Souffrance et volonté de Dieu (Épisode 41)

L’épisode 41 aborde la question de la place de la volonté de Dieu au milieu de nos souffrances et difficultés.

Le Pasteur Florent Varak nous explique comment et pourquoi Dieu reste souverain même au milieu de nos souffrances, il nous explique aussi que Dieu n’est jamais pris au dépourvu et que sa volonté ultime à travers nos souffrances est de nous conduire à ressembler plus à son Fils.

Rendez-vous chaque semaine pour un nouvel épisode d’Un Pasteur vous répond: le podcast où la Bible répond à vos questions. Si vous aimez le podcast, on serait très reconnaissant si vous preniez 15 secondes pour laisser une note sur iTunes. C’est le seul moyen de le faire remonter dans le classement des podcasts « Religions » (et donc attirer d’autres publics).

Retrouvez tous les autres épisodes d’Un pasteur vous répond sur:

Comment s’abonner au podcast?

Vous ne savez pas comment vous abonner au podcast sur votre téléphone? On y a pensé! Découvrez un mini tutoriel vidéo ici.

Vous voulez poser une question?

Posez votre propre question pour un pasteur en cliquant ici.

Transcription :

« Cette transcription vous est proposée par les bénévoles de Toutpoursagloire.com. Nous cherchons à garder le style oral des épisodes pour ne pas déformer les propos des intervenants. De même, nous rappelons que ces transcriptions sont une aide mais que les paroles de l’auteur (poadcast et vidéo) restent la référence. Cependant, n’hésitez pas à nous signaler toutes erreurs ou incohérences dans cette transcription. Vous pouvez aussi en savoir plus ici pour rejoindre notre équipe de transcripteurs. Merci d’avance. »

La question est posée : Bonjour, j’ai écouté le podcast « Comment distinguer entre nos pensées et les pensées venant de Dieu » de Florent Varak. Je l’ai apprécié, mais il y a un propos qui est très dur à entendre, comprendre et accepter : Dieu veut que vous souffriez. J’ai transmis ce podcast à d’autres qui ont été très heurtés par ces propos. Comment les expliquer ?

D’abord, merci d’avance d’avoir réagi à ce podcast. Je suis en déplacement à l’étranger, je n’ai pas pu le réécouter, mais la dernière chose que je voudrais faire, c’est heurter pour de mauvaises raisons.

Je ne m’en souviens plus, mais peut-être qu’il y avait un élément un peu à prendre en compte dans son contexte, mais ta question me fait penser à la notion de souffrance et de la volonté de Dieu. Et c’est donc la raison de ce podcast. On est tous à ne pas apprécier la souffrance par laquelle on passe qui est de différente nature. Parfois, ce sont les circonstances qui pèsent sur nous. Parfois ça peut-être notre cœur qui nous oriente ailleurs que là où on voudrait qu’il soit. Parfois ça peut-être la maladie, le chômage, les relations conflictuelles, les enfants… Il peut y avoir tellement de sources de souffrances différentes. Et bien sûr, aujourd’hui dans notre pays on jouit d’un calme relatif, mais il peut y avoir la persécution qui peut être source de souffrances. Alors comment comprendre et intégrer tous ces éléments et se poser la question de la souffrance par rapport à la volonté de Dieu ?

Je vais prendre pour appui le texte qui se trouve en 1 Pierre chapitre 4 des versets 12 à 19. Je ferais quelques remarques et j’espère que cela clarifiera mon propos. Même si cela n’ira pas dans le sens que tu attends, mais au moins cela sera posé un petit peu plus sagement, je l’espère, ou avec un petit peu plus de nuance et de finesse.

1 Pierre chapitre 4 à partir du verset 12 nous dit ceci :

« 12 Bien-aimés, ne soyez pas surpris de la fournaise qui sévit parmi vous pour vous éprouver, comme s’il vous arrivait quelque chose d’étrange. 13 Au contraire, réjouissez-vous de participer aux souffrances du Christ, afin de vous réjouir aussi avec allégresse, lors de la révélation de sa gloire. 14 Si vous êtes outragés pour le nom du Christ, vous êtes heureux, car l’Esprit de gloire, l’Esprit de Dieu repose sur vous ! 15 Que nul de vous ne souffre comme meurtrier, comme voleur, comme malfaiteur ou comme se mêlant des affaires d’autrui ; 16 mais si c’est comme chrétiens, qu’il ne rougisse pas ; qu’il glorifie plutôt Dieu à cause de ce nom. 17 Car c’est le moment où le jugement va commencer par la maison de Dieu. Or, si c’est par nous qu’il débute, quelle sera la fin de ceux qui n’obéissent pas à l’Evangile de Dieu ? 18 Et si le juste est sauvé difficilement, que deviendra celui qui est impie et pécheur ? 19 Ainsi, que ceux qui souffrent selon la volonté de Dieu, remettent leur âme au fidèle Créateur en faisant le bien. »

