Quelles qualités du corps ressuscité de Jésus? (Épisode 161)

Comment était le corps de Jésus après sa résurrection? Quels points communs et différences avec son corps avant sa mort? Textes bibliques à l'appui, Florent Varak répond à ces questions.

Un Pasteur vous répond existe aussi en vidéo :

Rendez-vous chaque semaine pour un nouvel épisode d’un Pasteur vous répond : le podcast où la Bible répond à vos questions.

Si vous aimez le podcast, nous serions très reconnaissant que vous preniez 15 secondes pour laisser une note sur iTunes (cf. ici pour voir comment). C’est le seul moyen de le faire remonter dans le classement des podcasts "Religions" (et donc attirer d’autres publics).

Retrouvez tous les épisodes d’Un Pasteur vous répond sur :

Comment s’abonner au podcast ?

Vous ne savez pas comment vous abonner au podcast sur votre téléphone ? On y a pensé ! Découvrez un mini tutoriel vidéo ici.

Vous voulez poser une question ?

Posez votre propre question pour un pasteur en cliquant ici.

Transcription :

"Cette transcription vous est proposée par les bénévoles de Toutpoursagloire.com. Nous cherchons à garder le style oral des épisodes pour ne pas déformer les propos des intervenants. De même, nous rappelons que ces transcriptions sont mises à disposition mais que les paroles de l’auteur (podcast et vidéo) restent la référence. N’hésitez cependant pas à nous signaler toutes erreurs ou incohérences dans cette transcription. Merci d’avance."

Transcription 1PVR n°161 : Quelles qualités du corps ressuscité de Jésus ?

La question est posée :

Bonjour ! Après sa résurrection, le corps de notre Seigneur Jésus est-il constitué, comme nous, de molécules, d’atomes, de chair et d’os ? Les disciples pouvaient-ils toucher Jésus, voir même le prendre dans leurs bras ? J’ai l’impression que beaucoup de confusion existe aujourd’hui dans le monde chrétien sur le corps de résurrection de notre Sauveur. On insiste très peu, à mon avis, sur les continuités entre son corps d’avant sa mort et celui d’après. Était-il semblable aux anges ou différent ? Les anges ont-ils un corps (il me semble que deux anges ont pu manger avec Abraham) semblable au corps glorieux de Jésus-Christ ? Il y a aussi un verset dans les évangiles où Jésus apparaît sous une autre forme aux disciples, Comment est-ce possible ?

Merci beaucoup pour votre ministère. Que le Seigneur vous bénisse abondamment.

Merci pour ta question ! Une partie de tes questions sont un brin spéculatives, et je crains que j’aurai à refaire ce podcast quand nous serons sur la nouvelle terre et que nous discuterons avec les anges !

En attendant, d’autres parties de la question trouvent des réponses assez évidentes. Je te propose, d’ailleurs, d’écouter le podcast précédent où nous avons parlé, où j’ai parlé, de la question de l’incarnation et des implications de l’incarnation sur la nature humaine de Christ, et notamment, sur son corps. Mais il faut bien réaliser que le sujet de l’incarnation est l’un des plus grands miracles qui est absolument bouleversant et que notre contemplation de cette réflexion est quand même un peu limitée. Bien sûr, on ne peut pas encore se représenter ce qu’est la gloire divine. On peut se l’imaginer, on la voit, en partie, manifestée dans les Ecritures, manifestée aussi dans la personne du Christ, mais c’est pas forcément notre expérience quotidienne que de le voir ainsi.

Grudem conclut d’ailleurs son parcours de l’incarnation avec ses propos, page 619 de sa théologie systématique :

"Le fait que le Fils de Dieu infini, omnipotent et éternel ait pu devenir homme et revêtir une nature humaine pour toujours, de sorte que le Dieu infini est devenu une seule personne avec l’homme fini, restera pour l’éternité le miracle le plus grand et le mystère le plus profond de tout l’univers."

C’est absolument merveilleux que Dieu soit devenu homme.

Le corps de notre Seigneur Jésus, tu poses comme question : "Est-il constitué comme de molécules, d’atomes, de chair et d’os ? Les disciples pouvaient-ils toucher Jésus voir même le prendre dans leurs bras ?"

