Si Dieu existe, pourquoi le Dieu de la Bible? (Épisode 74)

Dans l'épisode 74, Florent Varak explique pourquoi il pense que le Dieu de la Bible (Ancien et Nouveau Testament) est celui qui est vrai. Il détaille notamment la fiabilité de la Bible, et les raisons de croire en cette fiabilité. Il parle aussi de la beauté de la Bible, et comment c'est un témoignage en faveur de Jésus. Enfin, il parle de la Trinité, d'à quel point elle correspond à notre expérience.

Un Pasteur vous répond existe aussi en vidéo:

Rendez-vous chaque semaine pour un nouvel épisode d’un Pasteur vous répond : le podcast où la Bible répond à vos questions.

Si vous aimez le podcast, on serait très reconnaissant que vous preniez 15 secondes pour laisser une note sur iTunes (cf. ici pour voir comment). C’est le seul moyen de le faire remonter dans le classement des podcasts « Religions » (et donc attirer d’autres publics).

Retrouvez tous les épisodes d’Un Pasteur vous répond sur :

Comment s’abonner au podcast ?

Vous ne savez pas comment vous abonner au podcast sur votre téléphone? On y a pensé ! Découvrez un mini tutoriel vidéo ici.

Vous voulez poser une question ?

Posez votre propre question pour un pasteur en cliquant ici.

Transcription :

« Cette transcription vous est proposée par les bénévoles de Toutpoursagloire.com. Nous cherchons à garder le style oral des épisodes pour ne pas déformer les propos des intervenants. De même, nous rappelons que ces transcriptions sont une aide mais que les paroles de l’auteur (podcast et vidéo) restent la référence. Cependant, n’hésitez pas à nous signaler toutes erreurs ou incohérences dans cette transcription. Vous pouvez aussi en savoir plus ici pour rejoindre notre équipe de transcripteurs. Merci d’avance. »

La question est posée : « si Dieu existe, pourquoi est-ce le Dieu de la Bible ? ». Comme beaucoup de questions que nous recevons, c’est une excellente question. Pourquoi pas effectivement, le Dieu du coran, ou pourquoi pas les divinités des textes hindous, pourquoi pas le Dieu du judaïsme sans l’addition du nouveau testament ?

Je vais te livrer un certain nombre de raisons qui me font croire que le Dieu de la Bible est le bon, en quelque sorte. Alors je sais que dans une ère pluraliste, cette affirmation est toujours très difficile à accepter, mais je crois qu’il existe un Dieu qui s’est révélé, et ce Dieu  nous a donné les marques de ce qu’Il est, et effectivement en tant que croyant, croyant chrétien, ma perspective est associée à la perspective de la Bible. Je vais te donner les raisons qui me font croire que c’est bien le Dieu de la Bible qui est Dieu.

La première de ces raisons est liée à la Bible elle-même. La Bible est fiable. C’est un ouvrage assez unique dans le sens où c’est un livre qui rassemble 66 livres qui a été écrit par une quarantaine d’auteurs sur à peu près 16 siècles de rédaction. 16 siècles, ça dépend de la date du premier livre; vraisemblablement c’est Moïse qui a écrit au 15ème siècle le premier des livres de la Bible; certains pensent que c’est Job qui a écrit le premier livre et ça nous placerait à 20 siècle avant Jésus Christ. Le dernier livre, c’est celui de l’apocalypse rédigé par l’apôtre Jean au premier siècle de notre ère. Et donc on a une collection d’ouvrages qui couvre de nombreux siècles, et là c’est vraiment unique, à ma connaissance en tout cas des livres religieux, c’est qu’il y a une cohérence extraordinaire au sein de ce livre. Et ça c’est une signature divine. Quand on voit la peine avec laquelle on essaie d’écrire des choses cohérentes, des romanciers par exemple, veulent écrire simplement 3 volumes, il y a pas mal de difficultés à rendre cohérents ces 3 volumes. Là on parle d’auteurs différents, de périodes différentes, de situations socioprofessionnelles différentes et il y a une cohérence interne, il y a un récit, un fil rouge, un fil conducteur de l’ensemble.

Deuxièmement, pourquoi la Bible est-elle fiable, parce que les histoires sont vérifiables. Vois-tu, si la Bible ne parlait que de la vie au ciel, ben ça serait intéressant, mais ça ne nous donnerait pas grand-chose de vérifiable. Or, la Bible parle d’histoires et donc elle est assujettie à l’examen de l’histoire, à l’examen archéologique et on a retrouvé à pleins d’occasions, traces de la fiabilité des évènements qui étaient annoncés.

