Les révélations données lors de soirées de guérisons sont-elles une pratique biblique? (Épisode 50)

L’épisode 50 traite de la question des révélations souvent également appelées paroles de connaissance. Le pasteur Florent Varak nous donne son point de vue ainsi que 4 pistes pour éprouver ce type de pratique. Il termine en expliquant les termes paroles de sagesse et paroles de connaissance présents dans 1 Corinthiens 14.

Rendez-vous chaque semaine pour un nouvel épisode d’Un Pasteur vous répond: le podcast où la Bible répond à vos questions. Si vous aimez le podcast, on serait très reconnaissant que vous preniez 15 secondes pour laisser une note sur iTunes (cf. ici pour voir comment). C’est le seul moyen de le faire remonter dans le classement des podcasts « Religions » (et donc attirer d’autres publics).

Retrouvez tous les épisodes d’Un pasteur vous répond sur:

Comment s’abonner au podcast?

Vous ne savez pas comment vous abonner au podcast sur votre téléphone? On y a pensé! Découvrez un mini tutoriel vidéo ici.

Vous voulez poser une question?

Posez votre propre question pour un pasteur en cliquant ici.

Transcription :

« Cette transcription vous est proposée par les bénévoles de Toutpoursagloire.com. Nous cherchons à garder le style oral des épisodes pour ne pas déformer les propos des intervenants. De même, nous rappelons que ces transcriptions sont une aide mais que les paroles de l’auteur (podcast et vidéo) restent la référence. Cependant, n’hésitez pas à nous signaler toutes erreurs ou incohérences dans cette transcription. Vous pouvez aussi en savoir plus ici pour rejoindre notre équipe de transcripteurs. Merci d’avance. »

Question : dans mon église, il y a des soirées de guérison ou autres où une ou plusieurs personnes responsables reçoivent du Saint-Esprit, pendant les louanges, des paroles concernant des problèmes ou maladies qu’auraient certaines personnes présentes et les conseils pour essayer de les régler. Ces révélations sont-elles bibliques ou non ? Il y a des avis assez différents sur cette question et je suis conscient que j’apporte ici une réponse non charismatique à cette question.

Je voudrais vraiment t’encourager à rester confiant de tes anciens, et à pouvoir discuter avec eux si tu as des craintes suite à ce podcast. La Bible nous encourage à vraiment faire confiance et à respecter nos responsables et nos anciens, sauf si bien sûr, à un moment donné, on devient vraiment convaincu qu’il y a un souci, mais de rester vraiment principalement dans un esprit de paix, un esprit constructif.

On peut ne pas nécessairement être d’accord avec tout, tout en aimant les frères, et recevoir les bénédictions que peuvent nous apporter par ailleurs des frères qui, peut-être parfois, ne voient pas les choses de la même manière que nous. L’unité de l’Eglise est vraiment importante et je veux que tu gardes ça en tête, alors que je réponds à ma manière et de ma perspective, de ma compréhension de l’Ecriture, sur cette question.

Est-ce que Dieu peut révéler une maladie ou un problème ? Oui, Dieu fait ce qu’Il veut et loin de moi l’idée qu’on puisse empêcher Dieu de faire quoi que ce soit. Est-ce que Dieu veut le faire ?

Ça c’est une autre question. Moi je remarque que, dans le livre des Actes, on a des paroles prophétiques et notamment on en a 2 : l’une sur la venue d’une famine en Actes 11.28, et l’autre sur l’arrestation de Paul. C’est quand même sur plus de 40 ans d’histoire, 2 prophéties qui sont assez conséquentes d’ampleur.

Et est-ce que c’est l’intention de Dieu qu’à chaque culte ou à chaque soirée de prières ou de louanges, Dieu communique sur telle ou telle maladie ou tel ou tel problème qui se trouve dans l’Eglise ?

A titre personnel, je suis assez frileux de ce genre de manifestation pour plusieurs raisons : d’abord parce que je ne vois pas le don de guérison s’exprimer ainsi dans le nouveau testament. On ne voit pas de méthodologie ni annoncée, ni enseignée, ni vécue ainsi, ni dans le livre des Actes ni dans les épîtres et encore moins dans le texte de 1 Corinthiens. Et c’est d’autant plus gênant pour moi à cause de mon arrière-plan, parce que je viens d’un milieu du New-Age, et il y avait lors de soirées de guérison, un peu cette même perspective, « il y a telle personne qui a telle maladie » et donc cette forme de révélation un peu mystique. Ça me surprend qu’on standardise le fonctionnement de Dieu de cette manière.