La réponse à ta question est un oui emphatique ! Il n’y a rien de mal à cela, la création était bonne (Genèse 1. 31). Même si elle s’est dégradée par la rupture de l’intimité entre Dieu et l’humanité à cause du péché, à cause de la chute, cette création porte encore la signature de Dieu et elle est belle ! Et en quoi c’est lié à ta question ? Parce qu’une perspective, plutôt influencée par la philosophie grecque, qui envisage que le monde matériel serait inférieur au monde "spirituel", qui serait mauvais, intrinsèquement mauvais. Il n’en est rien ! Le monde matériel est un monde beau qui reflète la personne de Dieu. Donc l’incarnation ne peut pas être imaginée comme Dieu qui utiliserait un matériau différent parce que le matériau humain, le matériau terrestre serait souillé ou serait mauvais.

Regardons, un petit peu, ce que la Bible dit du corps de Jésus après sa résurrection, pour essayer maintenant d’extrapoler, un peu, sur ce qu’est la nature de son corps ressuscité.

En Matthieu 28. 9, "Jésus vint à leur rencontre et il dit : Je vous salue (les femmes qui étaient présentes) s’approchèrent pour saisir ses pieds et et elles l’adorèrent."

Donc ces femmes voient Jésus et elles saisirent ses pieds, elles le touchent.

Luc 24. 15 : Jésus fait route avec deux disciples. Leurs yeux sont empêchés de voir. Ce n’est pas qu’il avait une nature différente. C’est que leurs yeux sont empêchés de voir.

Nous lisons aux versets 28 à 31 :

"Lorsqu’ils furent près du village où ils allaient (ces disciples sur la route d’Emmaüs), il parut vouloir aller plus loin. Mais ils le pressèrent, en disant : Reste avec nous, car le soir approche, le jour est déjà sur son déclin. Il entra, pour rester avec eux. Pendant qu’il était à table avec eux, il prit le pain, dit la bénédiction ; puis il le rompit et le leur donna. Alors leurs yeux s’ouvrirent et ils le reconnurent ; mais il disparut de devant eux."

Certains imaginent qu’il disparaît spontanément, immédiatement, le texte ne n’implique pas forcément. Il peut tout à fait s’être simplement levé, et partit de la maison. Ce texte ne dit pas, formellement, que Jésus mangea avec eux, seulement qu’il dit la bénédiction, mais dans sa résurrection, il était capable, donc, de prendre du pain de ses mains. On n’est pas face à une hallucination ni à un fantôme.

Voilà ce que nous lisons également en Luc 24. 36 à 43 :

"Tandis qu’ils parlaient de la sorte, lui-même se présenta au milieu d’eux et leur dit : Que la paix soit avec vous. Saisis de frayeur et de crainte, ils pensaient voir un esprit. Mais il leur dit : Pourquoi êtes-vous troublés et pourquoi ces raisonnements s’élèvent-ils dans vos cœurs ? Voyez mes mains et mes pieds, c’est bien moi ; touchez-moi et voyez ; un esprit n’a ni chair ni os, comme vous voyez que j’en ai. Et en disant cela, il leur montra ses mains et ses pieds. Comme, dans leur joie, ils ne croyaient pas encore, et qu’ils étaient dans l’étonnement, il leur dit : Avez-vous ici quelque chose à manger ? Ils lui présentèrent un morceau de poisson grillé. Il le prit et le mangea devant eux."

Donc on peut toucher, il mange… il a donc un corps en pleine capacité d’interaction avec notre univers.

L’évangile de Jean complète encore ce tableau, lorsqu’il se présente à Thomas. Il lui dit : "Avance ici ton doigt, regarde mes mains, avance aussi ta main et mets-la dans mon côté ; et ne sois pas incrédule, mais crois !". Donc Jésus est palpable, on peut voir ses plaies, on peut le toucher.

Et puis Actes 10. 41, les apôtres soulignent : "… nous qui avons mangé et bu avec lui, après sa résurrection d’entre les morts". Donc ils sont absolument explicites que Jésus avait un corps, même dans sa résurrection, très similaire : il y a des continuités avec nous.

D’ailleurs il faut bien réaliser que la Bible dit que lorsque le fils de Dieu est devenu homme, il l’est devenu pour l’éternité ! Il est ressuscité et il n’a pas laissé son corps, un peu comme on laisserait un vêtement. Il a incarné un corps à son incarnation, pour demeurer à jamais le Dieu homme et l’homme Dieu (je te renvoie sur le podcasts précédent pour traiter de cette question).

Alors qu’en est-il de notre corps ressuscité par rapport à celui de Jésus ? Il y a forcément des éléments qui vont être un petit peu à contraster parce que le corps de Jésus glorifié, après son ascension, semble avoir des caractéristiques ou aura vraisemblablement des caractéristiques un petit peu différentes et uniques par rapport à nous. Mais 1 Corinthiens 15 évoque des contrastes qui déjà s’appliquent à Jésus et qui s’appliqueront à nous.