Troisième raison qui me fait croire que la Bible est fiable, c’est la faute des héros. Ca c’est quelque chose qui est frappant, parce que personne n’aime être exposé dans ce qu’il est, dans ses faiblesses, dans ses fautes, dans ses péchés, et certainement si la Bible voulait présenter une vision un petit peu plus, disons, positive des auteurs, des auteurs ou des héros qu’elle contient, elle gommerait un certain nombre d’aspérités ou de difficultés que ces hommes et ces femmes ont rencontrés. Or il n’en est rien. La Bible présente parfois des fautes graves, parfois de fautes moins graves, mais en tout cas elle nous présente des êtres humains en chair et en os qui nous ressemblent trop, hélas, mais en tout cas c’est comme ça, et la faute des héros me semble être une signature d’authenticité et  c’est une qualité de fiabilité.

Par ailleurs, une autre raison qui me fait croire que la Bible est fiable, c’est le phénomène de la prophétie. Blaise Pascal, qui n’est probablement pas le plus idiot des auteurs français a écrit, « la plus grande des preuves de Jésus-Christ sont les prophéties. Aussi Dieu a suscité des prophètes pendant 1600 ans. Voilà quelle a été la préparation à la naissance de Jésus Christ ». C’est sa pensée 706. Et il ajoute dans la pensée 710, « Quand un seul homme aurait fait un livre des prédictions de Jésus-Christ, pour le temps et pour la manière, et que Jésus Christ serait venu conformément à ses prophéties, ce serait une force infinie, mais il y a bien plus ici. C’est une suite d’hommes durant 4000 ans qui constamment, sans variations, viennent l’un ensuite de l’autre prédire ce même évènement. C’est un peuple tout entier qui l’annonce et qui subsiste depuis 4000 ans pour rendre témoignage des assurances qu’ils en ont, et dont ils ne peuvent être divertis par quelques menaces et persécutions qu’on leur fassent. Ceci est autrement considérable ». Fin de citation.

Et il existe plus de 300 prophéties qui annoncent Jésus Christ, certaines sont assez légères et plus difficiles à comprendre en tout cas ce sont plus des métaphores de ce que Jésus ferait, mais une soixantaine de ces prophéties sont d’une précision redoutable, et on ne sait pas l’exprimer, les expliquer en dehors de l’intervention d’un Dieu qui a conduit la rédaction de cet ouvrage. Donc la Bible est fiable et le Dieu de la Bible est fiable.

Autre raison de sa fiabilité, les Evangiles ont été rédigés par des témoins oculaires de ces évènements. Si tu peux écouter l’anglais, je te conseille un article qui a été publié sur ”toutpoursagloire”, un article de Peter Williams qui démontre avec beaucoup de finesses et de qualités d’analyses et d’investigations, que les évangiles ont été rédigé par des témoins directs. Il s’appuie notamment sur une analyse statistique, des prénoms utilisés, des villes qui sont mentionnées, en contraste avec les autres écrits qui parlant de Jésus dans une période postérieure, mais qui ne sont pas rédigés par des témoins oculaires. Et cette fiabilité des évangiles attestent de la force de ce que les écritures enseignent.

Et puis la force de cette Bible, se mesure aussi à la transformation psychologique qu’ont expérimentés les apôtres lorsqu’ils ont été témoins de la résurrection de Christ. C’est difficile à croire, une résurrection. Quand quelqu’un est mort, c’est vraiment son dernier voyage, et il y a rien qu’on puisse faire, notamment lorsque la personne est décédée après plus de 3 jours. Or, au moment de la mort de Jésus, les apôtres étaient perdus, ils étaient un peu dépités, ils ne savaient pas quoi faire, leur grand héros qui avait suscité l’admiration des foules avait été crucifié, et s’il y a une chose qu’ils n’imaginaient pas, même si Jésus leur avait annoncé, c’était une résurrection. Peut-être, imaginaient-ils une résurrection spirituelle, ou peut-être une manière de parler, une métaphore, une parabole, mais ils ne s’imaginaient pas avoir Christ, leur Jésus, leur ami ressuscité. Or, lorsque Jésus est ressuscité, ils passent de ces gens repliés sur eux-mêmes, apeurés, en des hommes que nulle persécution ne saura faire taire. Ils vont renverser le monde romain par la proclamation de l’évangile, et ils vont attester de la réalité de la résurrection de Jésus Christ, même si ca été au prix de leur vie pour certains d’entre eux. Et ils ont parler du Christianisme, le Christianisme s’est répandu sans aucune utilisation de moyens violents ou quoique ce soit.