Tout d’abord, il ne faut pas que nous soyons surpris quand les situations difficiles nous viennent. La fournaise, c’est à dire la difficulté de vivre en tant que chrétien sur cette Terre n’a rien d’étrange. Même Jésus en parle ainsi : Jean 15 versets 19-20 : « 19 Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui est à lui ; mais parce que vous n’êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela, le monde a de la haine pour vous. 20 Souvenez-vous de la parole que je vous ai dite : Le serviteur n’est pas plus grand que son maître. S’ils m’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi ; s’ils ont gardé ma parole, ils garderont aussi la vôtre. »

Donc on remarque dans la perspective de l’Apôtre Paul, qui à ce moment-là était confronté à l‘empereur Néron qui était très violent à l’égard des chrétiens. De sa perspective ce n’est pas surprenant que l’on ait des épreuves ou des fournaises. Jésus est passé par là, Jésus est passé par des souffrances gigantesques.

Deuxième remarque, Jésus nous précède au point qu’il faut se réjouir de la souffrance qui peut nous atteindre. Nous marchons après, à la suite d’un Christ crucifié. Comment imaginer que notre chemin sera exempt du fait de prendre sa croix ? Prendre sa croix, c’est mourir à nous-même; et c’est quelque chose qu’on nous impose. Ce n’est pas quelque chose que l’on choisit pour soi-même. Dans le cas l’illustration qui nous est donnée, il faut accepter la souffrance qui vient du fait d’être chrétien.

Troisième remarque, les problèmes sont inhérents à la vie chrétienne. Alors il ne faudrait pas que ce soit parce qu’on ait violé la loi et qu’on se retrouve devant un tribunal, ce sont des choses répréhensibles qui ont des conséquences totalement normales et légitimes. Mais il faut s’attendre à ce que nos vies créent des remous parfois, et que l’on souffre et que ce soit, je le note avec le verset 17, la volonté de Dieu. Je note que ces situations difficiles sont même parfois le jugement de la maison de Dieu. Je peux attester que certaines de mes souffrances sont les résultats de certaines de mes idoles de la vie que j’ai dû apprendre à confesser, que j’ai dû apprendre à remplacer par un amour plus sérieux pour Dieu. Et j’ai pris conscience de ces choses par la souffrance induite par certaines manières de penser ou par certaines manières de vivre.

Et maintenant je t’encourage à relire le verset 19 « Ainsi, que ceux qui souffrent selon la volonté de Dieu, remettent leur âme au fidèle Créateur en faisant le bien. » Je vois ici dans ce texte que la souffrance peut parfois être associée à la volonté de Dieu. Alors ici, c’est une souffrance extérieure qui vient d’un monde de colère contre les chrétiens, mais je voudrais élargir un petit peu le sujet pour conclure et puis te proposer que si tu es un disciple de Christ, tu marches avec un Dieu qui est souverain.

Il faut faire attention à tes attentes. C’est la première remarque de conclusion que je ferais. Certains pensent que Jésus est venu pour nous rendre la vie facile, moi je ne pense pas. Il est venu pour faire de nous ses disciples et faire de nous des personnes qui lui ressemblent. Et comme on a tendance à ne pas trop accepter certaines de ses pensées, certaines de ses lois, et bien Dieu va utiliser les pressions de la vie pour nous rendre conforme à l’image de Jésus-Christ. D’ailleurs il y a probablement un verset que tu connais, que tu chéris : Romains 8 verset 28 qui dit que : tout concourt au bien de ceux qui aiment Dieu. Et bien malheureusement, bon nombre de personnes ont lu ce verset comme cela « toutes les belles choses arriveront à ceux qui aime Dieu » mais ce n’est pas ça ce qui est dit. Ce qui est dit, c’est que toutes choses contribueront, concourront au bien de ceux qui aiment Dieu. Et dans le contexte ce ne sont pas nécessairement des choses très faciles. Les versets qui précèdent parlent de la souffrance des temps présents, des soupirs que nous avons par rapport à la résurrection et de la vie avec Dieu. Romains 8 verset 29 nous montre que la finalité de cette pression, de cette souffrance, de ce « toutes choses » qui contribuent à notre bien sont là pour que nous ressemblons à son Fils. C’est-à-dire que Dieu utilise en quelque sorte les difficultés que nous rencontrons comme les moyens de cultiver en nous la personne de Christ.

