Pourquoi Jésus s’est-il fait baptiser par Jean-Baptiste? (Épisode 148)

Dans cet épisode Florent Varak répond à une question sur le baptême de Jésus, en effet, si Jésus n'a jamais péché, pourquoi est-il passé par le baptême de repentance?

Un Pasteur vous répond existe aussi en vidéo:

Rendez-vous chaque semaine pour un nouvel épisode d’un Pasteur vous répond : le podcast où la Bible répond à vos questions.

Si vous aimez le podcast, nous serions très reconnaissant que vous preniez 15 secondes pour laisser une note sur iTunes (cf. ici pour voir comment). C’est le seul moyen de le faire remonter dans le classement des podcasts "Religions" (et donc attirer d’autres publics).

Retrouvez tous les épisodes d’Un Pasteur vous répond sur :

Comment s’abonner au podcast ?

Vous ne savez pas comment vous abonner au podcast sur votre téléphone ? On y a pensé ! Découvrez un mini tutoriel vidéo ici.

Vous voulez poser une question ?

Posez votre propre question pour un pasteur en cliquant ici.

Transcription :

"Cette transcription vous est proposée par les bénévoles de Toutpoursagloire.com. Nous cherchons à garder le style oral des épisodes pour ne pas déformer les propos des intervenants. De même, nous rappelons que ces transcriptions sont mises à disposition mais que les paroles de l’auteur (podcast et vidéo) restent la référence. N’hésitez cependant pas à nous signaler toutes erreurs ou incohérences dans cette transcription. Merci d’avance."

Pourquoi Jésus s’est-il fait baptiser par Jean-Baptiste ? (Épisode 148)

"La question est posée : Bonjour, je m’appelle François et j’aimerais savoir pourquoi Jésus est passé par le baptême de repentance de Jean Baptiste, sachant qu’Il n’a pas eu à sa repentir puisqu’Il est, qu’Il était sans péché"

Bonjour, tu poses une excellente question, voici le texte que nous laisse Matthieu dans l’évangile donc : "Alors, Jésus vint de la Galilée au Jourdain vers Jean pour être baptisé par lui. Mais Jean s’y opposait en disant, c’est moi qui est besoin d’être baptisé par toi, et c’est toi qui viens à moi. Jésus lui répondit : laisse faire maintenant, car il est convenable que nous accomplissions ainsi toute justice. Alors Jean le laissa faire. Aussitôt baptisé, Jésus sortit de l’eau et voici les cieux s’ouvrirent et il vit l’esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur Lui, mais voici qu’une voix fit entendre des cieux ces paroles : celui ci est mon fils bien aimé en qui j’ai mis toute ma affection". (Matthieu 3, fin de citation).

Alors observons rapidement ce texte, c’est Jésus qui prend l’initiative de venir à Jean-Baptiste pour se faire baptiser, c’est Jésus qui accomplit ou qui dit, pardon, que cela accompli toute justice, c’est-à-dire qu’il y a un sens, un sens lié à la justification, qui est associé à son geste, et puis c’est un moment fondamental puisque à partir de là, il est publiquement validé par le Père. Le Père fait entendre sa voix, l’Esprit qui descend sur Lui, c’est vraiment toute la trinité qui s’implique dans ce parcours qui va mener bien sûr à la crucifixion, bientôt, et la résurrection. Donc c’est un moment particulièrement important pour le début du ministère public de Jésus-Christ.

Pourquoi déjà est-ce que Jean-Baptiste baptisait ?

Alors on va regarder un petit peu en amont ce qui se passe pour comprendre quel était l’intention du baptême de Jean-Baptiste et verset 5 nous lisons : "les habitants de Jérusalem, de toute la Judée et de toute la région du Jourdain venaient à lui, (lui Jean-Baptiste) et ils se faisaient baptiser par lui dans le fleuve du Jourdain en confessant leurs péchés. Comme il voyait venir au baptême beaucoup de pharisiens et de saduccéens, il leur dit : Race de vipère, qui vous a appris à fuir la colère à venir ? Produisez donc du fruit digne de la repentance et n’imaginez pas pouvoir dire nous avons Abraham pour père, car je vous déclare que de ces pierres-ci, Dieu peut susciter des enfants à Abraham."