Hélas, le Christianisme s’est entaché de violences des siècles après, lorsqu’il s’est lié au pouvoir de l’état, mais il n’en était rien dans cette période. Et de voir comment ces gens qui étaient des poltrons, mais je les rejoins, j’aurais été exactement comme eux, ont été transformés en des témoins de Jésus Christ qui n’avaient aucune peur, aucune crainte, cela atteste de la fiabilité de ce que la Bible dit, parce que ça les a réellement transformés à l’intérieur.

Deuxième grande catégorie, je t’ai dis que je crois au Dieu de la Bible, parce que la Bible est fiable,  deuxième grande catégorie c’est parce que la Bible est belle. Je suis conscient, c’est très subjectif comme argument. Mais la beauté fait partie de ces éléments qui nous permettent de nous rendre compte de la réalité des choses.

Je suppose que tu as pensé à Dieu quand tu as vu la beauté d’un soleil qui se levait ou d’un coucher de soleil, tu as été saisi de transcendance en voyant peut être, si tu es scientifique, la manière dont la nature communique entre elle et se coordonne pour créer cette vie, cette abondance, voir la complexité de l’information que contient l’ADN ou la génétique; peut-être qu’il y a des éléments qui te pointe vers une transcendance, et je crois que la Bible elle est belle.

Quand on demande à nos amis d’autres religions plusieurs de leurs plus beaux textes, ce qui m’impressionnes, c’est qu’ils sortent une ou deux maximes, parfois une histoire, mais la Bible recèle de textes bouleversants. Que vous preniez Genèse chapitre 1 à 3, que vous preniez le psaume 1, le psaume 22, le psaume 23, que vous preniez les textes comme Esaïe 11, Esaïe 53 ou bien Matthieu 5 et les béatitudes ou même l’ensemble du sermon sur la montagne, il y a des textes d’une profondeur, d’une puissance qui touchent notre âme et qui font écho à une réalité plus grandiose.

Lorsque je vois la manière dont Jésus parle avec Nicodème, un homme religieux en Jean chapitre 3, ou dans la manière dont il parle avec une femme qui avait raté sa vie conjugale, la femme samaritaine en Jean chapitre 4… Il y a quelque chose qui est de l’ordre de la beauté humaine, de la beauté spirituelle, et ça bien sûr c’est très subjectif, et ça n’est pas une preuve absolue, et certains contesteront la nature de ce que j’avance ici, mais c’est juste un élément qui me fait comprendre la beauté et la force du Dieu de la Bible.

Et enfin, troisième, non, il y en aura d’autres, mais parce que Dieu est trinitaire, c’est la troisième grande raison qui me fait croire en la fiabilité du Dieu de la Bible, c’est que Dieu est trinitaire. Réfléchis à ça : dans un monothéisme strict, que ce soit dans le judaïsme ou l’islam, Dieu existe de toute éternité effectivement, en cela c’est comme la Bible dit, mais il existe seul. Cette solitude oblige à considérer que sa qualité première et principale c’est celle de l’aséité, c’est-à-dire que sa qualité principale c’est le fait d’exister par lui-même, une existence autonome, indépendante et éternelle. Alors, j’imagine que tu seras d’accord avec pour dire que c’est pas folichon, dans le sens où c’est une transcendance froide. Un Dieu qui existe seul, satisfait en lui-même, mais qui n’a aucun vis-à-vis, c’est quelque chose qui est froid. Or la Bible nous présente un Dieu qui est trinitaire, c’est-à-dire un Dieu unique qui existe de toute éternité en tant que Père, en tant que Fils et en tant qu’Esprit. Et cela a une conséquence énorme. Ca implique que fondamentalement, Dieu est amour dans sa nature même, pas simplement dans un acte créateur ou un acte rédempteur. Dieu aime parce qu’il existe en relation. Dieu aime, il existe en tant que Dieu trinitaire. Certains théologiens ont exagéré cette relation en parlant d’une danse, la danse de la trinité, mais cette métaphore poétique exprime une réalité divine, Dieu est profondément heureux en lui-même et il jouit d’une communion parfaite de tout éternité en Lui-même. Tu vas me dire : ok c’est mignon, mais en quoi c’est un argument?

Mais je trouve que notre expérience est remplie d’écho ou d’aspiration trinitaire. Tu vas acheter une voiture, tu cherches La voiture, mais il n’y en a pas, tu n’as que des voitures. Alors tu cherches la qualité qui te convient, enfin quelque chose d’unique: non, on est devant des modèles, on est confronté à cette réalité d’unité et de pluralité au même titre que cette réalité de la trinité. Tu veux peindre l’Arbre, mais il n’y a que des arbres; tu aimerais que notre société soit une, mais elle est composite, comme l’église qui est le corps de Christ, et en même temps, un collectif d’individus.