Ma réponse est la suivante (elle n’engage que moi encore une fois, c’est à chacun de chercher dans les Ecritures si ce que je dis est fondé ou pas) :

Premièrement, si les paroles rapportées sont 100% vraies, ça c’est formidable.

Deuxièmement, s’il n’y a pas de trucs en amont, genre le pasteur ou les gars qui rassemblent des informations en discutant avant la réunion, et qui ensuite les utilisent dans une prière « Dieu m’a dit que… » alors qu’en fait, il vient d’en discuter.

Troisièmement, si ça rend amoureux les gens de Jésus et de Sa Parole.

Et quatrièmement, si le Seigneur se plaît à guérir objectivement et réellement (comme j’en ai parlé dans un podcast précédent; les guérisons de la Bible sont réelles, elles sont objectives, ce n’est pas des améliorations plus ou moins psychologiques de problèmes, c’est vraiment une guérison) alors moi ma réponse c’est : gloire à Dieu, franchement gloire à Dieu !, si Dieu se manifeste ainsi dans une église, je me réjouis ! Si les paroles sont vraies, s’il n’y a pas de trucs en amont, si ça rend amoureux de Jésus et de sa Parole et de l’Evangile bien sûr, tout ce qui est lié à sa Parole, et si le Seigneur se plaît à guérir objectivement, franchement alléluia !

Ceci dit attention : il y a dans les années 80 un gars qui s’appelait Peter Popoff, un télévangéliste américain qui était très très connu pour ses paroles de guérison de ce genre. Quand il opérait au travers de grands rassemblements dans des grandes villes, devant des milliers de gens, il avait des paroles de connaissance, c’est comme ça que c’est décrit, toutes les trois secondes. C’était impressionnant et les gens disaient « c’est vrai ! », ils étaient réellement décrits correctement et avec précision. En sorte qu’il a vite développé une réputation d’être un homme à qui Dieu révèle des choses profondes et vraies.

Malheureusement il y a un prestidigitateur séculier athée qui se disait « il y a un truc, ce n’est pas possible que quelqu’un ait des révélations aussi rapides », bien sûr il ne le croyait pas, mais il fallait le démontrer, et ce qu’il a fait, c’est qu’il est venu avec un scanner de fréquences à la réunion, il a identifié une fréquence : en fait, sa femme accueillait les gens et les malades puisqu’il avait une réputation d’être un guérisseur, elle prenait note des situations très précisément, et regardait où les gens s’asseyaient, et ensuite elle allait dans une caravane qui était derrière la scène, l’estrade, et puis elle avait un micro et lui il avait un récepteur dans l’oreille.

Et c’était terrible, parce que les propos étaient vraiment méprisants : « il y a une grosse à gauche habillée en vert, elle a tel cancer… ». Le journaliste a enregistré la fréquence de cette personne qui disait les maladies et ce que disait ensuite en live Popoff « Dieu me dit qu’une femme en vert… » et il est allé tout de suite à la presse, et la presse bien sûr, s’est beaucoup moquée des évangéliques à cause de ça.

Evidemment quand je cite cet exemple, je n’imagine pas un instant que ce soit le cas dans ton église, ce n’est pas mon propos, c’est juste pour dire que tout ce qui brille n’est pas de l’or, il faut vraiment chercher la face du Seigneur et aussi être assez sérieux sur ce qui se passe.

Souvent la terminologie utilisée relève de paroles de sagesse et de paroles de connaissance. C’est une expression que l’on retrouve dans la Bible en 1 Corinthiens 14. Une parole de sagesse est une parole sage et on a besoin de sagesse souvent pour faire face à des situations difficiles. La sagesse dans la Bible, ce n’est pas une sagesse révélée comme ça spontanément : c’est la sagesse de mettre en marche une vie qui reflète l’intention de Dieu ; c’est un trésor qui est supérieur aux richesses de ce monde (Proverbes 3) ; Dieu nous invite à la demander avec foi (Jacques 1) et notamment dans l’épreuve. Le mot hébreu qui n’est pas dans 1 Corinthiens 14 bien sûr, évoque une aptitude concrète, une habilité, une compétence. L’homme sage se projette dans une manière de vivre qui soit conforme à la pensée de Dieu.

Moi, je ne vois pas dans une parole de sagesse un propos révélé, mais une parole qui montre comment appliquer les principes de l’Ecriture dans la vie ; c’est une parole qui est vraiment nécessaire à ceux qui font de la relation d’aide. La parole de connaissance ce n’est pas non plus, me semble-t-il, une connaissance extra sensorielle.