Alors tu vois, tu as raison quelque part d’être troublé parce que, lorsque Jean-Baptiste évoque son propre ministère de baptême dans l’eau, c’est un ministère qui invite ou qui s’associe à la repentance. Il invite tous ceux qui se font baptiser à exprimer publiquement ce cette manière leur repentance. C’est d’ailleurs, même les pères de l’église, c’est à dire les premiers leaders de l’église, après la mort des apôtres, étaient un petit peu perplexe pour comprendre un peu ce qu’il se passait.

Je te lis juste un martyr qui parlant de ça, n’explique pas vraiment ce qu’il se passe, il dit "Alors Jésus vint au fleuve du Jourdain où Jean baptisait, tandis qu’il descendit de l’eau, du feu même s’alluma dans le Jourdain et pendant qu’il remontait dans l’eau, l’Esprit Saint comme une colombe voltigea sur Lui, ce sont les apôtres de ce Christ Lui même qui l’ont écrit. S’il est descendu dans le fleuve, nous le savons, ce n’est pas qu’il ait eu besoin d’être baptisé, ou que l’Esprit Saint vienne sur Lui sous la forme d’une colombe, de même qu’Il n’avait pas besoin non plus d’être engendré et d’être crucifié, et cependant il a souffert de l’être pour la race des hommes qui, depuis Adam, était tombé au le pouvoir de la mort et dans l’erreur du serpent, et qui par la faute personnelle de chacun, commettait le mal. Dieu voulait qu’ils aient le libre arbitre et qu’ils soient autonomes, anges et hommes, et Il les avait façonné de telle sorte qu’ils fassent ce qu’ils leur avait donné à chacun le pouvoir de faire avec l’intention de les conserver à l’abri de la corruption et du châtiment s’ils choisissaient ce qu’il lui plaît. Et s’ils commettaient le mal, de les châtier chacun comme il lui semblerait bon." Et tu trouves ça dans le dialogue avec Triffault, chapitre 88, les sections 3 à 5.

Donc tu vois, il dit quelque chose qui n’est pas loin de ce qu’on va dire en conclusion de ce podcast. Il a souffert de l’être pour la race des hommes qui depuis Adam était tombé au pouvoir de la mort et dans l’erreur du serpent. On verra ce qu’il en est un petit peu plus tard.

Ignace d’Antioche dans sa lettre aux Éphésiens a dit qu’il a été piégé dans l’eau, non pour sa purification personnelle, mais pour celle de l’eau, c’est dans sa lettre donc aux Éphésiens chapitre 18 verset 2. Alors, c’est mignon en fait de penser que l’eau avait besoin d’être purifiée, mais ça n’a évidemment aucun fondement scripturaire.

Alors maintenant regardons les notions d’ablution et d’immersion dans la Bible pour essayer de se faire une idée de ce qui se passe.

L’Ancien Testament a de nombreuses instructions à ce sujet. L’immersion ou l’ablution étaient nécessaire lorsque quelqu’un touchait un corps mort, lorsque quelqu’un mangeait ou ramassait un animal mort, lorsque quelqu’un avait des émissions nocturnes, on ne sait pas trop quelle est la nature de ces choses, mais il fallait se purifier dans l’eau ou lorsque quelqu’un venait à toucher une femme qui était dans sa période d’avoir ses règles, menstruations, et puis lorsque la personne touchait un être aux maladies, à la maladie de peau contagieuse par exemple. Et il faut vraiment réalisé que cette notion d’ablution était devenu très importante pour les juifs, et notamment dans une certaine secte du judaïsme, un pan du judaïsme de l’époque qu’on appelle les esséniens qui vivaient un petit peu en retrait, en marge dans les déserts, ils privilégiaient un peu le retrait de la société qu’ils estimaient trop polluée et ils ont construit un grande nombre de mikveh, d’ailleurs, si tu visites Israël, tu pourras, notamment près de la mer Morte, visiter ces lieux où tu as des bassins rituels dans lesquels tu pouvais rentrer et sortir, et tous les jours ces juifs rentraient dans l’eau pour purifier leur être des impuretés que j’ai listé dont on trouve les règlements dans l’Ancien Testament.

Alors c’est tout à fait naturel, quand on lit le baptême de Jean-Baptiste qui s’inspire probablement un peu, ou qui s’inspire, qui est un prolongement en tout cas, un juste prolongement de ce que les esséniens tentaient de faire, on réalise qu’on est dans une notion d’ablution, alors ça pose un problème.