Par exemple, au verset 42 : "Ainsi en est-il de la résurrection des morts. Semé corruptible, on ressuscite incorruptible. Semé méprisable, on ressuscite glorieux. Semé plein de faiblesse, on ressuscite plein de force. Semé corps naturel, on ressuscite corps spirituel. S’il y a un corps naturel, il y a aussi un corps spirituel. […] Voici, je vous dis un mystère : nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés, en un instant, en un clin d’œil, à la dernière trompette. Car elle sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés. Il faut en effet que ce (corps) corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce (corps) mortel revête l’immortalité. Lorsque ce (corps) corruptible aura revêtu l’incorruptibilité, et que ce (corps) mortel aura revêtu l’immortalité, alors s’accomplira la parole qui est écrite : [… ]

Donc tu vois" incorruptible ", c’est-à-dire incapable de pourrir, inaltérable, immortel ;" changé ", c’est-à-dire modifié dans sa nature même.

Notre résurrection, qui est entraînée par la résurrection du Christ, nous emmènera dans un corps qui aura des continuités avec le nôtre, mais qui aura aussi des discontinuités, puisqu’il sera incapable de pourrir donc de vieillir, donc d’être malade… il sera immortel. Il y aura une transformation, un changement profond dans la nature de notre corps. Mais néanmoins, ce corps maintiendra un certain nombre d’aspects qui reflète le nôtre, comme il est, c’est le cas, de la personne du Christ.

Alors, avec ce mini parcours, quelle synthèse faire et revenir à tes questions. ? Les théologiens parlent parfois de deux états du Christ : l’état de l’humiliation (incarnation, souffrances, passion, mort, mise au tombeau), et l’état de l’exaltation (résurrection, ascension, siège à la droite du Père, retour en gloire, règne éternel). En cela, il y a des continuités et discontinuités.

Son corps, reconnaissable, est capable de manger, de boire et de toucher. Mais il y a aussi des vrais discontinuités : on le voit par exemple lorsqu’il monte au ciel, c’est difficile à faire ! Alors même si c’est par la puissance de l’Esprit, c’est un miracle que le Père accompli. Il n’a pas de problèmes d’oxygène et il transfert, en quelque sorte, de ce monde-ci, au monde du Père. Il a des capacités qui sont particulières, elles sont données dans sa glorification.

Et bien sûr, la gloire qu’il expérimente lorsqu’il revient auprès du Père, gloire qu’il retrouve puisqu’il a temporairement laissé de côté dans son incarnation, et si pesante que même l’apôtre Jean, un intime de Jésus, lorsqu’il est confronté à sa gloire, s’effondre, défait, de ce spectacle absolument bouleversant.

Tu ajoutes des éléments à ta question :

Un par rapport à Christ :" Il y a aussi un verset dans les évangiles où Jésus apparaît sous une autre forme aux disciples ". Je ne pense pas vraiment que ce soit le cas. Comme nous l’avons lu, Luc précise qu’ils étaient empêchés de le reconnaître. Pourquoi ? Je pense que Jésus voulait d’abord qu’il y ait un enseignement qui leur soit donné pour leur montrer combien Jésus est présent, en quelque sorte, dans l’ensemble de l’Ecriture. C’est lui le héros de toute l’Ecriture, et c’était important qu’ils puissent être conscients de cela avant de voir Jésus, parce que s’ils avaient reconnu Jésus, ça aurait changer le sujet de la conversation, ils n’auraient pas pu poser ce fondement. A moins que tu ne parles de la transfiguration – c’est un événement surnaturel par lequel Jésus dévoile partiellement sa gloire à sa garde intime. Mais c’est un moment ponctuel où il dévoile sa gloire, celle qu’il avait (enfin une partie, j’imagine) de celle qu’il avait avant son incarnation. Mais c’est un moment miraculeux, temporaire et qui permet aussi d’attester la nature de sa personne à ceux qui, ensuite, aurons à parler de lui (les apôtres) tout au long de leur périple terrestre.

Alors une autre remarque par rapport aux anges. Puisque tu te demandes quelle est la nature du corps des anges, et je dois dire, je n’ai aucune idée. Effectivement, tu as raison de souligner qu’il y a deux anges qui mangent avec Abraham, lorsqu’ils se présentent à lui. Le troisième, c’est le fils de Dieu préincarné, c’est Yahweh lui-même, puisque lui-même va faire venir du feu. Il y a une expression dans le texte :" Yahweh fit venir du feu de Yahweh ". C’est assez impressionnan, parce que l’on a vraiment une vision d’un aspect de la trinité, avant que ce soit plus clairement défini par l’Écriture.

