Un chrétien doit-il emprunter les passages piétons? (Épisode 187)

Le chrétien est-il coupable devant Dieu s'il ne respecte pas le code de la route jusque dans ses moindres détails? Romains 13 nous appelle à nous soumettre aux autorités, mais comment cela se traduit-il conernant le code de la route?

Un pasteur vous répond existe aussi en vidéo :

Rendez-vous chaque semaine pour un nouvel épisode d’un Pasteur vous répond : le podcast où la Bible répond à vos questions.

Si vous aimez le podcast, nous serions très reconnaissant que vous preniez 15 secondes pour laisser une note sur iTunes (cf. ici pour voir comment). C’est le seul moyen de le faire remonter dans le classement des podcasts "Religions" (et donc attirer d’autres publics).

Retrouvez tous les épisodes d’Un Pasteur vous répond sur :

Comment s’abonner au podcast ?

Vous ne savez pas comment vous abonner au podcast sur votre téléphone ? On y a pensé ! Découvrez un mini tutoriel vidéo ici.

Vous voulez poser une question ?

Posez votre propre question pour un pasteur en cliquant ici.

Transcription :

"Cette transcription vous est proposée par les bénévoles de Toutpoursagloire.com. Nous cherchons à garder le style oral des épisodes pour ne pas déformer les propos des intervenants. De même, nous rappelons que ces transcriptions sont mises à disposition mais que les paroles de l’auteur (podcast et vidéo) restent la référence. N’hésitez cependant pas à nous signaler toutes erreurs ou incohérences dans cette transcription. Merci d’avance."

Épisode 187 : Un chrétien doit-il emprunter les passages piétons ?

La question est posée : Bonjour, lors d’une soirée entre étudiants, nous avons étudié Romains 13 et notamment la question de la soumission aux autorités établies par Dieu. Est venue la question très pratique du respect du code de la route jusque dans ses détails les plus fins. Par exemple, s’il existe un passage piéton à moins de 50 mètres, dois-je l’emprunter, article 412-37 du code de la route. Ne pas respecter cette loi au milieu d’une route complètement déserte est-il un péché ? Allons-nous nous compliquer la vie ? Quelle distinction possible entre loi et esprit de la loi ? Peut-on mettre un curseur réaliste ? Ne nous cachons pas derrière notre petit doigt, derrière cela se cachent d’autres comportements. Nous sommes beaucoup de chrétiens à griller des feux rouges à pied ou en vélo et nous dépassons très souvent les limitations de vitesse en voiture. Merci d’avance pour votre décodage du code.

Merci beaucoup pour ta question. Je ne sais pas de quoi tu parles quand tu dis "nous sommes beaucoup de chrétiens à griller des feux rouges à pied ou en vélo et nous dépassons très souvent les limitations de vitesse en voiture" , je ne sais pas de quelle église tu fais partie, je sais pas de quel mouvement tu fais partie, et je vais revenir maintenant à des considérations plus sérieuses… En tout cas merci pour ta question, je suis impressionné parce que tu es allé jusqu’à repérer dans le code de la route l’article qui oblige à emprunter le passage piéton. Chapeau ! J’avoue ne jamais avoir lu le code de la route sinon les extraits qui étaient nécessaires de connaître lorsque j’ai passé mon permis et lorsque j’ai dû repasser mon permis, non, non, non, non, pas parce que je l’avais perdu mais parce que je passais mon permis moto et donc il fallait revoir le code de la route.

Alors en tout cas, heureusement ton nom m’est masqué dans le nom que tu portes parce que évidemment, je t’aurais dénoncé auprès de la police en disant qu’il y avait un individu dangereux qui posait une question susceptible de rendre la vie des gens très tragique.

Bref, je vais te répondre et évidemment ça me met un peu mal à l’aise parce que ça fait partie des choses avec lesquelles on doit, on est parfois un petit peu en tension, notamment lorsque tu parles des limitations de vitesse.

Premièrement, je ne peux pas dire qu’il ne faut pas suivre le code de la route. Il est normalement là pour nous protéger de nous mêmes et de nos impulsions, de nos égarements et donc il faut normalement être respectueux du code de la route. Et donc la réponse la plus simple, la plus…, on ne peut pas conseiller, jamais, de ne pas respecter le code la route.