Qu’est ce que Jean-Baptiste dit lui-même du geste qu’il pratique ? Verset 11, il nous dit : "moi je vous baptise dans l’eau en vue de la repentance, mais celui qui vient après moi est plus puissant que moi, je ne mérite pas de porter ses sandales, lui vous baptisera d’Esprit Saint et de feu. Il a son van à la main ; il nettoiera son aire et il amassera son blé dans le grenier, mais il brûlera la paille dans un feu qui ne s’éteint pas."

Et alors là, dans cette explication, on voit que le baptême d’eau atteste d’une réalité supérieure. Tous les humains seront soit plongés dans l’eau, soit plongés dans le feu. C’est une réalité assez terrible, en fait. C’est à dire qu’il y a vraiment deux types d’individus, on peut classer les hommes, en tout cas au regard de la Bible en fonction de leur race, en fonction de leur genre, une distinction beaucoup plus fondamentale : c’est soit on est baptisé de l’esprit, c’est à dire qu’on a reçu le Saint-Esprit en source de notre salut, parce qu’il nous a intégrés dans le corps de Christ, parce qu’il nous a justifiés, parce qu’il nous a pardonnés, alors que nous exprimions notre foi, notre confiance dans ce qu’il était mort pour nos péchés. Soit le baptême de feu qui reflète le jugement ultime de ceux qui estiment qu’ils n’ont pas besoin de Dieu, pas besoin de grâce, pas besoin de repentance. Jean-Baptiste donc très catégorique, enfin c’est une personnalité qui semblait être assez abrasive, le dit de façon très claire : moi je vous baptise dans l’eau en vue de la repentance, et celui qui vient après moi, c’est lui, l’essence, la substance, de ce que j’essaie d’annoncer par le baptême d’eau, c’est lui qui réalisera vraiment l’ensemble des promesses de l’Ancien Testament, il baptisera soit d’eau, pardon, soit d’esprit, soit de feu.

Et dans le podcast 39 tu verras une description un peu plus complète de ce qu’est le baptême ensuite tel que Jésus le définit à partir de Matthieu chapitre 28, je pense qu’il s’approprie de ce geste que Jean-Baptiste a donné, et lui donne une orientation nouvelle, notamment une identification au Dieu trinitaire, notamment l’expression d’un symbole d’une volonté de changement, ce qu’on voit en 1 Pierre chapitre 3 verset 21, et une expression également de repentance, tout ceci associé au baptême, au baptême au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, tel qu’il est évoqué à la fin de l’évangile de Matthieu.

Bon ! Alors dès lors, comment comprendre ce baptême de Jésus.

En fait, Jésus lui-même pointe l’orientation de ce geste ou pointe le sens du geste qu’il accomplit. Il dit : "afin d’accomplir toute justice".

Ça veut dire quoi l’accomplissement de toute justice ? Bien, l’accomplissement de toute justice se fait par un phénomène extraordinaire qui est celui de la substitution. Il est nécessaire que Jésus accomplisse lui-même ce que les hommes doivent faire et qu’il l’accomplisse pleinement et correctement.

Tu vois ? Lorsque Jésus s’incarne, il s’incarne pour te représenter devant le Père et pour représenter tous les êtres humains devant le Père. Il est né d’Eve selon la promesse de Genèse 3. 15, lorsqu’il passe par les eaux du baptême, il représente donc tous les hommes et toutes les femmes qui ont besoin de sa justice. Jésus devient juif pour représenter son peuple, il est le Fils d’Abraham, n’est pas simplement le fils de Eve, il est le fils d’Abraham, fils de David, et quand il passe par ce baptême, il représente tous les juifs qui ont besoin de sa justice et qui, conformément à ce que Moïse disait, au besoin de circoncire leur coeur. Conformément à ce que Jérémie 31 disait au besoin de passer par la nouvelle alliance. Conformément à ce que Ézéchiel 36 disait, il faut qu’ils soient purifiés d’une eau pure. En quelque sorte, Jésus est notre sosie. C’est peut-être l’image un peu surprenante que je voudrais évoquer, il est notre sosie et à ce titre, il est notre représentant. Tu vois, moi je n’arrive pas à vivre la vie que je voudrais vivre, en pleine perfection, en pleine pureté, en pleine puissance, en pleine de tout ce que tu veux, Jésus lui l’a vécue pour moi. Et lorsqu’il passe par les eaux du baptême, il me représente, moi dans cette oeuvre-là, et je peux ainsi me faire baptiser aussi de tout coeur sachant que, quelque chose, enfin il a accompli toute justice, en cela, et je m’associe à sa propre justice. L’homme parfait tenté en toutes choses comme nous sans péchés a réalisé ce qui devait être fait pour accomplir toute justice. Et bien sûr, ça prend toute sa force, tout son élan lorsque, en tant que mon substitut, en tant que mon sosie, il porte ma peine, mon péché, ma honte, ma peur, ma souffrance à la croix. Lorsque Jésus meurt sur la croix, il porte l’ensemble de mes défaillances, et me représentant devant le Père, il reçoit à ma place le plein jugement que je méritais, mais qu’il reçoit par amour pour moi et par la volonté de me sauver. Et lorsqu’il ressuscite, il ressuscite pour moi à ma place ce qui me permet d’anticiper avec bonheur qu’un jour, je serai avec lui.