J’ai lu pas mal de livres de mes frères et amis, certains charismatiques, qui ont décrit les paroles de connaissance comme étant une révélation surnaturelle de l’existence, ou de la nature d’une personne ou d’une chose ; c’est quand Dieu révèle ou parle à votre esprit en vous révélant ces choses et des faits précis sans le secours de votre intellect. Donc je pense que c’est comme ça que c’est vécu dans cette église. Mais Donald Guy qui est un théologien pentecôtiste parle plutôt, et je crois qu’il a raison, d’un don d’enseignement.

Parole de connaissance, c’est la capacité de porter, de poser un enseignement solide sur une thématique ou un problème ou sur une situation dont on a besoin dans une église. Frédéric Godet explique la différence entre le don d’enseignement et le don de connaissance : « Il faut remarquer que l’apôtre ne parle ni de la sagesse, ni de la connaissance en elles-mêmes, mais d’un discours de sagesse ou de connaissance ; car il saisit le don en acte au moment où il doit servir à l’édification de l’Eglise. L’emploi des deux prépositions différentes dia, par le moyen de, et kata, selon la norme de, appliquées, la première à la sagesse, la seconde à la connaissance, n’est point arbitraire. La connaissance progresse au moyen d’un travail subjectif et réfléchi qui, pour ne pas dévier de la droite ligne de la vérité divine, doit s’opérer selon la lumière de l’Esprit ; tandis que les discours édifiants de la sagesse sont produits dans le cœur par l’Esprit, conformément aux besoins de chaque situation donnée. » Frédéric Godet écrit alors que l’on est antérieur à la naissance du mouvement charismatique, mais il a vraiment je trouve une observation très juste sur ce que peuvent être ces 2 dons.

Pour revenir à la question de départ, est-ce que Dieu peut révéler comme ça les maladies et les situations ? Oui, Il le peut ! Attention toutefois de ne pas fonder une marche chrétienne sur les révélations fraîches que l’on attendrait de quelqu’un qui parle de nos vies.

On a besoin de fonder notre vie sur la révélation solide de l’Ecriture et croître en connaissance de Dieu selon l’Ecriture en étant sensibles aux intuitions que Dieu peut nous laisser au sujet de telle ou telle situation, mais attention à ne pas être mené par la pensée des hommes.

Si tu relis Jérémie et Ezéchiel, je suis frappé que ces pauvres frères qui étaient les vrais prophètes de Dieu soient entourés de gens qui n’arrêtaient pas de dire « Ainsi parle l’Eternel, ainsi parle l’Eternel » mais qui conduisaient en dehors de la pensée de Dieu. Je ne dis pas que c’est ce qui se produit dans cette église, en aucun cas, mais je dis, par contre, que nous devons fonder une vie sur la pensée révélée de Dieu en Jésus-Christ dans la Parole, principalement. C’est de là que vient notre connaissance et notre sagesse pour cheminer davantage dans la pensée de Dieu jusqu’au jour où nous serons éclairés pleinement à la résurrection.

En attendant, est-ce que Dieu peut révéler des choses ? Oui Il le peut. Est-ce que c’est la norme ? Je serais plus prudent pour dire que c’est la norme, et je serais très très très exigeant sur la qualité de ce qui est révélé et sur le fruit que cela laisse dans une vie. J’espère avoir répondu à ta question, je suis conscient que d’autres auront d’autres réponses.

Florent Varak

Florent Varak est pasteur, auteur de nombreux livres dont le Manuel du prédicateur, L'Évangile et le citoyen et la ressource d'évangélisation produite en co-édition avec TPSG: La grande histoire. Florent est aussi conférencier, professeur d'homilétique à l'Institut biblique de Genève, enseignant à l'Ecole biblique de Lyon et directeur international du développement des églises évangéliques des Frères (Encompass).

Articles pouvant vous intéresser

4 thoughts on “Les révélations données lors de soirées de guérisons sont-elles une pratique biblique? (Épisode 50)

  1. Frederic Coppin dit :

    Merci Florent pour l’éclairage que tu donnes, et la manière humble avec laquelle tu le partages. Bien que venu à Christ dans la mouvance « charismatique » il y a plus de 20 ans, j’ai une certaine retenue à l’égard de la pratique des dons de révélation. Je suis moi aussi sorti du nouvel âge et de l’occultisme, et certaines pratiques me laissent pour le moins interrogatif. J’ai vu des pseudo-révélations qui n’étaient que manipulations et ressenti tout humain, parfois en conséquence d’un passé, pas tout à fait réglé, chez celui qui parle, et que je n’hésite pas à dénoncer comme « occultisme christianisé ». Je dois confesser que j’ai moi-même occasionnellement péché de cette manière. Aussi, sans pour autant être passé du coté des « cessassionistes », j’avance avec une grande prudence et m’efforce de vivre toutes choses avec la « crainte de Dieu », dans le respect et en conformité avec Sa Parole. Il y a un vrai avertissement que même les élus risquent d’être séduits et s’égarer, si Jésus ne décidait pas d’y mettre un terme (Matt 24:22 à 25). Je comprend cette parole de cette manière. Elle concerne les temps de la fin, et beaucoup disent que nous y sommes entrés, même si personne ne peut dire combien ça durera. Je vois certaines choses se produire dans des églises que j’ai vu dans le chaneling (pratique New âge proche du spiritisme), la PNL, l’hypnose…sans compter les pseudo-enseignements bibliques qui ne sont que la pensée d’un prédicateur qui utilise la bible pour appuyer son message. Je l’ai vu chez des charismatiques et chez des non-charismatiques. C’est une tendance humaine sur laquelle il nous faut veiller (chez soi et chez les autres) et que nous avons tous à combattre.