Deuxième remarque, je ne pense pas par contre qu’il faille l’élever au rang des dix commandements. Il propose une série de règles qui est de second rang qui reflète la sagesse culturelle, environnementale, qui dépend d’une géographie, qui dépend d’une situation de vie, qui nous encourage à aimer notre prochain en évitant de lui faire du mal et je note qu’il y a ce genre de lois dans l’Ancien Testament par exemple, il y a des lois qui condamnent les propriétaires de maison qui n’ont pas de balustrades évitant la chute de personnes qui seraient sur le toit des maisons, les toits des maisons de l’époque étaient des toits plats qui servaient un petit peu même de salle de réunion, c’est là par exemple que l’apôtre Pierre priait un jour alors qu’il a cette vision qui le prépare à aller voir des païens pour leur parler de Jésus-Christ. Et donc il y a bien ce genre de lois qui sont là pour nous protéger de nous mêmes et de notre paresse, de notre faiblesse et je crois qu’il faut reconnaître que ces lois sont parfois vraiment nécessaire. Je pense par exemple aux lois qui interdisent le fait de texter en conduisant, c’est tragique. Ma femme m’a fait, m’a rendu attentif à un reportage de gens qui avaient tués des piétons parce qu’ils avaient envoyé un texte aussi idiot que "j’arrive dans 10 minutes" ou.. et qui n’ont pas vu une personne qui était devant eux, un vélo ou un piéton qui ont tué, le poids, alors bien sur la tragédie de la mort de cette personne est bien au delà de ça, mais le poids de vivre ensuite avec cette réalité est assez terrible, la culpabilité, le fait chaque jour de penser j’ai pris une vie pour un texte, pour un SMS, c’est vraiment, c’est vraiment,… Donc il y a une éthique du chrétien qui doit renforcer le fait d’aimer Dieu et le fait d’aimer son prochain, et donc en quelque sorte, le code de la route en fait partie.

Alors tu as peut être été surpris qu’il fallait pas l’élever au rang des dix commandements comme si je voulais le minimiser. Mais dans la Bible elle même, nous voyons une hiérarchisation de l’importance de certains commandements. Psaumes 19. 14 dit "Préserve aussi ton serviteur du sentiment d’orgueil : qu’il ne domine pas sur moi ! Alors je serai intègre, je ne commettrais pas de grands péchés".

Que sous-entend il de cette affirmation ? C’est qu’il y a des péchés qui sont moins graves que d’autres. Jean 19. 11 "Jésus répond à Pilate : tu n’aurais sur moi aucun pouvoir s’il ne t’avait été donné d’en haut. C’est pourquoi celui qui me livre à toi est coupable d’un plus grand péché."

Troisièmement Jésus a des mots très durs envers ceux qui cherchent constamment à obéir à des lois sans réaliser la motivation de ces lois, sans réaliser justement, qu’il y a une hiérarchisation des choses et des responsabilités. Matthieu 23. 23 nous dit "malheur à vous scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous payer la dîme de la menthe, de l’aneth et du cumin et que vous laissez ce qu’il y a de plus important dans la loi, le droit, la miséricorde et la fidélité, c’est là ce qu’il fallait pratiquer sans laisser de côté le reste".

Pour paraphraser, si tu te charges du devoir de faire ces 50 mètres que tu imagines inutiles pour traverser le passage piéton au bon endroit, enfin traverser la route au bon endroit, là où il y a un passage piéton mais que d’un autre côté tu es un homme colérique, qui traite mal ton épouse ou ton conjoint ou ta femme ou je ne sais pas dans quelle situation tu te trouves, enfin, tu traites mal tes proches ou qui vit une vie de patachon par ailleurs, je crois qu’il y a un problème vis à vis de tes priorités, vis à vis de la hiérarchisation de ces choses.

Quatrième remarque générale : attention à la rigidité excessive. Ecclésiaste 7. 16 dit "Ne deviens pas juste à l’excès et ne te montre pas trop sage : pourquoi te détruirais-tu ?". Tu peux passer ta vie à essayer de vivre selon des lois et tu n’y arriveras jamais pleinement et le pire c’est que cela ne te rendra pas heureux, ni comblé. Ces lois là sont au service de l’homme, c’est pas l’homme qui est au service de ces lois.

