dit utiliser l’homéopathie pour ses vaches et m’affirme que ça marche mieux que les traitements traditionnels, et c’est difficile d’imaginer ici un effet placebo.

C’est compliqué, parce que si réellement un produit quelconque a une influence à dose infinitésimale, imagine l’influence de toutes les substances à dose non mesurable que tu trouves dans un simple verre d’eau ! L’organisme serait donc assujetti à de l’eau qui a été en contact avec des millions de molécules diverses et variées. Franchement, c’est un débat que je ne sais évaluer et je me garderai bien de donner un avis sur la question scientifique, médicale, opérationnelle de l’homéopathie.

Maintenant, l’évaluation des chrétiens sur la question. Les chrétiens ont entretenu certaines suspicions au regard de l’homéopathie pour plusieurs raisons.

D’abord, l’adhésion d’Hahnemann à la franc-maçonnerie. Sa conception du monde, et notamment une certaine énergie vitale le rapproche beaucoup des spiritualités orientales et l’éloigne tout autant d’une conception du monde biblique.

Deuxièmement, la dynamisation dont il est question dans la fabrication chez certains laboratoires. Des personnes ont évoqué des formes de passes magnétiques qui influenceraient le produit et le rendraient potentiellement contaminé, et là je parle de « contamination spirituelle ».

Troisième remarque, les recherches des plantes compatibles se feraient par le biais du pendule, une pratique divinatoire attribuée à des forces spirituelles négatives très souvent.

Et quatrièmement, les praticiens, notamment dans les premiers temps, avaient tendance à appartenir à une spiritualité orientale dont ils vantaient les qualités : Dieu est énergie, Dieu est tout, les problèmes de santé proviennent d’un blocage dans ces parcours énergétiques… On est là dans un autre monde qui n’est pas nécessairement faux dans certain de ses aspects; c’est-à-dire que des problèmes de santé proviendraient d’un blocage de parcours énergétique… pourquoi pas. Peut-être que dans 50 ans, peut-être dans 100 ans on l’aura établi. Mais d’autres aspects  sont vraiment beaucoup plus problématiques. Par exemple, « Dieu est énergie » : non, il a de l’énergie, il est puissant, il est tout-puissant mais il est une personne, il n’est pas tout dans le sens de Dieu est tout ou tout serait Dieu. Le panthéisme, le monisme, sont des philosophies très éloignées de la perspective biblique. En même temps, je ne suis pas sûr que tous ces arguments soient forts au sens biblique du terme. Les premiers chirurgiens occidentaux étaient dans l’occultisme parce que l’Église catholique interdisait d’ouvrir les corps. Cela ne veut pas dire que la pratique de la chirurgie est contaminée par ses fondements. D’ailleurs, on a le même principe avec les médecins occidentaux qui ont tous prêté serment en s’inspirant du serment d’Hippocrate. Dans les temps anciens, le serment d’Hippocrate se lisait ainsi: « Je jure par Apollon, médecin, par Asclépios, par Hygie et Panacée, par tous les dieux et toutes les déesses, les prenant à témoin que je remplirai, suivant mes forces et ma capacité, le serment et l’engagement suivant ». Alors, plus païen que cette formulation tu meurs.  Mais bien sûr, la formalisation actuelle ne prend pas en compte ces divinités anciennes; même si son origine est païenne, son fondement est très important pour l’ensemble de la médecine contemporaine.

Autre remarque, la Bible ne me demande pas de porter un jugement sur l‘origine des choses mais plutôt sur le fruit des choses. Et je pense qu’il faut surtout s’interroger sur la validité potentielle de l’homéopathie et sur son impact spirituel potentiel. C’est son fruit qu’il faut analyser. La dynamisation qui est incriminée correspond parfois au simple fait de mélanger fortement le produit, et je n’imagine pas des laboratoires majeurs comme Boiron s’occuper de faire des choses à caractère occulte. Ils ont autre chose à faire, ils ont des machines qui ont automatisé l’ensemble du processus.

Enfin, la recherche des plantes par le biais de chamanes ou de pendules est certainement irrationnelle pour le monde occidental mais, en même temps il faut savoir que la plupart des médicaments classiques produits par les laboratoires pharmaceutiques sont issus d’un contact avec le savoir ancestral des chamanes. En fait, ce sont souvent des études qui sont menées avec des chamanes sur le terrain pour identifier des plantes qui ont des effets particuliers. Ensuite, ces plantes sont ramenées au laboratoire, on essaie d’isoler les molécules actives présentes dans ces plantes pour créer un médicament. Donc, à l’origine, ces plantes et certains de leurs effets ne sont pas simplement issus d’une inventivité née en laboratoire. Elles proviennent souvent d’un savoir ancestral. Après, d’où vient ce savoir est une autre question qui n’est pas vraiment liée à ce podcast.