Et voilà ce qui se passe donc lorsqu’il se fait baptiser dans l’eau du Jourdain, il est là pour représenter toute la race humaine et faire ce qui est juste devant Dieu et offrir par cela-même en sa mort et en son sacrifice et sa résurrection le paiement des fautes de tous ceux qui un jour placeraient leur confiance en lui.

Alors, voilà ce que j’ai écrit comme en contribution au catéchisme rédigé, proposé par Keller et qui explique un peu ce qu’est la nature de cette substitution.

Je te le livre ici, tu peux le retrouver dans ce livre que je te recommande et qui sera source d’édification. "Cette transaction par laquelle Dieu punit son fils à notre place pour nous revêtir de la justice du fils, est un échange extraordinaire. Sa justice ne s’obtient donc pas par une compensation mais par une substitution. Jésus prend ma place, sa vie parfaite remplace la mienne, déficiente ; sa mort me délivre d’une mort éternelle, sa résurrection m’établit dans sa maison. Je lui confie mon mal, il me donne sa perfection. Dieu m’accorde cette justice gratuitement par pure grâce parce qu’il a payé le prix de mon injustice. Le pardon n’est pas gratuit dans l’absolu, mais son coût a été pleinement payé par le messie.

Véritablement, il a porté nos souffrances, il était transpercé à cause de nos crimes, écrasé à cause de nos fautes, le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui et c’est par ses meurtrissures que nous sommes guéris. Citation ici de Esaïe 53 4 à 5. Ce poème d’Esaïe rédigé huit siècle avant les faits, nous apprend que Dieu s’est plu à briser son fils par la souffrance. Parce que de toute éternité, un pacte était en place. Le fils s’incarnerait pour donner sa vie. Le père ferait une alliance éternelle et définitive de ce sang. Et l’esprit en conférerait la vitalité par une présence éternelle au sein du croyant." Fin de la citation de ce catéchisme et tu vois, voilà pourquoi Jésus se fait baptiser. Non pour se repentir, non pour être sauvé bien entendu, non pour être purifié, ni encore pour purifier l’eau, n’en déplaise aux pères de l’église. Il se fait baptiser pour une seule raison, pour te représenter comme l’homme parfait, comme l’homme de piété qui accomplit les exigences de toute la Bible. Ayant accompli ce geste symbolique, il accomplit son ministère avec puissance, et termine sur la croix pour porter ton péché. Ressuscité, il est maintenant à même de te donner une vie nouvelle, pour peu que tu places ta confiance en lui et que tu acceptes cette transaction. Tu places dans la repentance à Dieu le Père ton péché, avec foi, que Dieu a porté en Christ à la croix et il te libère et il te libère, pourquoi ? Parce que Jésus a vécu une vie parfaite, il a obéit pleinement à tout, y compris à ce geste magnifique du baptême que Jean Baptiste prêchait.

Florent Varak

Florent Varak est pasteur, auteur de nombreux livres dont le Manuel du prédicateur, L'Évangile et le citoyen et la ressource d'évangélisation produite en co-édition avec TPSG: La grande histoire de la Bible. Florent est aussi conférencier, et professeur d'homilétique à l'Institut biblique de Genève. Il est le directeur international du développement des Églises au sein de la mission Encompass liée aux églises Charis France. Il est marié avec Lori et ont trois enfants adultes et mariés ainsi que quatre petits-enfants.

Articles pouvant vous intéresser

>