Cinquième remarque, prends en compte dans ce type de loi le rôle d’une certaine forme de tradition et je sais que peut être on va crier au scandale mais c’est une réalité. Il y a 20 ans, 30 ans, rouler à 145 km/h sur l’autoroute était en fait la limite traditionnelle et réelle. C’est plus le cas, dès 131 km/h le radar flashe et envoie son amende. En Californie, les routes, les autoroutes sont limitées à 65 miles/h c’est-à-dire 104 km/h mais en fait la police n’interviendra pas avant 80 miles/h c’est à dire 128/130 km/h. En fait le trafic est tellement intense que la police elle-même ne conseille pas de rouler aux limites de vitesse mais de rouler selon le flot actuel de la circulation. Et donc il y a une certaine relativité et ce que l’on va reprocher à un conducteur c’est de rouler beaucoup plus vite que la moyenne dans lequel il se trouve et parfois même de rouler beaucoup plus lentement que la moyenne rendant en fait le parcours plus dangereux. Et donc il existe une forme de lois écrites et de lois implicites qui n’est pas toujours de connaître. En Suisse, si le piéton met le pied par terre, les voitures s’arrêtent plusieurs centaines de mètres en avance et elles sont verbalisées si ce n’est pas le cas. En France il faut que tu aies le torse sur le capot pour que les gens s’arrêtent, mais à priori ça commence à changer et c’est une bonne chose. Tout ça pour dire qu’il y a des variations et selon les pays il y a des coutumes qui sont en fait réellement prise en compte par les forces de l’ordre qui sont chargées de les appliquer. Tu serais surpris qu’il y a des lois qui interdisent les propriétaires de chiens et de chats de laisser les éjections de leurs animaux de compagnie sur le sol et pourtant ils ne sont jamais verbalisés pour cela, il en va de certaines manières de prendre soin des autres de le faire correctement enfin de gérer cela correctement et en même temps, ça ne fait pas partie des préoccupations centrales des autorités.

Sixième remarque, certaines lois sont en fait assez compliquées. Par exemple, il est interdit en France de payer un policier pour arranger les choses, enfin je vais élargir un peu la discussion, ça s’appelle de la corruption et nous sommes heureusement dans un pays où la corruption n’a pas trop lieu, il paraît qu’elle a lieu, je n’ai jamais vu, je n’en ai jamais été victime mais dans l’ensemble on peut vraiment être reconnaissant que les forces de l’ordre soient des gens qui essaient de faire leur métier avec droiture et avec conscience. Dans d’autres pays, vous devez laisser un billet pour n’importe quoi. Je me souviens avoir été arrêté en Afrique alors que j’allais acheter une bouteille d’eau et le policier m’a demandé mes papiers que j’avais laissé parce que je faisais juste 500 mètres pour aller acheter une bouteille d’eau et il m’a dit : "ah monsieur, le crime est consommé" parce que j’étais parti sans mes papiers. Et j’ai réalisé qu’avec un crime aussi grave j’allais pas m’en sortir facilement et effectivement, il fallait, il attendait, il exigeait même et son supérieur également que je lui verse une amende de façon très personnelle. Et je me suis beaucoup interrogé sur cette question parce que je me suis dis : "est-ce-que je participe à un système corrompu en donnant un bakchich ou bien est-ce-qu’il faut que je vois les choses différemment ?" Et j’ai un ami expérimenté de ces pays et qui m’a dit : "écoute Florent, la Bible interdit la prise de corruption, c ‘est à dire c’est interdit dans la Bible d’exiger une compensation financière pour une service, mais nul part la Bible n’interdit d’en donner. Et dans ces pays, les policiers ne sont parfois pas payés pendant 5 mois, 6 mois, 9 mois, 1 an ! Tu imagines ce qu’il se passerait en France si c’était le cas ?" Ça serait un tel scandale, ça serait évidemment inacceptable et la démocratie elle même serait mise en péril par cela. Or ces gens continuent d’exercer leur métier et ils se paient de cette manière. Alors on peut avoir le regard hautain en disant c’est nul ce qu’ils font et effectivement le témoignage d’une société brisée et en même temps ils assurent un service quand même. Et le fait est donc là on est dans un code, pas de la route, mais un code du pays qui est impossible à réaliser. Je suis sûr que les lois de ces pays ne permettent pas à ces policiers de se payer eux mêmes par les amendes qu’ils infligent mais en même temps, c’est une réalité ils ne sont payés et il faut jouer avec et c’est un service qui est associé à cela, qu’ils assurent quand même et que la population paie sur ce service.

Et donc il y a des, il y a le droit écrit, il y a le droit ensuite que les hommes et les femmes peuvent vivre. Moi je me souviens d’avoir été vraiment choqué au début de ma vie chrétienne, on était partis en Roumanie, c’était tout de suite après les années Ceausescu et là on a appris que tout le business se faisait au noir, c’était la manière, enfin personne ne se souciait de ça. Alors par contre, les chrétiens qui faisaient du commerce au noir n’avaient aucun soucis avec ça mais ils étaient très très outrés que certains chrétiens, certaines chrétiennes mettent du maquillage, que certains chrétiens fument. Chacun a ses codes en quelque sorte de bien et de mal qui sont un petit peu inférieur aux choses centrales de l’Ecriture. Et donc c’est parfois un peu compliqué de répondre à ces questions de façon absolue. Lorsque l’on est sur des commandements de seconde catégorie.