De partout, s’impose à nous le reflet de cette unité et de cette pluralité. L’existence du Dieu de la Bible en tant que Dieu trinitaire fait écho à notre expérience très humaine d’unité et de pluralité, et atteste quelque part que le Dieu que nous adorons en tant que chrétiens, est vraiment le Dieu qui existe de toute éternité et c’est celui là qui est le Dieu de la Bible.

Et puis la quatrième grande raison, c’est parce que Jésus Christ relève ce Dieu là. Jean chapitre 17, Jésus est à la fin de son périple terrestre, il va repartir vers le père, il va bientôt donner sa vie en sacrifice pour nos péchés, et il prie son Père. (ce qui est totalement légitime; j’avais vu que ca avait suscité quelques émois dans un des podcasts précédents que j’avais formulés) il prie son père, ce qui est normal, puisqu’il est vraiment trinitaire comme Dieu. Et il dit : “Père juste, le monde ne t’a pas connu, mais moi je t’ai connu, et ceux-ci ont connu que tu m’as envoyé, je leur ai fait connaître ton Nom, et je le leur ferai connaître, afin que l’amour dont tu m’a aimé soit en eux, et que moi je sois en eux.” Un peu auparavant, Jésus avait dit à ses disciples : “Moi je suis le chemin, la vérité et la vie, nul ne vient au père que par moi. Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon père, et dès maintenant vous le connaissez, et vous l’avez vu”.

Tu vois, il y a une révélation suffisante de Dieu au travers de Jésus Christ. Et lorsque je vois la personne de Christ, je vois qui est Dieu. Parce que voilà un homme qui a vécu la vie que je n’ai pas vécue et que je n’arriverais jamais à vivre pleinement. En Jean 8.46 il dit, ce Jésus : Qui de vous me convaincra de péché, si je dis la vérité pourquoi ne me croyez vous pas ?

Personne n’a pu accuser cet homme, le voilà parfait, glorieux, saint, dans tout son comportement, et il réalise des miracles au delà de toute possibilité humaine, qui atteste non seulement de sa divinité, mais qu’il est là pour réaliser la nouvelle alliance. Matthieu 9.6 nous dit «  or, afin que vous sachiez que le fils de l’homme a sur la terre le pouvoir de pardonner les péchés, lève-toi dit il au paralytique, prends ton lit et retourne chez toi ». Et tu vois ces miracles attestent sa capacité de pardonner, attestent de sa divinité et il manifeste un équilibre parfait entre amour et fermeté.

Moi qui ait connu un peu quelques maîtres dans le nouvel âge, je peux te dire que cet équilibre m’a impressionné, parce que j’ai vu des gens qui étaient soit durs, soit très tendres mais jamais cette majesté extraordinaire qu‘on voit en Jésus Christ. Et sa mort et sa résurrection démontrent la validité et la vérité du Christianisme, et la vérité du Christianisme biblique enfin de la Bible.

Tu vois Jésus résout le problème fondamental de l’homme, ce n’est pas la pauvreté, ce n’est pas la solitude, ce n’est pas la maladie. Le problème fondamental de l’homme, c’est le péché et la mort, et Dieu envoie son propre fils Jésus pour le résoudre, ce problème-là. Et il dit « moi je suis la résurrection et la vie, celui qui croit en moi vivra quand bien même il serait mort », et cette assurance amplement démontrée par la qualité de vie et des miracles, de la mort et de la résurrection de Christ, me fait réaliser à quel point le Dieu de la Bible est vraiment le Dieu en qui nous pouvons placer notre confiance.

Aucune religion n’offre aussi radicalement une espérance aussi absolue appuyée par des faits historiques, par un narratif qui couvre tant de siècles, tant d’auteurs et qui demeure encore aujourd’hui. La Bible s’ouvre et se clot sur un paradis, le deuxième, ce deuxième dont je parle est éternel, il est rempli de toute la plénitude de Dieu, et la Bible nous invite, à entrer dans une relation avec ce Dieu. La Bible se termine avec cette affirmation cette invitation : « je suis l’alpha et l’oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin, heureux ceux qui lave leur robe afin d’avoir droit à l’arbre de vie et d’entrer par les portes dans la ville. J’espère que tu en feras parti, voilà pourquoi je crois au Dieu de la Bible.

Florent Varak

Florent Varak est pasteur, auteur de nombreux livres dont le Manuel du prédicateur, L'Évangile et le citoyen et la ressource d'évangélisation produite en co-édition avec TPSG: La grande histoire. Florent est aussi conférencier, professeur d'homilétique à l'Institut biblique de Genève, enseignant à l'Ecole biblique de Lyon et directeur international du développement des églises évangéliques des Frères (Encompass).

Articles pouvant vous intéresser