Romains 8 verset 29 nous montre que c’est pour que nous soyons semblables à l’image de son Fils. Et vois-tu, toutes choses y compris la souffrance qui nous atteint contribuent à notre bien, alors que nous acceptons de la vivre dans la pensée de Dieu, dans la dépendance de Dieu et selon les orientations que Dieu met devant nous pour les vivre. Paul supplie Dieu par trois fois qu’une écharde de la chair lui soit enlevée et Dieu lui réplique chaque fois « ma grâce te suffit, ma puissance s’accomplit dans la faiblesse ». Et donc c’était précisément la volonté de Dieu que Paul souffre de cette écharde. On ne sait pas ce que c’était. Certains pensent que c’est une maladie, d’autres que c’était sa réputation à cause des difficultés de l’église de Corinthe, d’autres encore pensent qu’il était confronté à une tentation récurrente qui était un peu sa difficulté. On ne le sait pas, et finalement tant mieux, parce que cela nous permet à nous tous qui passons par des temps un peu difficiles, de nous souvenir que parfois on supplie Dieu pour qu’il vienne à notre secours et qu’il enlève nos circonstances. Parfois Dieu le fait, alléluia, mais parfois il ne le fait et il dit « ma grâce te suffit ». Ma grâce c’est-à-dire mon secours favorable dans la faiblesse, mon secours immérité. La grâce c’est aussi mon pardon quand tu dérapes, ma grâce c’est ma présence constante malgré ton infidélité. Et la grâce de Dieu est suffisante pour faire face aux situations que l’on peut rencontrer.

La Bible nous présente un Dieu qui règne avec perfection au point où Jésus dit : « Pas un oiseau, ni même un cheveu ne tombe à terre sans que ce soit la volonté du Père » donc quand nous souffrons il faut vraiment prendre la dimension de cette volonté de Dieu, cela ne surprend pas Dieu. Psaume 115 verset 3 nous dit : « Notre Dieu est au ciel, il fait tout ce qu’il veut ». Je crains que le christianisme occidental avec tout le confort dont il jouit pense que la volonté de Dieu est que nous ayons aucuns problèmes. Mais ce n’est pas comme cela que les Apôtres ni même Jésus ont décrit la vie chrétienne. Je te donne quelques versets :

  • 1 Pierre 3 verset 17 « Mieux vaut souffrir en faisant le bien, si telle est la volonté de Dieu, qu’en faisant le mal. » et là il parle des relations difficiles que l’on peut avoir avec son patron ou dans la société.
  • 1 Pierre 5 verset 10 « Le Dieu de toute grâce, qui, vous a appelés en Jésus-Christ à sa gloire éternelle, après que vous aurez souffert un peu de temps, vous perfectionnera lui-même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables. »
  • Jean 16 verset 33 « Je vous ai parlé ainsi, pour que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des tribulations dans le monde ; mais prenez courage, moi, j’ai vaincu le monde. »
  • 2 Timothée 3 verset 12 : « Tout ceux d’ailleurs qui veulent vivre pieusement en Christ-Jésus seront persécutés. » C’est une difficulté à laquelle il faut qu’on se prépare. Si nous vivons pieusement, nous allons susciter des remous, des critiques et parfois de la violence. Tous les personnages de la Bible, les croyants qui ont souffert pour leur foi en Hébreux chapitre 11, sont passés par des temps difficiles. Les héros de la foi n’ont pas surfé sur la vie sans problèmes.