Tu as remarqué que, jusqu’ici, je n’ai lu aucun passage biblique. Évidemment, c’est compliqué parce que, comme je l’ai dit au début du podcast, la Bible ne mentionne pas l’homéopathie en tant que telle. Mais ce que je voudrais maintenant livrer, c’est ma perspective. Elle vaut ce qu’elle vaut, je la livre bien sûr en ayant conscience que ce n’est qu’un avis et que d’autres avis pourraient ultérieurement être postés en réponse au mien, soit sur le site de toutpoursagloire.com soit sur d’autres sites. Ce serait intéressant de dialoguer sur la question. Voilà ma perspective d’un point de vue biblique d’ensemble.

Premièrement, dans sa plus simple description, l’homéopathie est un médicament alimentaire hypothétique. Je dis médicament parce qu’il vise à guérir. Alimentaire parce qu’il contient souvent une plante ou un dérivé de plante. Hypothétique parce que la dilution est telle qu’il n’y a rien en terme de quantité et que son efficacité n’a pas été encore prouvée de façon formelle et admise par tous, même si bien des choses qui n’ont pas encore été admises sont utilisées.

Que dit la Bible au sujet des boissons, des aliments que je mange, qui auraient été manipulés spirituellement. 1 Corinthiens 10.19: « Que dis-je donc ? Que la viande sacrifiée aux idoles est quelque chose ? ou qu’une idole est quelque chose ? (Nullement).» Cela me rappelle Jérémie 10.5, souvent cité, et à mon avis l’homéopathie ne fait pas de mal spirituel, sauf si elle t’empêche de prendre un traitement plus performant, mais là, je parle d’impact spirituel. C’est-à-dire que ce n’est pas en mangeant une substance qui a été créée selon une perspective spirituelle que tu vas être impacté spirituellement par ce produit.

Deuxièmement, un aliment, une boisson même consacrés à une idole ne peuvent faire du mal. L’apôtre Paul est assez catégorique à ce sujet, 1 Corinthiens 8.8: « Ce n’est pas un aliment qui nous rapprochera de Dieu : si nous n’en mangeons pas, nous n’avons rien de moins ; si nous en mangeons, nous n’avons rien de plus.». Romains 14.14-15: « Je sais et je suis persuadé dans le Seigneur Jésus, que rien n’est impur en soi ; mais si quelqu’un estime qu’une chose est impure, alors elle est impure pour lui. Si, pour un aliment, ton frère est attristé, tu ne marches plus selon l’amour. Ne cause pas, par ton aliment, la perte de celui pour lequel Christ est mort.» On est confronté à deux choses : l’aliment ne va pas faire du bien et il ne va pas faire du mal entendons-nous « spirituellement » en tant que tel, mais tu dois prendre en compte d’autres aspects qui sont la conscience personnelle et l’impact sur l’autre.

Cela me conduit à mon troisième point. La peur et la conscience sont déterminantes pour prendre ou ne pas prendre de l’homéopathie. 1 Corinthiens 8.7 nous dit: « Mais tous n’ont pas cette connaissance. En effet, quelques-uns, retenus encore par l’habitude à l’égard de l’idole, mangent de ces viandes en tant que sacrifiées, et leur conscience qui est faible en est souillée.». En d’autres termes, le vrai enjeu c’est ça : si tu crois qu’il y a un pouvoir occulte derrière les granules homéopathiques, n’en prends pas. Il faut que tu sois fier de tes convictions et agir contre sa conscience est toujours négatif. Ne prends jamais d’homéopathie si tu es mal à l’aise parce que cela te rappelle une certaine vision du monde occulte ou si cela te donne l’impression que tu n’es pas intègre avec toi-même. Par contre, je t’encourage à en faire une conviction personnelle sans que cela ne devienne une loi universelle pour toute l’Église et pour tous les chrétiens. N’impose pas aux autres ton opinion. Quand je regarde les armes de l’Esprit dont il est question en Éphésiens 16, je mesure que c’est par là que le diable attaque. Comment est-ce qu’il attaque ? Par contraste avec cette panoplie qui nous est proposée : le mensonge plutôt que la ceinture de vérité, l’injustice plutôt que la cuirasse de justice, l’accusation plutôt que le casque du salut, le doute, l’erreur, c’est cela que tu dois combattre et c’est cela que le diable cherche à utiliser dans ta vie pour t’abattre. Si l’homéopathie te fragilise dans ces aspects : n’en prends pas. Mais tu vois que c’est quand même un peu décalé, c’est plus une problématique dérivée.