Je sais absolument pas comment expliquer la nature physique, matérielle des anges. Apparemment ils nous entourent sans qu’on puisse les voir, puisque on voit qu ‘Élisée a conscience de leur présence, et qu’eux-mêmes ils prient pour que son aide de camp puissent voir et les voir. Et là, soudainement, le ciel s’ouvre et il voit les anges. Donc manifestement, ils sont visibles dans certaines circonstances et ils sont voilés à notre conscience aujourd’hui. Qu’est-ce que l’on verrait si Dieu enlevait le voile, est-ce qu’on verrait des corps ? En tout cas, on les voit identifiés, on les voit présents à un endroit avec une enveloppe. Donc c’est forcément une notion qui rapproche du corps. Maintenant, tout ce qui peut être de leur nature, ça c’est une autre question pour un autre podcast. Tout ce qui est de la précision sur leur corps et les qualités de leur corps, c’est absolument spéculatif et on le sait pas.

Qu’est-ce qu’il faut voir maintenant par rapport à la résurrection du Christ et la nôtre ?

La résurrection de Jésus est pour nous vitale. Pourquoi ?

Premièrement, elle exprime que le sacrifice de Jésus n’a pas été vain. Dieu, le Père, l’a accepté, et il a ramené à la vie le juste. Romains 4. 25 nous montre un lien entre le sacrifice et la résurrection. Ce lien est notre justification. Pourquoi est-ce que nous pouvons être assurés d’être pardonnés ? Parce que Jésus est mort et ressuscité, son sacrifice a été accepté. Éphésiens 2. 5-6 nous dit même que nous sommes déjà ressuscités ensemble avec le Christ. Cette résurrection spirituelle nous place dans une union à Christ qui est extraordinaire et qui donne une vie nouvelle. Sa résurrection est donc vitale pour nous.

Deuxièmement, elle exprime un principe de victoire pour nous qui sommes habités du même Esprit qui a ressuscité Christ d’entre les morts. Philippiens 3. 10 parle de la puissance de sa résurrection en nous. On a besoin de cette puissance pour vivre la vie chrétienne, n’est-ce pas ? Romains 6 développe cette idée que nous sommes crucifiés avec Christ et ressuscités avec lui. Nous devons le croire : il y a une démarche de foi, une démarche de compréhension et de foi qui est sanctifiante. C’est un principe de victoire.

Troisièmement, elle exprime que notre résurrection est aussi garantie. 2 Corinthiens 4. 14 nous dit :" sachant que celui qui a ressuscité le Seigneur Jésus nous ressuscitera aussi avec Jésus et nous fera paraître avec vous en sa présence. ". Donc il y a un lien, un lien bouleversant, fortifiant.

Et quatrièmement, elle exprime qu’un monde futur, parfait, un monde ressuscité arrive. De par les tremblements de terre qui ont accompagné sa résurrection, et la manière dont Apocalypse 21 et 22 nous décrit ce monde ressuscité, glorifié, nous pouvons être sûrs que ça aura lieu, parce que la résurrection du Christ est prémice de toutes les autres résurrections. C’est le premier furie, c’est l’apéro du renouvellement de l’ensemble de l’humanité.

Je termine, c’est juste une belle exhortation, avec cette exhortation que l’on trouve en 1 Corinthiens 15. 58. C’est tout un chapitre qui est consacré à la résurrection. Tu pourras d’ailleurs le lire pour avoir davantage d’informations, et il en tire une conclusion qui sied (?) à tout chrétien qui se respecte :" Ainsi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, inébranlables, progressez toujours dans l’œuvre du Seigneur, sachant que votre travail n’est pas vain dans le Seigneur.

J’espère donc avoir répondu, en partie, à ta question, et que cela t’exhorte à progresser toujours dans l’oeuvre du Seigneur, sachant que notre travail n’est pas vain dans le Seigneur.

Florent Varak

Florent Varak est pasteur, auteur de nombreux livres dont le Manuel du prédicateur, L'Évangile et le citoyen et la ressource d'évangélisation produite en co-édition avec TPSG: La grande histoire de la Bible. Florent est aussi conférencier, et professeur d'homilétique à l'Institut biblique de Genève. Il est le directeur international du développement des Églises au sein de la mission Encompass liée aux églises Charis France. Il est marié avec Lori et ont trois enfants adultes et mariés ainsi que quatre petits-enfants.

Articles pouvant vous intéresser

>