Je termine avec deux remarques :

La première, c’est que Dieu a un projet qui parfois ne nous est pas évident au travers de cette souffrance. Ça m’est très facile de parler de ce podcast comme ça, sans les difficultés majeures que certains d’entre vous peuvent connaitre, mais je pense à l’histoire de Joseph. Joseph qui est un frère haï par ses frères, il est vendu en esclave, il est acheté et il devient esclave en Egypte. Ensuite il est accusé faussement d’avoir violé la femme de son patron, il est emprisonné pendant des années et puis enfin il est rétabli dans son honneur et il devient le premier ministre d’Egypte et aussi la source du Salut pour ses frères. Tu connais cette histoire, et je me dis que pendant toutes ces années, Joseph ne pouvait pas comprendre ce qu’il se passait, pourquoi il passait pendant tant de souffrances qui semblaient totalement inutiles. Et je me dis, beaucoup de nos souffrances semblent totalement inutiles. Je n’oserais pas parler des miennes car elles sont totalement insignifiantes, mais par rapport à certaines personnes je me dis « waouh comment expliquer les choses par lesquelles on passe ? ». Pourtant Dieu est souverain et je suis convaincu qu’à la fin du chemin on pourra comprendre un plan qui nous dépasse, et qui peut-être cherchera à établir la sagesse et la grandeur de Dieu même auprès des démons, même auprès du monde invisible que nous ne voyons pas aujourd’hui.

La deuxième remarque c’est que Job est confronté à cette souffrance. Le diable qui lui impose cette souffrance a dû demander l’autorisation à Dieu pour lui faire du mal. Donc c’était la volonté de Dieu que Job souffre. Quand je vois aussi l’extrême tentation par laquelle est passé l’apôtre Pierre même au point de tomber, je remarque que Jésus dit à Pierre « Simon, Simon Satan vous a réclamés pour vous faire passer au crible comme le blé. Mais j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille pas » Luc 22 versets 31-32a. Et donc; ce que je remarque; c’est que même dans les épreuves, même dans les tentations que l’Apôtre Pierre peut vivre, le diable a dû demander l’autorisation à Dieu pour pouvoir réaliser cette œuvre.

Et je te laisse donc avec cette pensée que Dieu règne sur tes souffrances, sur nos souffrances. Sa volonté s’exprime dans ce qui nous arrive et qu’il veut nous orienter au travers des circonstances pour dépendre de lui d’avantage, et pour apprendre de lui-même quand on réalise que c’est incompréhensible ce qui peut nous arriver. Il ne faudrait surtout pas imaginer que Dieu serait victime de manigance quelque part et que nos souffrances n’auraient pas de sens aux yeux de Dieu, que Dieu les observerait de façon distante et un peu impuissante. Ce n’est pas la vision que nous avons de Dieu. Dieu a permis ce que nous vivons, mais non seulement cela, il a donné l’exemple de la manière dont nous pouvons passer par l’épreuve avec la manière dont Jésus est passé par l’épreuve. Et il comprendra pour chacun d’entre nous avec profondeur toutes les situations que nous pouvons rencontrer pour y avoir goûté dans son périple terrestre et les avoir goûtées jusqu’à la mort et il peut donc être notre secours.

Florent Varak

Florent Varak est pasteur, auteur de plusieurs livres , conférencier, professeur d'homilétique à l'Institut biblique de Genève, enseignant à l'Ecole biblique de Lyon et nouveau directeur international du développement des églises évangéliques des Frères (Encompass).

Articles pouvant vous intéresser

2 thoughts on “Souffrance et volonté de Dieu (Épisode 41)

  1. Jonathan Jean-baptiste dit :

    Cher Florent,

    Je te remercie pour ce partage, je suis parfaitement d’accord avec tes propos pour rester dans la continuité, j’aimerais partager ce verset:

    C’est ce qui fait votre joie, même si maintenant, puisqu’il le faut, vous êtes pour un peu de temps attristés par diverses épreuves.
    Ainsi, la valeur éprouvée de votre foi beaucoup plus précieuse que l’or, qui est périssable et que l’on soumet pourtant à l’épreuve du feu aura pour résultat la louange, la gloire et l’honneur lorsque Jésus-Christ apparaîtra. 1 Pierre verset 6 à 7

    Je trouve cela parlant, de souligner le fait que :  » Puisqu’il le faut » . Nous voyons que pour Dieu cela est une nécessité. Le but étant des d’éprouvée la valeur de n’autre fois, qui aura pour résultat la louange, la gloire et l’honneur lorsque Jésus-Christ apparaîtra.

    Oui, Dieu est souverain. Ils comprend même les souffrances que nous vivons. Cela n’est pas facile comprendre et pourtant il ne faut ne nous y soumettre.

    Encore merci de prendre le temps Florent, de répondre à ces questions avec la parole de Dieu.

    Que Dieu t’accompagne dans ce ministère.

    1. Florent Varak dit :

      Merci beaucoup pour cette remarque, très pertinente. Bien fraternellement,

Comments are closed.