Quatrième remarque, ta confiance fondamentale en Christ comme pain et eau de la vie ne doit pas être affectée. La Bible, en fait, est assez discrète sur les pratiques médicales. On trouve quelques médecins mentionnés, mais très peu finalement. La loi de Moïse est d’une extraordinaire lucidité pour éviter des épidémies, par exemple lorsqu’elle interdit de toucher les morts et préconise de les enterrer au plus tôt, mais on n’a rien qui régule la pratique médicale. On a très peu d’informations sur les pratiques médicales légitimes et les pratiques médicales illégitimes. Cela veut dire que le champ de l’investigation médicale est largement ouvert. C’est un cadeau de Dieu, je crois, que de pouvoir explorer ce qui est utile au corps pour en soulager les douleurs. Ainsi, Paul demande à Timothée de prendre du vin pour éviter ses maladies d’estomac, Salomon constate que le rire est un bon médicament pour le corps, et je regrette que ce soit les gens du « nouvel âge » qui se soient saisis de la notion de médecine holistique, parce que la Bible dit beaucoup de choses globales sur le bien-être et la vie. Nous devons explorer avec reconnaissance ce que Dieu nous a laissé dans la nature pour nous soigner mais ça ne doit pas occulter quelque chose. Notre vie c’est Christ, notre nourriture c’est Christ; même si l’on est en bonne santé toute sa vie, on va quand même mourir. Et notre mort, c’est aussi Christ qui est mort et ressuscité pour nous entraîner dans le cortège de victoire. Aucune médecine allopathique, homéopathique, bizarrique ou bonsensique… (c’est des mots que je viens d’inventer) ne doit altérer notre profond désir de demeurer en Christ.

C’est important parce que, en 2 Chroniques 16, et c’est mon cinquième point, notre confiance est avant tout ancrée dans la providence de Dieu. Je termine avec ce passage surprenant de Chroniques 16.12 : « La trente-neuvième année de son règne, Asa eut les pieds atteints d’une très grave maladie ; toutefois, même pendant sa maladie, il ne rechercha pas l’Éternel, mais consulta les médecins.» L’attitude d’Asa est problématique. Malade, il ne recherche pas l’Éternel, il consulte le médecin. Est-ce mauvais de consulter les médecins ? Certainement pas. Luc est médecin bien-aimé et sa profession autant que son statut sont mis en avant dans Colossiens chapitre 4 verset 14. Mais il faut réaliser que notre vie ne dépend pas d’un médecin, elle dépend de Dieu. Et aucune médecine ne peut se substituer à cette providence divine qui permet parfois d’éviter des situations compliquées, mais qui permet parfois aussi de passer par des situations compliquées. Que nous choisissions de prendre de l’homéopathie ou, à l’inverse, que nous refusions pour motif de conscience, nous sommes amenés à le faire pour la gloire de Dieu, en indiquant notre pleine confiance dans la providence de Dieu, dans la maladie comme dans la santé. Le problème majeur et le danger spirituel qui nous guettent, que nous soyons en bonne santé ou que nous soyons malades, c’est de déplacer notre confiance de Christ vers d’autres choses, vers d’autres promesses que les siennes. Et en cela, toute médecine peut être un problème et un piège.

Florent Varak

Florent Varak est pasteur, auteur de plusieurs livres , conférencier, professeur d'homilétique à l'Institut biblique de Genève, enseignant à l'Ecole biblique de Lyon et nouveau directeur international du développement des églises évangéliques des Frères (Encompass).

Articles pouvant vous intéresser

3 thoughts on “Peut-on prendre de l’homéopathie? (Épisode 78)

  1. E.P. dit :

    L’association Vigi-Sectes vient de mettre sur youtube une playlist d’une conférence tenue par Jaques Lemaire sur le sujet de « L’homéopathie: le mal guérit-il le mal?  »
    Sa conclusion sur le sujet est plus ferme.

    1. Florent Varak dit :

      Bonjour, et merci de votre retour. Pourriez-vous recenser brièvement les arguments principaux en commentaire? Ce serait intéressant d’en discuter. Bien cordialement.

      1. E.P. dit :

        – Quelques données factuelles divergentes: Les laboratoires Boiron de Lyon consultaient mon homéopathe-radiesthésiste d’Annemasse (et spiritiste) régulièrement. Ce n’est pas un cas isolé.

        – Les enseignements de Samuel Hanemann conduisent les patients vers un système de pensées, une vision du monde religieuse opposée aux vérités des Écritures révélées.

        – … les patients (chrétiens ou pas) s’endurcissent spirituellement.

        Les vidéos (Pasteur et enseignant Jacque Lemaire) sur le canal youtube , ou le document pdf (Dr. H.J. Bopp) sur le site de Vigi-Sectes sont fournies de détails, Les informations proviennent de personnes ayant plusieurs décennies d’expérience sur le sujet.

Comments are closed.