Septième remarque, acceptes les conséquences si jamais tu as décidé de ne pas traverser la rue au passage piéton et qu’on te verbalise, sois un bon prince, remercie le policier qui te verbalise, il fait son travail, ne t’oppose pas à cela, et prends en les leçons et les normes de ton quartier pour pouvoir mieux faire. Et puis évite de faire prendre des risques à ceux qui conduisent comme à toi même en écoutant quand même le plus possible, les restrictions qui sont données par le code de la route.

La loi de Dieu a pour objectif de nous faire aimer Dieu parce que la loi est bonne et est là pour nous faire prendre conscience qu’on n’arrive jamais à vivre selon la loi. Et pour dépasser un peu le cadre de ta question, j’aimerais vraiment qu’on réalise à quel point toutes les lois humaines et toutes les lois divines nous condamnent en fait et nous ne sommes jamais à la hauteur de ce que nous devrions vivre. Et ça nous pousse dans les bras d’un Sauveur qui lui a porté nos péchés, nos manquements, nos faillites, y compris nos excès de vitesse et nos passages peut être de traverser une rue au mauvais endroit, il a payé aussi cette attitude parfois un peu rebelle qui se moque de la loi que les hommes établissent et ça c’est pas juste non plus. Donc le point central, c’est bien sûr ayant réalisé combien nos coeurs sont rebelles profondément par nature, nous portons en nous, par Christ un nouveau coeur et un pardon qui est possible et qui est accessible alors que nous plaçons notre confiance en Lui.

Alors, ceci dit, donc j’espère qu’au delà de la question du code de la route, tu as une gestion spirituelle très profonde de ta vie avec Christ, elle est centrale et que de là viennent toutes les normes que tu veux développer, et que peut être ça pourrait être le huitième point auquel je pense spontanément, la Bible dit que tout ce qui ne vient pas de la foi est péché et donc certains d’entre nous sont extrêmement sensible à ces problématiques et il faut donc les suivre avec beaucoup de rigueur parce que c’est cette sensibilité qui nous est très dangereuse de travailler contre sa conscience, d’aller à l’encontre de sa conscience donc il faut le faire et puis d’autres personnes seront beaucoup plus, ou beaucoup moins sensibles, bon je veux pas après juger et ce serait erroné de les ignorer ces lois mais néanmoins que chacun fasse en fonction de sa conscience.

Et je termine avec une histoire qui m’a bien plu, j’ai lu le livre de Jacobs "une année selon la Bible". C’est un juif séculier, qui ne croit pas en Dieu, de New-York, journaliste de métier, auteur de plusieurs livres et il décide de vivre selon la Bible pendant un an. Et c’est juste truculent, c’est comme "Une année en Provence" pour ceux qui aiment ce genre de littérature, sauf que c’est dans un monde, donc cet homme qui ne connaît rien de la Bible, malgré son héritage issu du judaïsme, il passe cinq heures par jour à lire la Bible et il recense des centaines de commandements et il décide pendant un an de vivre selon ces commandements et il raconte son périple et il le fait de façon très humoristique, c’est un très beau livre, moi j’ai apprécié sa lecture, il passe malheureusement peu de temps dans le Nouveau Testament, il n’a pas trouvé tous les trésors que j’aurai souhaité qu’il découvre mais néanmoins c’est super amusant, c’est super intéressant. Et son constat c’est combien c’est impossible, et difficile, de combien il doit ruser ou il doit tricher combien il est parfois accablé par cet ensemble. C’est un peu cette réalité qui nous pousse à la croix, pour nous qui avons réalisé que la loi est un précepteur qui nous conduit à une loi beaucoup plus importante, qui ne peut être qu’internalisée dont nous avons besoin de loi de Christ en nous. Voilà donc j’espère avoir répondu à ta question.

Florent Varak

Florent Varak est pasteur, auteur de nombreux livres dont le Manuel du prédicateur, L'Évangile et le citoyen et la ressource d'évangélisation produite en co-édition avec TPSG: La grande histoire. Florent est aussi conférencier, professeur d'homilétique à l'Institut biblique de Genève, enseignant à l'Ecole biblique de Lyon et directeur international du développement des églises évangéliques des Frères (Encompass).

Articles pouvant vous intéresser

>