    1. Florent Varak dit :

      Bonjour Frédéric, et merci pour ta contribution. En fait, je suis cessationiste de conviction. C’est souvent une position mal comprise. Cette position ne dit pas que Dieu ne fait plus de miracles (il en fait, notamment en réponse à la prière, 1 Jn 5.16 ou à l’onction d’huile, Jc 5), mais que le mandat d’accomplir des miracles directement était une autorité particulière réservée aux apôtres (cf. les podcasts qui en parlent). En cela je suis aussi plus que prudent et en lisant ton commentaire je me suis dit que je devais réécouter ce podcast – ai-je été trop ouvert? Il me semblait en tout cas mettre l’accent sur la conformité à la réalité et à la Parole, notamment quand les gens affirment recevoir des paroles de sagesse, etc. En tout cas merci pour ton attention à ce sujet. Fraternellement,

      1. Frederic Coppin dit :

        Bonsoir Florent et merci d’avoir pris le temps de répondre. Je crois avoir bien compris ta position;Merci d’avoir précisé ce que veut dire « cessationiste », j’avais besoin de cet éclaircissement. J’aurai bien tendance à l’être de plus en plus dans ce sens là. J’ai beaucoup plus vécu de « choses » fortes avec notre Bien aimé en direct que par l’intermédiaire de quelqu’un. Je ne peux toutefois pas dire que je n’ai reçu aucune grâce par l’imposition des mains. Ni que je n’aurai pas reçu cette même grâce, sans imposition des mains. Aussi je continue d’être attentif et à peser toute chose pour trouver une cohérence avec la Parole. Je suis en train de lire avec beaucoup d’intérêt un ouvrage que tu connais bien sur l’évaluation doctrinale de la foi charismatique. Et j’y trouve une mise en lumière certaine de nombreux points, même si par moment je trouve que l’auteur « force un peu » pour affirmer son propos. Ce qui n’enlève rien au fond.
        J’espère un jour trouver une réponse à mon questionnement sur le cas d’Ananias, celui qui impose les mains à Saul pour qu’il retrouve la vue et qu’il soit rempli du St Esprit. Rien ne mentionne qu’il soit ou ait été en relation avec un apôtre pour recevoir mandat autrement que par Jésus en direct…As tu une regard particulier sur cet évènement? Fraternellement

        1. Florent Varak dit :

          Bonjour Frédéric. je réponds brièvement:

          Quelques remarques sur Ananias:
          – Je ne pense pas que les apôtres aient le mandat ou le pouvoir de « transmettre » le Saint Esprit par l’imposition des mains. Le St Esprit vient sur toute personne qui croit et qui rejoint par là le corps du Christ (1 Co 12.13).
          – Bien sûr qu’il a un mandat ! Cf. Ac 9.10s. Dieu l’envoie directement accomplir une tâche précise. En ce sens, notre Dieu souverain gère comme il l’entend l’orientation de son peuple.
          – L’imposition des mains est toujours symbolique, jamais « effective ». S’il impose les mains c’est qu’il a conscience qu’il est devant un frère que Dieu a touché. Elle est ici symbole d’association.
          – Dans un livre historique (Actes par exemple) ce que les hommes ont fait est à comprendre avec discernement et intelligence, et il faut notamment remarquer ce qu’il en est d’un événement ponctuel, décrit, d’une prescription qu’il faudrait observer. Dans le cas présent, le Saint Esprit ne descend pas, selon les épîtres, par imposition des mains. Selon 1 Tm 5.22, l’imposition des mains est surtout dans un contexte de reconnaissance au leadership.

          Pour la question « cessationiste », cf. les deux podcasts :

          http://toutpoursagloire.com/marc-16-ne-dit-ferons-miracles/
          http://toutpoursagloire.com/quest-don-langues/

          Bonne suite !

Comments are closed.